mardi14novembre

Petit accès de faiblesse sur les marchés européens et sur le CAC depuis quelques jours. 5 jours de baisses consécutives pour l'Eurostoxx 50, l'indice phare des valeurs européennes, 6 pour le CAC qui perd plus de 3% en un semaine. Et des éléments intéressants à noter.

>

L'europe moins bien que les états-unis

Tout d'abord qu'une fois de plus quand les marchés baissent, les marchés américains résistent mieux que les marchés européens. Les indices américains restent très proches de leurs records absolus et c'est paradoxal parce qu'il y a un large consensus sur le fait que ce sont les indices américains et non les indices européens qui sont surévalués et encore plus paradoxal, une des explications de la baisse viendrait des États-Unis et de l'inquiétude sur l'ampleur et le timing de la baisse des impôts.

Qu'est-ce qu'un marché ?

On sent une certaine nervosité chez les gérants et les investisseurs institutionnels et c'est l'autre élément intéressant. On a baissé certes. Mais finalement on a baissé de 3% après des semaines ininterrompues de hausses, des semaines qui se suivaient et se ressemblaient avec des triples records absolus aux États-Unis et des records annuels en Europe. Mais on a le sentiment que les investisseurs ont oublié ce qu'était un marché. Un marché ce sont des acheteurs mais aussi des vendeurs, et un marché, normalement, c'est une tendance de fond mais avec une alternance régulière entre des hausses et des baisses.

Un petit wake up call

Cette baisse est un rappel des règles de base de fonctionnement d'un marché. Un wake up call, un réveil. Un tout petit réveil car pour l'instant c'est une toute petite baisse qui pourrait être effacée en quelques séances si on reprend les bonnes vieilles habitudes de tout acheter tout le temps que les nouvelles soient bonnes ou mauvaises. C'est intéressant de voir à quel point l'action des banques centrales, l'injection massive de liquidités, a faussé les règles de fonctionnement des marchés et à quel point les investisseurs se sont habitués à ce nouvel environnement avec une totale complaisance. Alors quelques séances de baisse pour se rappeler ce qu'est un marché, c'est finalement une petite leçon qui ne coûte pas très cher.

Mais que fait encore edf en bourse?

Je n'ai jamais compris pourquoi EDF avait été cotée. Je ne comprends pas pourquoi on a pigeonné, et on continue à le faire, des particuliers avec une valeur dont les fluctuations dépendent en grande partie de décisions politiques. Rappelons qu'EDF a été introduite en Bourse en 2005 à 32 euros. Et qu'elle vaut 10 euros. Elle a perdu hier plus de 10% dans la journée sur une révision à la baisse des prévisions de résultats sur 2018, deux semaines après une révision similaire pour 2017. EDF en Bourse c'est un scandale.

L'autre claque du jour

General Electric. Le groupe américain repris en mains par un nouveau patron, John Flannery, qui a succédé au célèbre Jeff Immelt, continue à secouer le cocotier pour tenter de relancer la dynamique du groupe. Le groupe a annoncé une réduction du dividende, la deuxième seulement depuis 1938, et la cession d'une partie des activités les plus anciennes pour pouvoir se recentrer. Le cours a baissé hier de 7%, soit une baisse de près de 40% sur un an. Pas mal.

La bonne nouvelle du jour

Vous allez avoir une année blanche ou presque pour vos revenus 2018. Évidemment vous ne le lirez nulle part de cette façon mais c'est une réalité et c'est une excellente nouvelle. Darmanin a confirmé hier que le prélèvement à la source sera bien adopté en 2019. Et vous ne paierez donc pas d'impôt sur le revenu sur vos salaires et autres revenus non exceptionnels de 2018. C'est pas une bonne nouvelle ça ?

Des cop pour rien ?

C'est reparti. Les émissions de C02 recommencent à augmenter après quelques années d'accalmie. La faute en partie à la Chine qui continue pourtant à nous faire son cinéma en se présentant comme le nouveau champion de l'environnement. L'accord de Paris est déjà mort et enterré, il n'avait pas besoin de Trump pour ça : il est caduque, impossible de maintenir l'objectif de limiter le réchauffement climatique à 2°.

Pauvre theresa may

Elle ne sait vraiment plus quoi faire. She's lost. Entre les Européens qui ne cèdent sur rien et son camp qui la poignarde dans le dos, son départ fait déjà l'objet de paris chez les bookmakers. Hier elle a voulu satisfaire les pro-européens de son camp en acceptant de faire passer le deal avec l'Union Européenne sur le Brexit, s'il y a deal un jour, par une approbation du Parlement. Un vote a priori ( et a posteriori aussi d'ailleurs) inutile puisqu'il ne pourra pas être utilisé pour refuser le Brexit...

À revoir en replay

L'émission était exceptionnelle avec nos Jedis de l'économie et de la finance : Emmanuel Lechypre, Benaouda Abdeddaim, Christopher Dembik de Saxo Banque, Alain Pitous de Talence Gestion, Christian Bito de CBT Gestion et bien sûr Laure Closier. On a rejoué la semaine et on vous a donné quelques conseils. De l'éco, de la finance et du fun.Vous souhaitez voir le replay ? C'est ici

On s'en fout ?

Le délire sur le bitcoin continue, après une hausse de 600 dollars à près de 8000 dollars en un an, il a chuté à 5500 dollars en 3 jours et a repris juste sur la journée d'hier plus de 1000 dollars, qui dit mieux?; Le groupe Japonais Softbank veut racheter d'Uber; L'Italie a été éliminée, elle n'ira pas au Mondial (de foot, pour ceux qui ne suivent pas); Selon l'assureur Euler Hermes les défaillances d'entreprises ont chuté de 7% en un an, good news; Selon le baromètre LPI-Seloger, le prix d'un logement parisien dépasse les 9000?/m2! (Le Parisien); Le président de l'AS Monaco, le Russe Rybolovlev vend demain le seul De Vinci qui n'appartient pas à un musée, n'hésitez pas, l'opportunité ne se représentera pas, prix minimum 100 millions de dollars, c'est donné; Amazon a racheté les droit TV du Seigneur des Anneaux.

Du côté des marchés

(petit) Rebond ce matin des bourses européennes avec un CAC qui gagne 0.4% à 5364 points dans les premiers échanges. Hier soir, Wall Street a terminé en hausse, de 0.07% pour le Dow Jones et 0.10% pour le Nasdaq, et ce matin la Bourse de Tokyo a fini stable.L'euro poursuit sa remontée à 1.1696 usd profitant toujours des incertitudes sur la réforme fiscale américaine. Le pétrole consolide légèrement à 62.96 usd (-0.27%) le baril de Brent, tout comme l'Or à 1270 usd (-0.56%) l'once.

VOILÀ C'EST TOUT
BONNE JOURNÉE
MAY THE FORCE BE WITH YOU

Archives

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos