jeudi09novembre

Le constructeur automobile allemand Opel, racheté ce été par PSA, a présenté un plan de redressement pour sortir de décennies de perte. La filiale de Peugeot a annoncé vouloir réduire ses coûts en baissant ses effectifs "sans départs contraints", tout en misant sur la croissance des ventes et l'électrique, pour retrouver la rentabilité d'ici à 2020. Le marché n'est pas convaincu

    Le patron de PSA, Carlos Tavares, avait parlé en septembre d'"énormes" déficits de compétitivité, avec des coûts de production jusqu'à 50% plus élevés chez l'allemand qu'au sein du Groupe Français. Il avait averti qu'Opel devrait evrait renouer avec les profits au plus tard en 2020.

    100 jours après, Michael Lohscheller, nommé en juin à la tête d'Opel, présente le nouveau plan stratégique, baptisé "Pace!", qui vise à redresser la marge opérationnelle courante de la division automobile d'Opel, à 2% à l'horizon 2020 et à 6% à l'horizon 2026. "Ce plan est conçu avec l'intention de maintenir toutes les usines et d'éviter les départs contraints en Europe", a souligné l'industriel français dans un communiqué.

    Pour abaisser ses coûts et renforcer sa compétitivité, Opel va sensiblement réduire le nombre ses plates-formes et de ses chaînes de traction, adopter les architectures de Groupe PSA, améliorer les offres de financement et de leasing de ses véhicules, et déployer la marque Opel à l'international. Les synergies annuelles pour le Groupe PSA sont évaluées à 1,1 MdE d'ici 2020 et 1,7 MdE d'ici 2026. L'objectif global est d'abaisser le point mort d'Opel 800.000 véhicules, pour pouvoir traverser les périodes de crise. Mais pour parvenir à cette rentabilité, Opel doit réduire les coûts de 700 euros par véhicule produit.

    "Opel se déploiera sur plus de 20 nouveaux marchés d'ici à 2022 et explorera au-delà de ces marchés d'autres opportunités d'exportation rentables", a souligné le groupe dans son communiqué.

    Le plan n'a pas convaincu les marchés. Peugeot perd ainsi près de 3 % à la Bourse de Paris et continue sa chute entamée hier (-2,3%) après que Bruxelles ait proposer de fixer à 30% d'ici 2030 l'objectif de réduction des émissions de CO2 pour les voitures, afin d'accélérer le développement des véhicules électriques. Ce qui devrait nécessiter des investissements supplémentaires de la part des constructeurs.

    Nous sommes à conserver sur Peugeot. PSA devrait connaître une nouvelle dynamique à partir de 2017 avec une offensive produits bien plus en phase avec les tendances du marché, à l'image des nouveaux modèles sur le segment des SUV. Le lancement de 34 nouveaux modèles au cours du plan Push to Pass 2016-2021 se traduira par un rajeunissement de la gamme avec des modèles globaux.

    Archives

    Etre rappelé
    par un conseiller
    Nous envoyer
    un message
    Parlons Placement
    Nos solutions
    M VIE Notre gamme
    d’assurance vie
    Plus d'infos
    M SCPI Nos SCPI en direct
    Plus d'infos
    M investissement Nos fonds structurés
    Plus d'infos