lundi16octobre

Fondée en 2013 par deux anciens chercheurs du CEA (Commissariat à l'Energie Atomique), Franck Mouthon et Mathieu Charvériat, Theranexus est une société biopharmaceutique qui développe des candidats-médicaments pour le traitement des troubles neurologiques (tels que la maladie de Parkinson, la maladie d'Alzheimer, les douleurs neuropathiques, les troubles de l'éveil et du sommeil comme la narcolepsie, etc.).

    Maladies neurologiques

    Le mois d'octobre est décidément riche en introductions en Bourse. Theranexus est en effet la quatrième société à tenter l'aventure boursière ce mois-ci. La société n'a pas froid aux yeux et n'a attendu que quatre ans pour solliciter les marchés.
    C'est que Theranexus veut aller vite pour financer le développement de plusieurs candidats-médicaments dans le traitement de maladies neurologiques telles que la narcolepsie ou la maladie d'Alzheimer pour ne citer qu'elles. La société est partie du constat que les médicaments psychotropes proposés actuellement dans les troubles neurologiques présentaient une efficacité limitée et que le développement de nouveaux traitements plus efficaces représentait de fait un enjeu industriel considérable. La particularité de ces candidats-médicaments, c'est qu'ils reprennent des médicaments déjà existants sur le marché et déjà tombés dans le domaine public pour en quelque sorte les "doper" et les rendre plus puissants en y adjoignant une molécule maison. Theranexus a déjà développé en seulement 4 ans dans 4 indications différentes avec un budget de moins de 8 millions d'euros sur des marchés très importants.

    Accords de licence

    La société a développé le THN102, son candidat-médicament le plus avancé, pour le traitement des troubles de l'éveil dans la narcolepsie et la maladie de Parkinson. Theranexus développe en parallèle deux autres candidats-médicaments sur des aires thérapeutiques majeures. Le THN201 a ainsi vocation à traiter des troubles neurocognitifs dans la maladie d'Alzheimer, un marché de 3,2 milliards de dollars. Ce 2ème candidat-médicament devrait entrer en développement clinique début 2018. Enfin, le THN101 cherche à améliorer le traitement de la douleur neuropathique, un marché de 3 milliards de dollars. Ce 3ème candidat-médicament doit également entrer en développement clinique début 2018. Au-delà des développements cliniques en cours, Theranexus entend poursuivre ce rythme de développement de nouveaux candidats-médicaments. C'est pour financer ces recherches que la société souhaite lever 18 millions d'euros. L'argent levé à cette occasion lui permettra de tenir jusqu'en 2020, le temps pour Theranexus de pouvoir conclure des accords de licence avec des groupes pharmaceutiques dès la fin de ses études cliniques de phase II...

    Un dossier encore risqué

    Il faudra attendre deux années avant de voir la moindre trace d'un quelconque revenu. Et pendant ce laps de temps, Theranexus devrait accuser des pertes. Certes, les indications sur lesquelles la société offrent de nombreuses perspectives alors que les maladies neurologiques affectent près d'un milliard de personnes dans le monde. Un chiffre qui continue de progresser rapidement notamment en raison de l'allongement de l'espérance de vie dans les pays les plus développés. Il nous semble pas pressé de prendre position sur le dossier en raison de son profil plutôt risqué. Les candidats-médicaments sont encore à un stade très précoce. Par ailleurs, Theranexus doit jouer des coudes avec un autre dossier, certes d'un univers totalement différent, qui n'est tout autre que SMCP, le spécialiste du luxe abordable... On passera donc notre tour pour le moment en attendant d'y voir plus clair sur les avancées cliniques.

    Ne pas souscrire

    Archives

    Etre rappelé
    par un conseiller
    Nous envoyer
    un message
    Parlons Placement
    Nos solutions
    M VIE Notre gamme
    d’assurance vie
    Plus d'infos
    M SCPI Nos SCPI en direct
    Plus d'infos
    M investissement Nos fonds structurés
    Plus d'infos