mercredi17janvier

D'un point de vue boursier on assiste à un retour en grâce du Brésil. L'indice, le Bovespa, a progressé de près de 30% sur l'année 2017. Une des plus belles performances des marchés émergents. Et il a commencé l'année en inscrivant de nouveaux records historiques. Et comme un bonheur n'arrive jamais seul, le real progresse contre le dollar à des niveaux qu'on n'avait pas vus depuis longtemps.

>

Pourquoi les investisseurs sont optimistes sur le brésil?

On dit que les marchés anticipent, mais pour l'instant on ne voit pas encore clair dans l'économie brésilienne, une économie qui sort d'une période difficile. La croissance l'année dernière n'a été que de 0.9%. Mais les investisseurs sont optimistes. Du fait des perspectives d'accélération de la croissance avec des anticipations moyennes de croissance de 2.5%, les bénéfices des entreprises sont attendues en hausse de plus de 20%. Tout cela dans un contexte d'inflation sous contrôle puisqu'elle est tombée en dessous de 3% alors qu'elle était encore au-dessus de 6% l'année dernière. Qui dit inflation en baisse, dit taux en baisse, un autre élément positif. On aurait donc la configuration idéale, le fameux alignement de planètes. Les investisseurs sont aussi très confiants, malgré quelques déconvenues en 2017, sur la volonté de réforme du président Michel Temer, et en particulier la réforme des retraites et de la sécurité sociale.

Et pourtant la note du brésil a été dégradée

Et pourtant l'agence de notation Standard & Poor's a dégradé la note du Brésil. Et ça a été une grosse surprise. La note du Brésil est passée en catégorie très spéculative. Pour S&P, les reformes ne vont pas suffisamment vite. Rappelons que le vote sur la réforme des retraites a été reporté à plusieurs reprises. On l'attend maintenant pour le mois de février. S'il n'est pas encore reporté. L'autre problème pour S&P c'est l'approche d'élections en octobre dont l'issue est totalement imprévisible. Cette dégradation n'a pas eu d'impact sur l'enthousiasme des investisseurs qui veulent voir le verre de caïpirinha à moitié plein et pas à moitié vide. Espérons que les marchés ne sont pas dans le fantasme et qu'ils démentiront la phrase célèbre de Clémenceau : le Brésil est un pays d'avenir et le restera longtemps.

Chute du bitcoin : l'effet nabilla

C'était évident. Je m'en veux de ne pas l'avoir fait. Dès que la vidéo de Nabilla sur le bitcoin est sortie, il fallait évidemment vendre à découvert les crypto-monnaies. C'était le signal. Bel effondrement hier du bitcoin. Près de 20%. Avec un bitcoin qui retombe à 11000$ après avoir touché les 20000$ il y a quelques semaines. Toutes les autres monnaies virtuelles ont suivi. Je ne comprends toujours rien aux crypto-monnaies.

Le changement de business model du jour

General Electric, c'était LE modèle du conglomérat. Le business case classique de la grande multinationale multi-activités. Mais General Electric s'est essoufflé. Et le successeur de Jack Welch pense à accélérer le découpage du groupe, le break-up en plusieurs baby GE. De la matière pour les business schools.

Le truc qu'on en a marre de répéter tous les jours

Les indices américains ont atteint un nouveau record historique hier en séance avec le Dow Jones qui est passé au-dessus des 26000 points pour la première fois avant de se replier en clôture. C'est la même chanson...

Le renversement de tendance du jour

C'était une de nos fiertés nationales. Une de nos exceptions. Notre natalité. Bad news : le nombre de naissances baisse pour la 3ème année consécutive (Le Figaro). 717 000 naissances en 2017, soit 17 000 de moins qu'en 2016. Le taux de fécondité chute. Il est à 1.88. C'est certes très élevé par rapport aux autres pays européens mais on s'éloigne des 2.1, taux nécessaire au renouvellement de la population. Les experts sont divisés sur les causes de cette nouvelle tendance mais le fait que les femmes commencent à faire leur premier enfant plus tard et font donc moins d'enfants est mis en avant. Passionnant. Et fondamental pour l'économie.

L'autre nombre de naissances

Ce qui est vrai pour la population n'est heureusement pas vrai pour les entreprises. Le nombre de créations d'entreprise continue a progressé en France. 6.7% de hausse en 2017. On frise les 600 000 créations d'entreprises selon l'INSEE. La France, start-up nation ?

Lucky mac

Il est peut être bon mais il a vraiment un bol incroyable. Encore un exemple : on pourrait avoir une "cagnotte" fiscale de 4 à 6 milliards d'euros qu'on n'avait pas prévue du fait des meilleures rentrées d'impôts. De l'argent que le gouvernement pourra distribuer...(au lieu de réduire les dépenses publiques, ce qui est dommage et dommageable). Ce mec a vraiment la baraka.

Du côté des marchés

Le Dow Jones a fait une incursion sur les 26.000 points en séance, une première dans l'histoire de l'indice et pourtant, il termine en baisse, miné par les valeurs de l'énergie et GE. Près de 300 points séparent le plus haut du plus bas de la séance... On reparle également du " shutdown ", alors que le congrès américain négocie un accord pour éviter un arrêt des administrations fédérales à partir de vendredi soir. À Tokyo, le Nikkei clôture également en baisse, de 0,35% à 23.868,34 points. Sur le marché des changes, l'euro se tasse encore à 1,2234 dollar et sur le front des matières premières, le Brent et le WTI ont cédé du terrain pour se négocier respectivement à 69,23 dollars et 63,86 dollars.

On s'en fout?

Le patron de Radio France, condamné à un an de prison avec sursis pour favoritisme, ne veut pas démissionner; Il paraît qu'il faut aller voir "3 billboards" qui sort aujourd'hui au cinéma; Le gouvernement envisagerait la mise en place de péages urbains (Les Échos); Enfin : le fisc réclame à la Société Générale les 2.2 milliards d'euros d'avantages fiscaux liés à la perte des 5 milliards de Kerviel; Complètement dingue l'histoire des 13 enfants de la "maison de l'horreur" en Californie; Une bonne nouvelle pour les futurs mariés : selon une étude d'une université aux États-Unis plus le prix de la bague de fiançailles est élevé plus le risque de divorce est important, une bonne excuse pour limiter les dépenses.

VOILÀ C'EST TOUT
BONNE JOURNÉE
MAY THE FORCE BE WITH YOU

A découvrir également

  • Alignement des planètes ?
    4/09/2019
  • Haut ou bas ?
    27/08/2019
  • Du plomb dans l'aile...
    22/08/2019
  • Le nerf de la guerre...
    13/08/2019

Archives

Etre rappelé par un conseiller
Nous envoyer un message
Parlons Placement
Nos placements
PERPlus de retraite et moins d'impôts avec nos PER sans frais d'entrée
Assurance vieDécouvrez nos contrats sans frais d'entrée
SCPIAccédez à l'immobilier professionnel dès 500 €
DefiscalisationInvestissez dans l'économie réelle en réduisant votre impôt