vendredi29juin

OL Groupe a annoncé en début de semaine la création d'un club d'actionnaires. L'objectif étant de développer et renforcer les relations entre le club de football et ses actionnaires et détenteurs d'Osrane, en favorisant les échanges et en récompensant leur fidélité. Une fidélité qui devrait être garantie par une saison 2018/2019 qui promet d'être animée. La qualification en Ligue des Champions, obtenue à l'arrachée lors de la dernière journée de Ligue 1 devrait donner du rythme à la saison ! Bienvenue au club !

    Seul club coté en France

    OL Groupe est le seul club françaos à avoir eu l'audace d'avoir voulu tenter l'aventure boursière. En 2007, le club rhodanien régnait sans partage sur la planète football en France avec six titres de champions de France d'affilée. Et en 2007/2008, l'OL remporta même un septième titre de Champion de France. Le moment était donc idéal pour se lancer dans le grand bain boursier. Mais les saisons suivantes n'ont pas été de tout repos pour l'OL avec de nombreux revers sportifs et le club ne parvient même plus à se qualifier à la prestigieuse Ligue des Champions. Mais la saison qui se profile devrait apporter son lot de satisfactions avec cette qualification en Ligue des Champions.

    Le Groupama Stadium atout majeur du club

    Depuis 2016, OL Groupe a un nouveau stade et devenait ainsi le seul club en France à disposer, à l'instar des plus grands clubs européens, d'une enceinte 100 % privée. L'exploitation de ce stade ultra-moderne et multifonctionnel, ouvert 365 jours par an, constitue un axe majeur de développement du groupe à moyen terme.

    Outre le développement immobilier, OL Groupe peut compter sur son centre de formation dont la réputation n'est plus à faire dans l'Hexagone. Il fait office de véritable pépinière de joueurs de talent. Et pour le trading de joueurs, cette stratégie est éprouvée. Les perspectives de plus-values en cas de vente de joueurs seront plus importantes que si le club avait été contraint d'acheter des joueurs sur le marché pendant les périodes de mercato.

    On peut citer les exemples de Samuel Umtiti, formé à Lyon et cédé en juin 2016 à Barcelone pour la coquette somme de 24,8 millions d'euros. Au cours de la saison passée, Lyon a frappé fort, en cédant Alexandre Lacazette, qui lui aussi a fait ses classes au centre de formation du club rhodanien, pour la bagatelle de 49,6 millions d'euros. Sur le mois en cours, le trading de joueurs reste actif avec le transfert de William Geubbels à Monaco, d'Aldo Kalulu pour 2,1 millions d'euros au FC Bâle et les départs de Mateta et Diakhaby annoncés en cette fin de semaine. C'est surtout le probable transfert de Nabil Fékir vers un grand club européen, après l'échec vers Liverpool, qui devrait concentrer toutes les attentions avec une valeur de marché qui devrait être supérieure à 60 millions d'euros.

    Réduction de "l'aléa sportif"

    La société souhaite toutefois réduire sa dépendance aux résultats sportifs en maximisant l'exploitation du Groupama Stadium. L'antre de l'OL permettra au groupe de Jean-Michel Aulas d'accentuer le développement et la récurrence de ses revenus. Le pari est certes plus risqué qu'une société de services par exemple. Toutefois, d'expérience de Jean-Michel Aulas, plaide pour ce dossier. Nous avions été fort inspirés quand nous avions jeté notre dévolu sur Cegid en janvier 2015, une valeur qui a fait l'objet d'une OPA en septembre 2016.

    Le club peut également compter sur l'appui du fonds d'investissement chinois IDG Capital Partners entré en août 2016, à hauteur de 20% et pour un montant total de 100 millions d'euros. Une grande partie de cet argent frais a permis au club de réduire son endettement.

    Il est vrai qu'au regard de l'historique boursier d'OL Groupe, Bourse et football ne font pas bon ménage. Mais les comptes de la société prennent quant à eux, la bonne trajectoire. Le total des produits des activités, par exemple, s'est élevé à 187,7 millions d'euros, sur les 9 mois de son exercice décalé 2017/2018. Leur progression ressort à 22% par rapport à l'exercice précédent. Le dossier reste faiblement valorisé en Bourse à 170 millions d'euros alors que la valeur d'entreprise s'élève à 500 millions d'euros. On prendra le pari d'une concrétisation de la stratégie concentrée autour du Groupama Stadium et de l'OL City, une zone qui concentrera un hôtel, un immeuble de bureaux , un centre médical etc. Les amateurs de ballon rond et de dossiers spéciaux peuvent y consacrer un petit ticket.

    >> Retrouvez notre conseil Gestion PEA sur OL Groupe

Archives

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos