vendredi09mars

Spie est sanctionné en Bourse après avoir fait part de perspectives 2018, jugées un peu courtes par le marché. Le groupe l'ingénierie s'attend désormais à une marge de 6% pour l'année en cours. L'annonce d'une amélioration des conditions du marché en Europe et d'une reprise de la croissance organique n'auront pas trouvé un écho suffisant pour faire oublier cette découverte sur la marge.

    Un exercice marqué par l'acquisition de SAG

    Spie a bien eu raison de casser sa tirelire pour s'offrir SAG. Le groupe allemand acquis pour 850 millions d'euros en décembre 2016 auprès du fonds d'investissement EQT, a nettement contribué à la hausse de la production du groupe de services multi-techniques. Cet indicateur qui fait office de chiffre d'affaires, s'est inscrit en hausse de 24% à 6,13 milliards d'euros, en raison de la consolidation de SAG (+19%) et d'une contribution des acquisitions 'bolt-on' (+7,1%). En revanche, la croissance organique est en territoire négatif, la baisse de 1,3% s'explique en par des retraits marqués dans le Pétrole-Gaz et dans ses activités au Royaume-Uni.

    Le résultat opérationnel a progressé de 13,5% à 388 millions d'euros et la marge correspondante est logée à 6,3% du chiffre d'affaires, après 6,9% en 2016. Spie explique cette baisse par une pression sur les marges en France, des conditions de marché défavorables pour l'activité Pétrole-Gaz ainsi qu'une perte exceptionnelle enregistrée au Royaume-Uni au deuxième trimestre 2017. Le résultat net part du groupe chute de 40% à 110,40 millions d'euros en 2017, principalement du fait de coûts de restructuration et d'un amortissement des goodwills affectés plus élevés en 2017. En données ajustées, les profits s'apprécient de 7,3% à 213,3 millions d'euros.

    La direction précise également que Spie sort d'un exercice charnière, marqué par de nombreuses acquisitions, dont celle de SAG, la plus grosse de l'histoire, mais aussi par des cessions d'activités non-stratégiques et par des soucis opérationnels au Royaume-Uni. Le groupe a réalisé une année record en matière de rachats avec 11 acquisitions à son actif.

    Spie entend récompenser la fidélité de ses actionnaires avec une hausse du dividende de 5,7% à 0,56 euro.

    Une production en forte croissance

    Cette année, la production sera en forte croissance, avec 370 millions d'euros d'apports des acquisitions et une croissance organique attendue en hausse par rapport à 2017. Le chiffre d'affaires total acquis en 2018 au travers d'acquisitions ?bolt-on? devrait être d'environ 200 millions d'euros. En conséquence, les revenus du groupe devraient croître en 2018 de plus de 7,0% à taux de change constants. La marge Ebita du groupe est, elle, attendue à 6% ou plus, soit une progression par rapport à son niveau pro forma 2017 (5,9%). "Même si elle sera masquée en 2018 par des impacts de consolidation liés aux acquisitions de 2017, la progression sous-jacente de la marge du groupe va reprendre", explique Spie dans son communiqué.


    Le titre Spie est sous pression ce vendredi après l'annonce d'une contraction organique plus importante que prévu de son activité et d'une marge attendu à 6% ou plus. Spie reste raisonnablement valorisé compte tenu des acquisitions à venir sur l'année en cours et de l'amélioration de la croissance organique à venir. Nous maintenons notre conseil Gestion PEA sur Spie , le sentiment à l'égard du spécialiste multi-services aux entreprises devrait être plus bienveillant à l'égard du dossier cette année compte tenu des fondamentaux de qualité de la valeur.

    Archives

    Etre rappelé
    par un conseiller
    Nous envoyer
    un message
    Parlons Placement
    Nos solutions
    M VIE Notre gamme
    d’assurance vie
    Plus d'infos
    M IMMOBILIER Nos SCPI en direct
    Plus d'infos
    M investissement Nos fonds structurés
    Plus d'infos