mardi23octobre

Décidément, les SSII ne font plus recette. Après Sopra Steria la semaine passée, c'est au tour d'Atos qui essuie les plâtres. Le groupe mené par Thjerry Breton a été contraint de renoncer à ses objectifs annuels après avoir affiché une croissance organique de 0,1% au troisième trimestre. La sanction a été immédiate, après avoir été réservé à la baisse à l'ouverture, le titre lâche plus de 20%, de retour sur des niveaux de juillet 2016.

    Faiblesse persistante

    Sur son troisième trimestre, le chiffre d'affaires d'Atos est ressorti à 2,88 milliards d'euros, en croissance de 1,8% à taux de change constants et retraité d'IFRS 15 et de 0,1% à périmètre et taux de change constants et retraité d'IFRS 15. Le consensus visait de son côté une croissance à périmètre et taux de change constants de 1,9%....Atos est bien loin du compte...

    Ce coup de mou de l'activité du groupe est principalement imputable à la baisse de 4,6% à périmètre et taux de change constants du chiffre d'affaires en Infrastructure & Data Management (IDM). Les revenus de la principale division de la SSII sont ainsi ressortis à 1,53 milliard d`euros, celle-ci ayant pâti de l'arrêt du contrat avec Marriott International en Amérique du Nord , ainsi qu'en Allemagne avec la décroissance des activités "Unified Communication & Collaboration (UCC)". Atos explique que cette division a également été impactée par le marché Télécoms, Médias & Services aux collectivités avec l'effet de base du contrat BBC au Royaume-Uni, des litiges sur le contrat avec un important opérateur téléphonique en Allemagne et la baisse du contrat Standard & Poor's en Amérique du Nord.

    Révision des objectifs

    Cette croissance moins forte que prévu conduit Atos à ajuster à la baisse ses objectifs pour 2018. La croissance organique du chiffre d'affaires est attendu de l'ordre de +1% (contre +2% à +3% précédemment) et l'objectif de marge opérationnelle est anticipée dans le bas de la fourchette comprise entre 10,5% et 11% du chiffre d'affaires. Seul l'objectif d'un flux de trésorerie de l'ordre de 60% de la marge opérationnelle n'a pas été écrêté par la faiblesse de l'activité du groupe.

    A découvrir également

    • Alignement des planètes ?
      4/09/2019
    • Haut ou bas ?
      27/08/2019
    • Du plomb dans l'aile...
      22/08/2019
    • Le nerf de la guerre...
      13/08/2019

    Archives

    Etre rappelé par un conseiller
    Nous envoyer un message
    Parlons Placement
    Nos placements
    PERPlus de retraite et moins d'impôts avec nos PER sans frais d'entrée
    Assurance vieDécouvrez nos contrats sans frais d'entrée
    SCPIAccédez à l'immobilier professionnel dès 500 €
    DefiscalisationInvestissez dans l'économie réelle en réduisant votre impôt