vendredi22février
Escroqueries via produit d'épargne en ligne

Existant depuis plusieurs années, les escroqueries en ligne semblent s’acharner sur les épargnants en profitant des faibles rendements des livrets présents sur le marché pour les appâter par des offres plus attrayantes. Le nombre de ces sites arnaqueurs augmente à vue d’œil, rallongeant la liste noire de l’ACPR (Autorité de contrôle prudentiel et de résolution).

Des produits d’épargne sans risque qui rapportent jusqu’à 10%, il n’en faut pas plus pour attirer les épargnants en quête de rentabilité, mais qui ne veulent pas pour autant risquer leur capital. Les arnaqueurs ont compris cette soif et l’ont transformée en arme afin de s’enrichir aux dépens de ces individus.

Les victimes des faux livrets d’épargne en ligne sont de plus en plus nombreuses aujourd’hui, ce qui enclenche l’alarme de l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution. D’autant plus qu’en l’espace de quatre ans, leur ingéniosité ne connait pas de limite, allant même jusqu’à usurper l’identité d’une enseigne déjà existante pour maximiser leur crédibilité.

Des offres alléchantes, mais un peu trop surréalistes

Depuis que les arnaques aux moyens de produits d’épargne fictifs ont fait couler beaucoup d’encre en 2014, leur nombre n’a cessé d’augmenter. Et pourtant, il est facile de remarquer ces sites internet frauduleux grâce à leurs offres farfelues, à savoir des rémunérations exorbitantes allant de 6% à 10% alors que l’heure est aux taux bas actuellement.

Toujours est-il que résister semble difficile face à des propositions alléchantes, comme un placement sans risque qui est en outre fortement rentable. À Guy Grandgirard, dirigeant de l’ADC 54, une association de consommateurs de Lorraine, de souligner :

« Cette arnaque n’est pas récente puisque les premiers méfaits constatés remontent à 2014. Néanmoins, à certains moments, de nouvelles propositions réapparaissent avec des habits différents. Grâce à une publicité offensive, ces propositions font davantage de victimes ».

Guy Grandgirard

Les imposteurs vont même jusqu’à afficher quelques indicateurs au vert, entre autres des marchés de cryptomonnaies en nette progression, qui susciteront davantage l’intérêt de leurs cibles. Comme l’explique un analyste du phénomène :

« Certains fraudeurs justifient les performances de leur livret grâce à un lien pour le moins étonnant avec l’évolution des marchés dérivés des cryptoactifs ».

Les fraudeurs redoublent d’ingéniosité

Basés à l’étranger dans la plupart des cas, les fraudeurs arrivent plus aisément à mener en bateaux leurs victimes. D’autant plus qu’ils affichent une totale dextérité dans leur activité. Tout d’abord, ils conçoivent régulièrement de nouvelles plateformes sur lesquelles ils convient les internautes à ouvrir un livret d’épargne.

À préciser que la présentation de leur site présente plusieurs similitudes à celle d’un autre établissement de renom (une banque, une Fintech, etc.). Ce pourrait être son logo, son nom ou même son numéro d’enregistrement. Et pour donner plus de crédibilité à la plateforme et au produit fictif qui y est proposé, un commercial est mis en relation avec le souscripteur, le temps d’argumenter les offres et de convaincre ce dernier à virer son argent.

Une situation qui ne manque pas d’alarmer l’ACPR qui a appelé la population à la vigilance en décembre dernier. Il faut savoir que cette entité s’active afin d’éradiquer toute forme d’actes frauduleux dans la société française. Pour ce faire, elle a établi une liste noire des sites dédiés aux produits d’épargne, de crédits et d’assurances douteux que deux nouvelles plateformes viennent tout récemment d’intégrer, à savoir Zan-partners et Finances-markets.

Archives

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos