2019 s’annonce aussi prometteur que 2018 en matière d’investissement en immobilier d’entreprise

2019 investissement immobilier entreprise

2018 a été fortement propice à l’investissement en immobilier d’entreprise en Europe. 2019 semble vouloir suivre ses pas, d’après le bilan du premier semestre réalisé par Savills et les perspectives de la deuxième partie de l’année. La France, plus particulièrement, est sur le point de réaffirmer le dynamisme pour le moins inédit de l’an dernier, notamment au niveau de son marché de « retail ».

44,7 milliards d’euros, c’est la valeur des fonds investis dans l’immobilier d’entreprise en Europe, rien que sur la période de janvier à mars 2019. Un chiffre qui laisse espérer un bilan fortement prometteur d’ici la fin de l’année, avec une France faisant montre de plus d’ardeur comparée à ses voisins. Car alors que les experts du secteur annoncent dans l’ensemble des résultats à la baisse par rapport à l’an dernier, l’État hexagonal pourrait accueillir les mêmes succès qu’en 2018. Un exploit tiré par le dynamisme parisien et, dans les détails, par les mégatransactions.

L’on peut également admettre que le marché tricolore est dopé par l’affluence des investisseurs étrangers. Ce qui n’a pas eu lieu d’être sans la santé de fer du pays, notamment au niveau économique, qui contraste avec le contexte international quelque peu inquiétant.

Une année brillante, surtout pour le marché français

L’année dernière était marquée par les résultats record enregistrés dans le secteur immobilier d’entreprise en France, en termes d’investissements. En effet, le volume engrangé durant cette période s’élevait à 32,8 milliards d’euros. À savoir, le premier semestre s’était terminé avec 13,7 milliards d’euros de placement.

Avec ses 13,8 milliards d’investissements entre janvier et juin, soit 1% de plus en glissement annuel, 2019 promet d’être aussi faste. D’ailleurs, le résultat annoncé est estimé à 48% plus performant par rapport à la moyenne de la dernière décennie. Un exploit qui a été particulièrement par l’affluence constatée au deuxième trimestre de l’année. Comme se targue Boris Cappelle, PDG d’une société experte en immobilier local et international, Savills France :

Le marché français de l'investissement est en ligne avec la tendance déjà constatée sur la même période de l'année 2018 avec près 14 milliards d'euros transactés. Il est même en légère hausse par rapport à 2018, déjà une année record.

Boris Cappel

Il faut dire que le dynamisme du pays tricolore le démarque du lot, non seulement de celui des « Big three » qu’il forme avec l’Allemagne et le Royaume-Uni, mais du marché européen dans son ensemble. À Boris Cappel d’annoncer :

Cette tendance est d'autant plus appréciable qu'elle se distingue du trend global européen.

Boris Cappel

Toujours est-il qu’il n’était pas le seul concerné au T1-2019 qui a baissé son rideau avec un volume investi de 44,7 milliards d’euros. Quatre nations se sont également révélées hautement performantes, dont :

  • La Grèce avec une progression de 165% sur un an ;
  • La Roumanie dont le montant des investissements a été majoré de161% ;
  • La République Tchèque enregistrant un reflux de 160% ;
  • La Suède affichant une hausse de 72%.

De nombreux leviers d’épanouissement

Le succès de l’Hexagone s’explique par différents leviers, notamment l’affluence des investisseurs internationaux, entre autres les originaires de Corée qui représentent les 19% des parts d’investissements dans la capitale française. À préciser qu’avec 9,9 milliards d’euros investis dans la région, celle-ci a joué un rôle important dans l’expansion du marché locale.

S’ajoutant à cela :

  • La stabilité institutionnelle du pays ;
  • L’endurance de l’économie nationale face aux turbulences actuelles sur le plan international ;
  • La robustesse du marché locatif ;
  • L’essor des transactions de très grandes tailles ;
  • L’engouement pour la pierre papier, telle que les scpi.

Ce dernier point se caractérise par le dynamisme du marché du « retail » qui est vent debout face à la forte régression des investissements dans ce secteur, à l’échelle européenne. D’après Savills, l’on a enregistré un repli de 39% en 2018. Une tendance baissière qui s’explique le choix de plus en plus rigoureux des actifs. À savoir, les mégaprimes sont actuellement les plus plébiscitées.

Toujours est-il que la disparité est au rendez-vous quand il s’agit de rendement. En effet :

  • Les "high street", très affectionnés par les investisseurs, offrent des taux record compris entre 2,45 et 2,50% à Paris ainsi que dans les autres agglomérations ;
  • Les "retail parks" affichent un rendement prime de 4,6%, attirant alors l’attention des investisseurs avec des critères de sélection assez spécifiques ;
  • Les "retail boxes" demeurent très actifs en dépit du petit ajustement qu’ils ont subi ;
  • Les centres commerciaux, les moins populaires du secteur, offrent un rendement en contraste avec la réalité du marché

Archives

Back to top