dimanche23juin

À l'heure actuelle, les épargnants ont confié plus de 3000 milliards d'euros en comptes et livrets bancaires et dans le fonds euros de l'assurance-vie. Une ruée vers les placements garantis qui paraît tout à fait justifiée sur les 10 dernières années, marquées par deux grandes crises économiques. Mais nous sommes aujourd'hui à un tournant économique. Et on ne peut aborder le prochain cycle  avec autant d'argent placé sur les placements garantis et qui ne rapportent rien. Mais pour ceux qui ne veulent pas prendre trop de risques avec des actions et fonds actions, il existe une catégorie de fonds, dits patrimoniaux, qui cherchent à offrir une performance régulière partiellement décorrélée des actions et donc moins risquée. 

1 - Introduction : les placements monétaires, principale victime de la crise ?

Aujourd'hui, et depuis quelques mois, nous pouvons dire que nous sommes sortis de deux crises : la crise des subprimes de 2008 avec la faillite de Lehman Brothers et la crise de la zone euro de 2010 avec la faillite de la Grèce.

En 2008, le monde subissait un AVC économique et financier, la récession frappait le monde entier.  En 2010, la crise s'amplifiait  avec la crise de la dette de la zone euro. En 2018, cette page est tournée : tous les principaux pays du monde ont renoué avec la croissance. La zone euro va mieux. La Grèce recommence à emprunter de l'argent sur les marchés, Les États-Unis sont dans une forme éblouissante. Même le Japon a réussi sa mue.

Nous sommes à un tournant économique. Et les principales victimes du dernier cycle économique sont sans doute les placements monétaires. Les banques centrales ont appliqué pendant la crise une politique monétaire ultra-interventionniste, qui a fait chuter les taux d'intérêt, et par là même les rendements de tous les placements sans risque. Oubliez les 4% de rendement du Livret A en 2008, et même les 2,25% en 2012. Il ne rapporte plus que 0,75% aujourd'hui. Oubliez aussi les rendements des fonds en euros de l'assurance vie, dont certains rapportaient encore plus de 3% en 2016. Ils ont rapporté en moyenne 1,8% (brut de fiscalité) en 2018. À l'heure actuelle, les épargnants ont confié plus de 3000 milliards d'euros en comptes et livrets bancaire et dans le fonds euros de l'assurance-vie. On ne peut pas aborder le prochain cycle économique de cette manière.

Aujourd'hui, la garantie en capital a un coût important : celui de renoncer à un espoir de performance attractif même à long terme : vous ne pouvez pas espérer faire plus de 2% annuel sur 10 ans (sauf à entrer dans un monde hyper-inflationniste mais dans ce cas le placement sûr garantit à peine votre pouvoir d'achat).
L'immobilier de rendement, les actions, ou encore les fonds patrimoniaux sont des placements réputés performants sur le long terme. En les cumulant au fonds en euros (qui reste selon nous le meilleur placement garanti) dans une allocation prudente, vous obtenez sur 10 ans une allocation qui reste très solide même lorsqu'on simule un scénario très pessimiste et qui conserve un espoir de rendement très attractif en cas de scénario optimiste. 

Découvrez notre simulation d'un investissement dans une allocation prudente, dans notre dossier:  Comment substituer le fonds en euros...grâce au temps

2 - Qu'est ce qu'un " OPCVM Diversifié " ?

Les OPCVM, plus généralement appelés fonds d'investissement, sont des organismes de placement collectif de valeurs mobilières.

2.1 Qu'est ce qu'un OPCVM ?

 

 Il s'agit d'une entité qui va investir sur des produits de placement (actions, obligations, taux...), le capital qu'elle a obtenu en émettant des titres auprès des épargnants. Le fonds appartient ainsi aux épargnants, appelés " les porteurs de parts ", qui pourront jouir des rendements et des performances* qui seront offerts par l'actif du fonds.


Les OPCVM sont gérés par des sociétés de gestion, indépendantes (Carmignac Gestion, La Compagnie Financière Edmond de Rothschild, etc...), ou filiales de grands groupes (Natixis Asset Management, AXA Investment Managers,...).


La plupart des sociétés de gestion gèrent plusieurs fonds d'investissement correspondant chacun à un type de placement. On retrouve donc, dans la plupart des sociétés de gestion, plusieurs OPCVM qui vont être uniquement investis en actions, classifiés selon leur univers d'investissement (France, Europe, Asie, Monde...), mais aussi des fonds investis en obligations ou en produits de taux. Il y a également des fonds qui investissent indifféremment sur différents actifs en fonction des opportunités.

 

2.2 Classe d'actifs : diversifié


Les fonds diversifiés recouvrent plusieurs catégories. Ils poursuivent un objectif commun : protéger* l'épargne du souscripteur, en tentant, en même temps, de capturer une partie du potentiel de hausse des marchés. Leur portefeuille est constitué d'un mélange d'actions, d'obligations, de cash, de fonds monétaires ou d'autres fonds...
Ils peuvent réagir à la conjoncture en modifiant la répartition de leurs avoirs, sans être totalement exposés à un marché en particulier. Par exemple, quand le gérant estime que la bourse va monter, il va augmenter la poche actions.


Parmi les fonds diversifiés, on trouve plusieurs catégories :

  • Les fonds d'allocation prudente privilégient la sécurité du capital pour les porteurs de parts. Ils sont constitués d'environ 70 à 75% minimum d'obligations. Les 25% restants sont investis dans des titres financiers plus risqués comme les actions
  • Les fonds d'allocation équilibrée contiennent une proportion plus importante d'actions (environ 50%)
  • Les fonds d'allocation agressive sont clairement orientés actions. Leur but est de capter une partie de la hausse des actions. Ils sont constitués d'environ 70 à 75% d'actions.
  • Les fonds d'allocation flexible bénéficient d'une très grande latitude de gestion. Pour la plupart d'entre eux, leur exposition aux actions peut varier de 0% à 100%. En fonction des anticipations du gérant il pourra plus ou moins s'exposer aux actions (ou à une autre classe d'actifs)
  • Les fonds "alternatifs" ou " de performance absolue" utilisent des stratégies "sophistiquées", avec notamment l'usage de produits dérivés, pour offrir une "performance absolue", régulière et décorrélée des indices. Par exemple, la gestion" long/short" consiste à combiner des positions acheteuses (long) sur un marché avec des positions vendeuses à découvert (short) sur ce même marché. Par cette stratégie, on arrive à effacer les variations des marchés et on se concentre uniquement sur les positions.

 

>> Découvrez les fonds patrimoniaux sélectionnés par MonFinancier

3 - Notre palmarès 2019 des meilleurs fonds patrimoniaux

Pour cette étude, nous avons passé au crible plus de 6000 fonds diversifiés, flexibles et alternatifs répertoriés sur le site de Morningstar pour vous proposer le palmarès 2019 des meilleurs fonds patrimoniaux. Les performances depuis le 1er janvier 2019 et depuis 1 an sont bien sûr un critère important, mais d'autres critères nous ont semblé aussi importants :
 

  • Les performances à moyen et long terme (3 ans, 5 ans et 10 ans)

Les performances passées d'un fonds, même si elles ne garantissent pas les performances futures, sont un bon critère pour juger de la qualité d'un fonds. Sur 5 ans, un fonds diversifié qui ne dépasse pas les 3% annuels de rendement ne peut pas être un bon complément aux placements monétaires, fonds en euros, ou encore aux SCPI.

  • Le risque

Un investisseur qui se positionne sur un fonds diversifié sera certes prêt à accepter une partie de risque, mais celle-ci sera quand même limitée. Deux indicateurs à regarder pour juger le risque : La volatilité et le "maximum drawdown" (évalue la perte maximale enregistrée par un portefeuille sur une période donnée, si on avait acheté au plus haut et vendu au plus bas)

  • La corrélation avec les indices boursiers (Indice MSCI World)

L'un des principaux objectifs des fonds patrimoniaux est d'offrir une performance décorrélée des indices boursiers et autres actifs. La diversification est donc un critère important : Un fonds investi à 70% sur une classe d'actifs aura du mal à être décorrélé de cette classe d'actifs.

  • L'accessibilité (frais, minimum d'investissement, éligibilité à des contrats d'assurance vie)

Au delà des performances, l'investisseur doit porter une attention particulière au cadre dans lequel il investit. Le ticket d'entrée (qui va de quelques centaines d'euros à plusieurs centaines de milliers d'euros selon les fonds)  et surtout les frais d'entrée peuvent être bloquants : certains fonds prennent jusqu'à 5 % de droit d'entrée. Mais ils peuvent être négociés voire réduits à 0 % sur certaines plateformes en ligne. Enfin, la possibilité d'investir dans le cadre fiscale privilégié de l'assurance-vie est un atout incontestable,  notamment pour les fonds éligibles à plusieurs contrats en ligne sans frais d'entrée.

  • La renommée de la société de gestion et la stabilité de l'équipe de gestion

Plusieurs agences indépendantes (Morningstar, Europerformance, Quantalyse, Citywire) réalisent des classifications et des analyses (sur des critères quantitatifs) pour aider professionnels et particuliers dans la sélection des fonds. L'ancienneté de l'équipe de gestion est aussi un critère important, car cette stabilité un gage de qualité pour un fonds.

 

Les experts de MonFinancier ont donné un coefficient à chacun des critères cités ci-dessus en fonction de leur importance dans notre analyse (par exemple la performance sur 3 ans a un coefficient de 9 tandis que la corrélation avec les indices boursiers a un coefficient de 5).

Ensuite, chacun des fonds étudiés par les analystes de MonFinancier se voit attribuer une note sur chacun des critères d'analyse. Il en découle une note globale pour chaque fonds selon leur note par compartiment et selon les coefficients inhérents à chaque compartiment de notation. Ce qui permet de déterminer le palmarès 2018 des meilleurs fonds diversifiés.


* Parts SR sans droit d'entrée créées le 11 janvier 2019. Pour l'historique de performances, nous avons repris celles de la part H2O Adagio R C dont les droits d'entrée s'élèvent à 5% depuis cette année"

>> Découvrez les fonds patrimoniaux sélectionnés par MonFinancier

4 - Comment souscrire ces fonds?

Les OPCVM sont considérés comme des valeurs mobilières, comme les actions, et à ce titre, ils peuvent être détenus dans un compte-titres. Mais la fiscalité sera lourde.

Depuis l'an dernier, le contribuable a le choix d'imposer ses revenus au barème de l'impôt sur le revenu (donc tranche marginale d'imposition + prélèvements sociaux de 17.2%) ou de subir un prélèvement forfaitaire unique de 30% (prélèvements sociaux inclus). Sur les dividendes versés par les fonds, l'investisseur subit automatiquement un prélèvement de 30% (mais une demande de dispense est possible pour les faibles revenus). Le contribuable peut ensuite décider d'intégrer tous ses revenus du patrimoine au barème (il bénéficie alors d'un abattement de 40% sur les dividendes pour l'IR, mais pas pour les prélèvements sociaux) si c'est intéressant pour lui. Si c'est le cas et que l'impôt calculé est plus faible que le PFU de 30% prélevé, alors le contribuable reçoit un remboursement.


Si la fiscalité parait lourde, il existe des enveloppes fiscales dans lesquelles les investisseurs ont la possibilité d'investir en OPCVM, en bénéficiant alors d'une fiscalité beaucoup plus douce. Il s'agit par exemple du PEA et de l'assurance-vie.

  • Au sein du PEA, tous les OPCVM ne sont pas éligibles. Il s'agit principalement des fonds d'actions européennes. Donc on y trouvera que très peu de fonds patrimoniaux.
  • Au sein de l'assurance-vie en revanche, les possibilités sont plus larges (fonds d'actions internationales, fonds d'obligations, fonds mixtes,...). Les gains ne sont imposés que lors des rachats, avec une fiscalité très douce au bout de 8 ans (abattement de 4600 euros pour une personne seule et 9200 euros pour un couple.

C'est l'assureur et/ou le distributeur qui sélectionne(nt) les fonds présents dans le contrat. Par exemple, sur le contrat d'assurance vie MonFinancier Retraite Vie, vous avez accès à plus de 660 OPCVM, dont plus de 100 fonds diversifiés, et vous pouvez bénéficier d'une sélection par MonFinancier de fonds choisis pour leur qualité de "fonds patrimoniaux"

>> Recevez une documentation gratuite sur MonFinancier Retraite vie

5 - Avis d'expert : Bruno Peyraverney, Directeur de l'épargne chez MonFinancier

Le site de recherche et de classement d'OPCVM Morningstar recense plus de 5000 fonds " mixtes " appelés également " diversifiés " ou dans certains cas fonds patrimoniaux. Le spectre des fonds " diversifiés " est particulièrement large et regroupe plusieurs sous-catégories. Les principales à retenir selon moi sont les catégories " Allocation Prudente ", " Allocation Modérée ", " Allocation Flexible " et  " gestion alternative ". Pour cette dernière, le terme de " performance absolue " me semble plus parlant.
 

Les performances et volatilités sont très variables d'un fonds à un autre, d'une catégorie à une autre. En ce sens, il apparait difficile de comparer et analyser avec efficience l'ensemble des fonds qui composent les fonds diversifiés. Il apparait beaucoup plus pertinent de comparer les fonds entre eux au sein d'une même catégorie. A catégorie égale, quelle performance, quelle volatilité, quel couple rendement / risque en somme ?


Partant du principe que personne ne détient le monopole de l'excellence, mon premier conseil consiste à sélectionner plusieurs fonds (entre 10 et 20) et plusieurs sociétés de gestion plutôt que de miser seulement sur un ou deux fonds. D'une part cela vous permettra de diversifier votre allocation d'actifs vers plusieurs catégories de fonds diversifiés (prudente, modérée, flexible, performance absolue) mais également de capter différentes sensibilités et convictions portées par diverses équipes de gestion au travers de choix d'investissement potentiellement contrariants les uns aux autres. L'idée étant vraiment de combiner et de chercher les compétences là où elles se trouvent.
En effet, 2 équipes de gestion particulièrement expérimentées et compétentes peuvent avoir des convictions de court ou moyen terme diamétralement opposées sur les zones géographiques, les classes d'actifs ou les devises à privilégier.
En matière de sélection, de multiples critères peuvent être pris en compte, notamment ceux cités plus haut ayant servis à l'élaboration du palmarès.


A titre personnel, les 3 critères combinés que je regarde en priorité afin de forger ma conviction de long terme sont : 

 

  • La stabilité du gérant principal ou de l'équipe de gestion. Ce critère associe des notions telles que l'expérience, la rigueur d'un processus d'investissement, la prise de décision collégiale et le bien être d'une équipe au sein d'une société, autant d'éléments participant selon moi à une gestion efficiente. 

 

  • L'historique de performance. Je regarde avant tout la performance de long terme, 10 ans, voire plus si le fonds est ancien. Ce critère révèle la capacité qu'une équipe de gestion démontre sur 10 ou 15 ans, à générer de la surperformance, notamment par rapport à sa catégorie. Il me sert également à analyser les performances d'un fonds lors d'années boursières particulièrement compliquées (2008 et 2011) et dans une moindre mesure en 2010 et 2014.

 

  • Les notations obtenues auprès d'agences indépendantes. De nombreux sites ou sociétés indépendantes notent les fonds mais également les gérants sur des critères quantitatifs (notamment le couple rendement / risque historique des fonds) et qualitatifs (rencontre des gérants et analyses du potentiel des fonds selon des critères objectifs). En analysant ces différentes notations et en les combinant avec mes propres critères, j'essaye de limiter au maximum le risque " d'erreur de casting ".

 

Bien entendu, les fonds diversifiés n'ont pas pour objectif de remplacer les fonds en euros mais de venir en complément de ceux-ci, si vous recherchez dans une optique long terme un moteur de performance au sein de votre contrat d'assurance vie, en contrepartie d'une prise de risque maîtrisée. Ils présentent évidemment un risque de perte en capital (plus ou moins élevé en fonction de leur catégorie).

En conclusion, l'investissement en fonds patrimoniaux doit répondre à un besoin de diversification au sein de votre patrimoine global  et bien entendu vous laisser espérer une performance supérieure à celle d'un fonds en euros sur longue période. En respectant mon premier conseil de diversification (sélectionner entre 10 et 20 fonds), en validant des critères de sélection indépendants, objectifs et pertinents, et enfin en donnant le temps nécessaire aux gestionnaires de générer une performance issue de leurs orientations et convictions de gestion, je suis convaincu que les objectifs de dynamisation de votre épargne (générer au global une performance supérieure aux fonds en euros) seront largement atteints.


Pour finir, les équipes de MonFinancier sont à votre entière disposition afin de répondre à vos éventuelles questions puis vous accompagner dans vos projets d'investissement, en cohérence avec vos objectifs, votre sensibilité au risque et votre tempérament d'investisseur.

>> Obtenez une information détaillée sur notre sélection des meilleurs fonds diversifiés

 

Communication non contractuelle à caractère publicitaire
* Ces supports doivent s'envisager dans une optique long terme et pour une faible partie de votre patrimoine. Contrairement aux fonds en euros, la valeur des unités de compte, qui reflète la valeur d'actifs sous-jacents, n'est pas garantie mais est sujette à des fluctuations à la hausse ou à la baisse dépendant en particulier de l'évolution des marchés financiers. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures et ne sont pas constantes dans le temps
 

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos