DISPOSITIF COVID-19 En savoir plus

Dans le contexte actuel, nos équipes restent mobilisées et opérationnelles à distance. Les agences sont fermées.
1. Contactez-nous de préférence par email, et sinon au 0800 113 133 (Service & appel gratuits).
2. Limitez au maximum les échanges par courrier et privilégiez vos opérations (arbitrages, versements, rachats partiels) via votre accès Client en ligne.

jeudi06février
Des investisseurs dans la pierre

Si investir son argent s’apparente à un pari sur le futur, l’on peut toujours être certain de le remporter en plaçant son pécule dans la pierre. Les sociétés civiles de placement immobilier ont d’ailleurs fait leurs preuves, notamment en 2019 où leur rémunération moyenne a atteint 4,51%. Une performance qui requiert cependant un encadrement des sommes investies pour pouvoir perdurer.

8,1 milliards d’euros, c’est la somme investie dans les sociétés civiles de placement immobilier au cours de l’année dernière, à en croire les statistiques relevées par un site spécialisé dans le domaine. Un nouveau record puisqu’elle a largement dépassé celui enregistré en 2017.

Une preuve irréfutable de l’affluence de la pierre papier qui, malgré l’absence de garantie sur le capital, l’investissement est bien récompensé. À ce propos, son rendement moyen a même augmenté notablement, s’il a affiché une tendance « stable » les autres années alors que de nombreux supports annoncent des rentabilités en berne.

Quoi qu’il en soit, il ne faut pas oublier qu’un flux trop important des fonds pourrait avoir un effet dilutif sur la performance du placement. Aussi, les gestionnaires se doivent-ils de tenir en bride la collecte pour continuer à mieux rémunérer leur clientèle.

Une rentabilité stable et des plus attractive

Les Français sont de nature prudents en matière d’épargne. Ce qui fait qu’ils priorisent la garantie avant la performance de placement. Force est pourtant de constater que ces dernières années, leurs produits favoris tels que le livret A et l’assurance-vie en euros ne remplissent plus leur rôle, compte tenu de leurs rendements pour le moins affaibli.

Respectivement de 0,5% (depuis le 1er février) et de 1,40% en moyenne pour 2019, ces supports ont dû mal à préserver le capital versé de la hausse du coût de la vie. Une situation qui pousse progressivement les investisseurs à se tourner vers les placements plus risqués.

Une occasion pour les SCPI de briller étant donné qu’elles offrent une certaine stabilité en termes de rendements. À un expert en pierre papier de souligner :

Depuis 30 ans, les SCPI n’ont jamais vu leurs rendements passer sous la barre des 4% et jamais au-dessus de celle des 8%. Cette régularité dans le rendement est une des raisons du succès.

À savoir, les gains perçus par les souscripteurs sont des dividendes variables en fonction des loyers versés par les occupants du parc immobilier dont ils ont acquis des parts, qu’il soit localisé en France ou à l’étranger, auprès d’une société dédiée, auxquels seront encore soumis des impôts.

Ainsi, après avoir affiché une tendance baissière depuis 2009, dont 4,35% en 2018, le TDVM (taux de distribution sur valeur de marché) de ce produit a remonté la pente l’an dernier pour s’établir à 4,51% en moyenne :

  •  5,19% pour les SCPI diversifiées ;
  •  4,95% pour les placements spécialisés ;
  •  4,75% pour les fonds investis dans les commerces ;
  •  4,26% pour ceux placés dans des bureaux

Une affluence qui ne manque pas d’inquiéter les observateurs

Les amateurs de rentabilité ont considérablement afflué vers la pierre papier en 2019, attirés par ces rendements pour le moins élevés. Les chiffres avancés septembre dernier par l’Aspim (Association française des sociétés de placement immobilier) en disent long sur cet engouement. En effet, 4,3 milliards d’euros ont été collectés au cours du premier semestre 2019.

Une dynamique maintenue toute l’année puisque la collecte a atteint 8,1 milliards d’euros, soit 58,7% de plus qu’en 2018 et 28% de plus sur deux ans.

À préciser que 2017 a enregistré le précédent record en matière de collecte. Un succès principalement attribué aux parts de SCPI de bureaux qui ont représenté 49% des nouvelles souscriptions.

Toutefois, force est quand même de temporiser cette prouesse qui n’est pas sans danger. En effet, une collecte trop abondante impacterait négativement sur le rendement étant donné que les gestionnaires seront amenés à lâcher du lest quant à la qualité des investissements. C’est également ce qu’a affirmé le fondateur d’une autre plateforme spécialisée en SCPI. D’après lui :

L'accroissement trop rapide des fonds engendre des effets qui peuvent être dilutifs en termes de performances […] Les gérants de SCPI ont tout intérêt à encadrer la collecte pour assurer la pérennité des rendements servis par les SCPI.

Archives

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos