jeudi04février
Maisons en billets de banque en euro avec un trousseau de clés sur fond gris.

L’acquisition immobilière reste le moyen d’épargne préféré des Français, car la valeur des actifs a peu de chance de se dégrader, elle affiche d’ailleurs une tendance haussière continue. Mais l’immobilier locatif classique comporte de nombreuses démarches parfois contraignantes, à la différence de la pierre papier qui se veut faciliter l’investissement de ses sociétaires.

Durant cette crise, l’immobilier a confirmé son statut de valeur refuge. En effet, ce placement a su garantir sa rentabilité habituelle bien que pour certains segments les dividendes versés aux sociétaires ont dû être revus à la baisse. Cette capacité à résister à la crise est la principale raison pour laquelle l’immobilier est l’outil d’épargne préféré des Français.

Néanmoins, le placement immobilier classique requiert un investissement conséquent, car l’épargnant doit faire l’acquisition à part entière d’une habitation avant de la proposer à la location. Mais les SCPI ou Sociétés Civiles de Placement Immobilier dérogent à cette règle, quelques centaines d’euros suffisent pour investir dans la pierre.

Des tonnes de paperasses

L’immobilier locatif représente un outil d’épargne très attractif auprès des Français, mais cet investissement s’accompagne aussi de son lot de complexités. Mis à part le fait de devoir disposer de fonds conséquents pour l’acquisition d’un bien immobilier, le futur propriétaire devra effectuer toute une liste de tâches administratives, ne serait-ce que de citer les démarches auprès d’un notaire.

Cet investissement requiert également une certaine connaissance en la matière. Il est, par exemple, à savoir que les rendements varient en fonction du type d’habitation et de la région où elle se trouve. En outre, l’immobilier locatif classique est entrepris difficile qui exige aux bailleurs d’y consacrer beaucoup de leur temps. Une fois les tâches administratives terminées, les propriétaires doivent s’assurer du bon entretien de son bien, dénicher des locataires et gérer les éventuels soucis tels que les problèmes de plomberie ou de dommages sur la toiture.

Néanmoins, les SCPI se veulent faciliter ce type de placement.

Investir puis attendre le versement des intérêts, et c’est tout

La pierre papier n’exige pas de l’épargnant de disposer de fonds conséquents, mais lui propose plutôt de devenir actionnaire de leur parc immobilier, un investissement qui est accessible dès quelques centaines d’euros seulement. L’épargnant devient en quelque sorte un bailleur et percevra des loyers qui seront calculés sur la base de son placement initial.

Qui plus est, les sociétaires des SCPI sont exhortés de toutes tâches administratives. En effet, ce sont ces sociétés qui se chargeront des démarches auprès du notaire, des services fiscaux et des autres agents pouvant être concernés.

Quant aux intérêts, les gestionnaires d’actifs immobiliers proposent, depuis ces dernières années, les meilleurs taux du marché, c’est d’ailleurs leur principal argument de vente, leur direction se targuant d’avoir un modèle économique apte à résister à n’importe quelle crise. Il est à noter qu’en dépit de la conjoncture actuelle, ce moyen d’épargne continue de proposer un rendement d’environ 4 %.

Concernant les éventuels travaux de rénovation et d’entretien, aucune participation ne sera demandée aux sociétaires, tout est à la charge des sociétés civiles de placement. Sans oublier le fait qu’après avoir investi dans cet outil d’épargne, les actionnaires n’ont plus qu’à attendre le versement des dividendes qui leur sont dus.

Archives

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos