jeudi03août
Des épargnants

L’environnement économique semble en faveur des livrets réglementés cette année. Au mois de mai seulement, le Livret bleu annonçait une collecte nette de 1,3 milliard d’euros. Comparée à la collecte de l’année dernière, celle-ci paraît réellement impressionnante. Certains experts Français estiment que ce niveau pourrait être maintenu dans les mois à venir et que les épargnants pourraient encore effectuer plus de versements.

La réaction des épargnants paraît inattendue. Cette année ils se sont empressés vers les livrets défiscalisés. Selon le bilan de la Caisse des Dépôts, l’encours des livrets règlementés augmente fortement. Au mois de mai, celui-ci a atteint un pic de plus de 10 milliards d’euros pour l’ensemble du Livret bleu et Livret de Développement Durable et Solidaire (LDDS).

Comparé à leur statut de l’année dernière, l’encours des livrets réglementés se multiplie au cours de cette année. Cette migration vers les livrets réglementés a un lien avec les difficultés subies par l’assurance vie.

En effet, ce placement connaît quelques problèmes en termes de rendement, sans parler de la réforme de fiscalité prévue dans le projet présidentiel.

Une collecte exceptionnelle, largement supérieure à celle de l’année dernière

Cette année est réellement remarquable pour les livrets réglementés surtout pour le Livret bleu. D’après les chiffres publiés par la Caisse des Dépôts, la collecte s’élevait à 1,3 milliard d’euros au mois de mai. En juin, les épargnants versaient 840 millions d’euros. La collecte nette de cette année atteint 9,42 milliards d’euros.

Ce succès est très remarquable surtout quand on compare la situation avec celle de l’année dernière. Pour rappel, au mois de mai 2016, les épargnants versaient seulement 400 millions d’euros et le mois de juin la collecte atteignait 690 millions d’euros. À l’époque, c’était déjà un bon résultat considérant la crise qu’ont subi les livrets réglementés en 2015.

Au même titre que le Livret bleu, le LDDS adopte un profil similaire même avec des montants de collecte relativement bas. Au mois de mai dernier, ce livret rassemblait 260 millions d’euros. En juin, les versements atteignaient 220 millions d’euros. Or, à la même période, l’année dernière, il en était seulement à 10 millions d’euros.

Apparemment, le livret bleu et le LDDS se portent très bien comparés au placement assurance vie qui peine à retrouver sa puissance à cause de nombreux paramètres critiques. On peut par exemple citer la baisse significative du rendement à cause de la baisse du taux obligataire, principal facteur influant les fonds en euros.

Outre la réforme de fiscalité prévue, la loi Sapin II projette également de limiter les retraits ou de mettre un système de blocage sur le placement assurance vie. Ces modifications perturbent les épargnants et les incitent à opter pour les livrets réglementés.

Maintien du système défiscalisé

Un des avantages des livrets réglementés, c’est l’exonération d’impôt des intérêts. Ce système est encore maintenu actuellement.

En effet, si certains placements financiers sont concernés par l’imposition à taux unique de 30%, les Livrets A demeurent entièrement défiscalisés. En plus, les prélèvements sociaux ne s’appliquent pas sur ce livret. Par ailleurs, le Livret A maintient également sa disponibilité. C’est une raison de plus pour les épargnants de le choisir.

A découvrir également

  • Image actualite 1
    Plafond du Livret A atteint, que faire de mon épargne ?
    2/07/2021
  • Image actualite 2
    Épargne: Le fossé des générations
    3/09/2019
  • Image actualite 3
    Le délai de perception des premiers dividendes d’une pierre papier impacte grandement sur la trésorerie
    8/08/2019
  • Image actualite 4
    L’investissement dans le résidentiel reprend de la couleur après des années de délaissement
    7/08/2019

Archives

Nos placements
PERPlus de retraite et moins d'impôts avec nos PER sans frais d'entrée
Assurance vieDécouvrez nos contrats sans frais d'entrée
SCPIAccédez à l'immobilier professionnel dès 500 €
DefiscalisationInvestissez dans l'économie réelle en réduisant votre impôt