vendredi15décembre
une personne insérant une pièce dans une tirelire

Un rapport sur la rentabilité des actifs dans 9 pays européens a été récemment publié par Allianz. Il a démontré une régression importante de l’épargne des Français en presque 15 ans. En effet, moins de 2% de leur argent sont mis de côté. D’autant plus que cette économie provient de leurs placements financiers et non de leurs revenus salariaux.

Plusieurs pays de la zone euro ont été sélectionnés par Allianz afin d’étudier le rendement des actifs des épargnants. Il s’avère que l’enthousiasme des Français à économiser de l’argent a été réduit à moitié par rapport à la période pré-crise financière. Les raisons pourraient être l’augmentation peu significative des salaires et la faible rémunération des supports d’épargne.

Les placements financiers sont moyennement rentables en France. Les épargnes des Allemands, quant à eux, sont en pleine expansion. Quant aux Finlandais, ils récoltent davantage d’intérêts grâce à leur prise de risques. En effet, les investissements risqués sont plus susceptibles de rapporter des profits.

L’épargne des Français recule de 40% environ

Allianz a dernièrement communiqué son rapport sur les rendements des actifs privés dans 9 pays membres de l’Union Économique Monétaire (UEM). Il a été constaté que les Français sont actuellement moins intéressés par les épargnes. En effet, avant la crise économique de 2008, chaque ménage français économise 2 010 euros par an, soit 4% de leurs actifs.

Entre 2012 et 2016, seuls 1 190 euros par an ont été mis de côté, cette économie financière équivaut en moyenne au Smic net. L’épargne française a, de ce fait, reculé de 40% étant donné qu’elle ne représente plus que 1,8% des actifs.

Selon Ludovic Subran, chef économiste adjoint du groupe Allianz, deux faits ont pu amener à cette situation : le niveau bas du taux de rendement des produits d’épargne et la hausse modérée des revenus salariaux. Cet analyste économique affirme d’ailleurs que :

Avec des taux d’intérêt en net recul, l’épargne rapporte beaucoup moins qu’avant, il y a donc peu d’incitation à épargner et les Français ont préféré consommer davantage. Et la France est en retard de phase sur ses voisins pour la reprise : sur la période 2012-2016, on observe peu de croissance et peu de hausses des salaires, ce qui limite les capacités d’épargne.

Ludovic Subran.

Les placements à risques permettent de bénéficier d’un rendement avantageux

Depuis 2012 jusqu’à l’année dernière, les Français ne puisent plus dans leurs salaires pour alimenter leurs épargnes. D’après le quotidien Les Echos, leurs économies découlent uniquement des intérêts générés par les produits d’épargne qu’ils possédaient auparavant.

Si cette dispersion de l’épargne est présente dans presque tous les pays européens, l’Allemagne fait exception. Pour elle, la période de 2012-2016 affiche un accroissement d’épargne de 33% par rapport à celle de 2003-2007 même si leurs livrets épargne rapportent 2,4% seulement.

Les placements financiers français, par contre, permettent de bénéficier de 3,8% d’intérêt (net d’inflation) par an en moyenne.

Le meilleur classement revient à la Finlande, en matière de placements financiers. En effet, ceux-ci rapportent en moyenne 6,6% du fait que les Finlandais investissent davantage dans des supports à risques. Dans ce pays, les portefeuilles composés d’actions sont estimés à plus d’un tiers.

Ce choix peut s’avérer judicieux pendant les périodes de faibles taux étant donné que les placements garantis, tels que les livrets d’épargne, sont moins fructueux.

A découvrir également

  • Image actualite 1
    Plafond du Livret A atteint, que faire de mon épargne ?
    2/07/2021
  • Image actualite 2
    Épargne: Le fossé des générations
    3/09/2019
  • Image actualite 3
    Le délai de perception des premiers dividendes d’une pierre papier impacte grandement sur la trésorerie
    8/08/2019
  • Image actualite 4
    L’investissement dans le résidentiel reprend de la couleur après des années de délaissement
    7/08/2019

Archives

Nos placements
PERPlus de retraite et moins d'impôts avec nos PER sans frais d'entrée
Assurance vieDécouvrez nos contrats sans frais d'entrée
SCPIAccédez à l'immobilier professionnel dès 500 €
DefiscalisationInvestissez dans l'économie réelle en réduisant votre impôt