lundi24juillet
une main insérant une pièce de monnaie dans une tirelire avec le symbole du pourcentage dessus

Le Ministère de l’Économie et des Finances a rendu son verdict la semaine dernière pour garder un taux de rémunération de 0,75% pour deux livrets d’épargne réglementés. L’espoir des millions de titulaires pour une augmentation de 1% a disparu à cause d’une éventuelle baisse de l’inflation prévue pour le deuxième semestre de l’année.

Maintenu à 0,75% depuis deux années successives, le taux d’intérêt du livret A aurait dû être révisé pour le mois d’août 2017. D’après la formule appliquée pour son calcul, le taux devra dépasser le seuil de 1%.

Or, ce taux reste inchangé suite à la décision du gouvernement. Avantageux pour les établissements bancaires mais pénalisant pour les épargnants, la situation risque d’être périlleuse.

En effet, malgré la stabilité de ce type d’épargne et les avantages qu’il représente, des millions de titulaires de livrets seront tentés de transférer leurs fonds vers un placement plus lucratif. Ce livret risque-t-il de perdre de nombreux clients ?

Un taux à un niveau historiquement bas

Lors de sa création en 1818, le taux d’intérêt du livret A a été chiffré à 5%. Son niveau était resté stable jusqu’à une baisse de 1,5% en 1881 puis il a considérablement régressé en 1946 pour atteindre 1,5%.

L’évolution de ce taux de rémunération a connu deux pics durant son existence : 7,5% en janvier 1975 et 8,5% en août 1981. Puis il a diminué continuellement jusqu’à ce jour où il se trouve au plus bas de l’échelle à 0,75%.

Ce taux, révisé normalement aux mois de janvier et juillet, est déterminé par rapport au taux d’inflation lissé sur six mois ainsi qu’aux taux d’intérêt pratiqués sur le marché monétaire.

Plus précisément, une comparaison est entamée entre la valeur de l’inflation majorée de 0,25 point de pourcentage, celle de la moyenne entre l’inflation et la moyenne de l’Eonia et l’Euribor trois mois puis on prend le plus grand chiffre. D’après ce calcul, le taux de rémunération à appliquer à compter d’août 2017 est de 1,05%.

Assurant l’équilibre entre le financement du logement social et le maintien de la protection des épargnants contre l’inflation, le taux ne peut qu’être maintenu à 0,75%. De plus, le Ministère de l’Économie et des Finances prévoit une baisse de l’inflation à 0,7% pour le deuxième semestre de 2017.

Le maintien du taux à 0,75% : impacts positifs ou négatifs ?

A priori, ce maintien du taux d’intérêt à 0,75% est favorable pour les établissements bancaires car la rémunération des titulaires du livret A est moins onéreuse alors que les banques peuvent se financer à des taux intéressants sur le marché monétaire.

Les épargnants, par contre, s’en sentent lésés. À noter que 10 milliards d’euros ont été récoltés durant la première moitié de 2017. Or, en considérant le taux d’inflation actuel, le rendement net du « petit livret » pourrait passer au négatif.

Selon la logique, les personnes effectuant des placements financiers s’attendent à ce que son argent fructifie. Les 61 millions titulaires du livret A seront donc tentés de déplacer leurs fonds vers d’autres placements plus avantageux.

Les futures collectes risqueront alors d’être négatives, tel a été le cas en septembre, octobre et novembre 2016 où les retraits ont dépassé les dépôts de 0,32 à 1,55 milliard d’euros.

Archives

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos