mercredi28juin
Un professionnel tenant entre ses mains une maison faite de billets de banque

La plupart des investisseurs se demandent comment trouver un rendement assez élevé avec une prise de risque limitée ? En tout cas c’est une très bonne question et la réponse n’est pas difficile à trouver, il suffit d’opter pour les SCPI. En effet, pour les Français, c’est le placement immobilier par excellence. D’ailleurs, le montant de sa collecte a établi un nouveau record durant les trois premiers mois de cette année.

En 2016, cette catégorie d’investissement a permis d’offrir à ses souscripteurs un rendement moyen de 4,85%, voire plus dans certains contrats. Les actifs des SCPI font partie des classes d'actifs qui bénéficient d’un couple rendement-risque très rentable.

Si les SCPI ont un tel succès auprès des épargnants, c’est tout simplement parce qu’elles offrent plusieurs avantages pour ceux qui aspirent à investir dans des placements de qualité, c'est-à-dire moins exposés aux aléas du marché. En plus, leur rendement est très attrayant (ils tournent autour de 4,60% cette année).

Si on les compare à un investissement immobilier classique, elles sont plus accessibles car la mise de départ est relativement faible et les conditions de souscription sont flexibles. En ce qui concerne la gestion des actifs acquis, sachez que la société de promotion prend en main cette responsabilité pour satisfaire et rassurer ses porteurs de parts.

En d’autres termes, l’associé n’a qu’à ouvrir un compte bancaire pour percevoir régulièrement ses revenus. D’ailleurs, si la détention des actifs dépasse 20 ans, les épargnants reçoivent une somme supplémentaire sous forme de prime et cela pourrait constituer un bon moyen pour améliorer leurs revenus mensuels.

Il est indéniable que ces SCPI représentent une bonne alternative pour atténuer la faiblesse du niveau de rendement d’autres supports de placement (type livret d’épargne), tels que le Livret A et le LDD .

Une croissance fulgurante

Le choix des épargnants français pour la « pierre papier » ne s’est pas fait au hasard cette année. D'après les données d’une la plateforme de gestion de patrimoines financiers, les SCPI ont pu réaliser un niveau de collecte de 2,3 milliards d'euros durant le premier trimestre 2017, soit une croissance exceptionnelle de 125 % par rapport à 2016.

Cette embellie a permis à cette structure d’investissement de placement collectif d’établir un nouveau record de 40 milliards d'euros de capitalisation.

Même si la tendance est assez disparate pour certains établissements, cette belle performance pourrait rendre la perspective d’avenir plus rassurante. À ce propos, Jonathan Dhiver, dirigeant-fondateur d’une SCPI confie :

Cette collecte record sur trois mois est en partie due à l'activité d'une SCPI en particulier, Primovie, spécialisée dans les actifs de santé

Jonathan Dhiver.

Remarquons que cette collecte exceptionnelle ne fait pas encore l’objet d’un procédé de réinvestissement intégral. Et pour cause, sur cette même période, les SCPI n’ont pu acquérir que 745 milliards d'euros de biens immobiliers, qui représentent à peu près 33% du montant total des collectes.

Pour Jonathan Dhiver, ce chiffre est encore insuffisant et c’est pour cela qu’il incite les épargnants à faire confiance aux sociétés qui réinjectent la majorité de leur capitalisation dans le circuit d’investissement.

À titre d’exemple, au premier trimestre, 80 % des achats d'actifs de SCPI étaient destinés à l’acquisition des bureaux et des commerces ; les 20 % restants investis dans les établissements de santé.

Un petit tour d’horizon au niveau européen

On remarque que ce type d’investissement se généralise au niveau européen. En effet, plus de 33% des achats réalisés par les « Assets managers » ont eu lieu hors du territoire français, à savoir en Allemagne, aux Pays-Bas et en Italie.

Pour ne pas déstabiliser le marché et pour éviter une ruée vers l'acquisition d'actifs à but spéculatif, de nombreuses enseignes se sont mises à instaurer des mesures prudentielles rigoureuses. Certains établissements ont même opté pour un allongement des délais de jouissance pour pouvoir gagner en efficacité.

Comme on l’a dit plus haut, la performance des SCPI est disparate. Ainsi, certaines d’entre elles voient leur situation s'empirer d’un mois à l’autre. Mais heureusement qu’elles ont fait beaucoup d’efforts pour revitaliser leurs activités.

De ce fait, avant de souscrire un support d’épargne dans une SCPI, il serait préférable d’analyser le taux de distribution sur valeur de marché (TDVM) car cet indicateur est déterminant pour évaluer le rapport entre le revenu distribué et le prix d’achat des actifs.

Archives

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos