lundi12juin
Une personne plaçant une pièce de monnaie dans une tirelire

Au sens de la comptabilité nationale, on constate que les Français se placent en tête en matière d’épargne globale si on effectue un simple classement au niveau européen.

Malgré quelques efforts qui doivent être fournis en matière d’épargne financière, le progrès est déjà très encourageant si on se réfère à l’évolution des différents agrégats ces deux dernières décennies.

L’INSEE a publié des informations très précises sur l’évolution des flux économiques et financiers au cours de l’année 2016. L'épargne totale des Français s’évalue à 200 milliards et représente 16% de leurs revenus disponibles.

Le baromètre de l'épargne des ménages publié récemment par la Banque de France en dit plus sur l’épargne financière. Rappelons que l’épargne financière est constituée des dépôts, des livrets, des titres de placement et des assurances-vie. Le livret d’épargne est le support de placement le plus prisé par les Français.

L’ancien institut d’émission de la France estime que les dépôts à vue ont connu une nette progression de 20 milliards d'euros au premier trimestre 2017 et ce malgré le fait que les taux créditeurs sont restés à un niveau historiquement bas.

L'assurance-vie (fonds en euros), quant à elle, a connu un léger ralentissement en 2016 avec un flux de 25,5 milliards d'euros (contre 32,2 milliards en 2015).

Toutefois, le PEL a affiché une nette augmentation de 18,4 milliards d'euros en 2016. Mais cette progression est relativement faible comparée à celle réalisée en 2015 (22,6 milliards).

De son côté, l’indicateur des comptes à terme a viré dans le rouge car après un bilan déjà négatif en 2015 (-6,3 milliards), il a évolué à la même tendance en 2016 (-3,2 milliards d'euros).

Certains supports sont plus attractifs que d’autres

Malgré un niveau de rendement assez bas surtout pour les placements sur fonds en euros, les Français cherchent tous les moyens pour améliorer leurs gains au fur et à mesure que le temps passe. Les livrets et les Compte Épargne Logement (CEL) sont leurs produits de prédilection d’autant plus qu’ils ont affiché une collecte nette positive de 3,9 milliards d'euros en 2016.

Si la détention des livrets d’épargne comme le Livret A permet de faire un retrait à tout moment avec un rendement assez faible (0,75%), d’autres supports d’épargne contractuelle comme le Plan d’Épargne Logement (PEL) et le Plan d’Épargne Populaire (PEP) offrent une rémunération très avantageuse même si la somme déposée est bloquée pendant une période plus ou moins longue.

Or, ces derniers ne suscitent plus l’engouement des Français à cause de la baisse de leur taux, descendu jusqu’à 1 % depuis le 1er août 2016, contre 2,5 % jusqu'au 31 janvier 2015.

Par conséquent, la collecte effectuée sur le PEL et le PEP a chuté de 21,12% en 2016 par rapport à celle de l’année 2015, qui a atteint 23,2 milliards d’euros. Pendant le premier trimestre 2017, la valeur de la collecte nette est tombée à 0,9 milliard. L’État devrait se pencher sur le cas de ces produits d’épargne car à cette perte de performance risque de se poursuivre dans les mois à venir et la situation devient de plus en plus préoccupante.

La prise de risque est-elle justifiée ?

Vu le niveau de rendement qui est loin d’être satisfaisant en matière de placement sur fonds en euros, les épargnants français se tournent vers des placements plus ou moins risqués.

Remarquons qu’ils ne sont pas trop enthousiasmés par les actifs liquides trop risqués comme les titres de créances ou les actions cotées. La collecte de ces catégories d’actif a subi un fléchissement très brusque en 2016 (elle s’évalue à 0,3 milliard d'euros en 2016 contre 5,1 milliards d'euros en 2015).

Cependant, les contrats d’assurance-vie en unités de compte ont eu le vent en poupe car ils ont connu une assez forte progression à la hausse avec 4,7 milliards d'euros au premier trimestre 2017 contre 3,2 milliards d'euros pendant les trois derniers mois de l’année 2016. Cette embellie est le résultat d'une action de promotion réussie organisée par les compagnies d’assurance.

Mais la collecte en assurance-vie sur fonds en euros dégringole, elle est évaluée à 0,7 milliard d'euros pendant le premier trimestre de cette année. Bien évidemment, comme on l’a mentionné plus haut, cette tendance baissière est due à la faible rémunération de ces fonds.

Archives

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos