lundi12juin
Une personne tenant une loupe au-dessus de plusieurs pile de pièces de monnaie

Au moment où certains produits financiers ne rapportent plus grand-chose, les Français ont tendance à placer leur épargne sur leur compte-courant. Puisque ces comptes ne sont pas rémunérés, ils ne souhaitent pas mettre leurs économies dans des fonds « dormants ». Mais quelles en sont leurs motivations ? Comment ça se passe ?

Le dépôt à vue commence à gagner de la notoriété au niveau de la société française. De par sa définition exhaustive, c’est un dépôt dont les fonds peuvent être retirés partiellement ou totalement à tout moment. Notons qu’il peut être rémunéré ou non.

Actuellement, le type livret d’épargne retrouve également sa couleur. Les Français sont de nouveau séduits par ce service. Il commence également à avoir sa place.

Par contre, les Français commencent à laisser leurs vieux plans comme le PEL ou le PEP. Pourquoi ce choix ? La chasse au rendement est ouverte. Malgré tout, ils resteront toujours en quête de rendement.

Ils ont choisi l’immobilisme

Au cours du premier trimestre 2017, les dépôts à vue ont connu une nette augmentation. 20 milliards d’euros, c’est le montant collecté pendant la même période. Le dernier baromètre de l’épargne des ménages publié par la Banque de France démontre en effet que les Français ont choisi l’immobilisme.

Ils souhaitent alors placer leur argent sur leur compte courant que de le mettre sur une économie à long terme. Cela, pour une seule raison : le compte épargne n’est pas vraiment rentable.

Selon les derniers chiffres, le flux enregistré au cours du premier trimestre 2017 est largement supérieur à celui de l’ensemble de l’année 2014.

Quant au Plan Épargne Logement (PEL) ou au Plan Épargne Populaire (PEP), ces types d’épargne sont totalement abandonnés par les épargnants français. En 2016 par exemple, nous avons enregistré une collecte de 18.3 milliards alors qu’en 2015, il s’est élevé jusqu’à 23,2 milliards.

Sur les derniers mois, le mouvement s’est de plus en plus dégradé : la collecte, qui était de 4,2 milliards au quatrième trimestre 2016 n’est plus que 0,9 milliard au premier trimestre 2017.

Un autre type d’épargne plus attractif

Les livrets d’épargne sont de nouveau attirants. Les Français, toujours à la recherche des bénéfices considèrent à nouveau les livrets d’épargne comme avantageux, même si avec un taux nettement faible.

Depuis ces derniers trimestres, les livrets et CEL affichent une nette progression en termes de collecte. C’est tout à fait l’inverse pour le PEL, la rentabilité n’est pas au rendez-vous, même si l’on peut toujours retirer de l’argent à tout moment avec cette offre. Cependant, ces solutions d’épargne ont beaucoup perdu leurs avantages suite notamment à la baisse des taux ces derniers temps.

En 2016, le taux d’épargne s’élève à 14,5%. Effectivement, c’est déjà un signe de stabilité. Après les Allemands, les Français occupent la seconde place des Européens les plus épargnants. Par contre, au Royaume-Uni, le taux d’épargne chute d’année en année.

Les Britanniques, de plus en plus tentés par la baisse des taux font massivement recours à l’emprunt. En conséquence, les dépenses de consommation ont connu une forte hausse.

L’Espagne et l’Italie, après avoir été plongées dans une crise économique profonde, ont puisé dans les réserves de l’épargne pour y faire face.

Archives

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos