jeudi29juin
Des jeunes avec une tirelire

Le meilleur moyen d’assurer la rentabilité d’un investissement, c’est de s’y mettre dès son plus jeune âge. Actuellement, la majorité des jeunes actifs désirent constituer leur patrimoine mais sont réticents lorsqu’il s’agit de s’investir financièrement. Une enquête a été réalisée en mai dernier, spécifiant que les jeunes de 25 à 35 ans sont favorables pour des placements moins risqués.

Une étude effectuée sur 800 personnes âgées entre 25 et 35 ans par l’Institut Français d'Opinion Publique (IFOP) en mai 2017 a montré que les jeunes Français sont très conservateurs en matière d’investissement et de constitution de patrimoine.

En effet, ils préfèrent les solutions à faible risque quoique celles-ci soient moins rentables par rapport aux autres. Ainsi, le type livret d’épargne le plus prisé par ces jeunes est le Livret A, à raison d’un taux de préférence de 82%.

Par ailleurs, ces derniers se montrent également réservés concernant la digitalisation de la gestion de leur finance, et préfèrent être conseillés par une personne physique.

La jeunesse française et la constitution de patrimoine

Sur les 800 jeunes qui ont été sondés durant l’enquête de l’IFOP, seulement 34% d’entre eux sont entrain de constituer leur patrimoine tandis que les 56% préfèrent entamer leurs actions dans une dizaine d’années.

Sept jeunes sur dix n’ont donc pas encore pu en acquérir un, du fait qu’ils sont pénalisés par leur apport financier. En effet, selon le sondage, il est indispensable d’épargner mensuellement environ 630 euros pour pouvoir fonder un patrimoine, alors que la plupart n’en sont capables que de 200 euros par mois.

Par ailleurs, les trois quart de ces jeunes de 25 à 35 ans se penchent plutôt sur l’acquisition d’un bien immobilier quand on parle de patrimoine c’est-à-dire posséder une résidence principale ou secondaire, posséder des terrains, etc.

Sa définition étant encore un peu floue pour ces derniers, 36% seulement des personnes enquêtées semblent attribuer un lien entre les actifs financiers et la constitution d’un patrimoine, dont 8% concernent la détention d’actions dans une entreprise en activité.

Les investissements financiers appellent la prudence

En contradiction avec les caractères qui définissent la jeunesse, la témérité n’est pas au rendez-vous lorsqu’il s’agit de s’engager financièrement. En effet, le quart seulement des personnes âgées de 25 à 35 ans s’intéressent actuellement aux marchés financiers, d’après l’étude effectuée par l’IFOP.

Ces jeunes Français étant déjà en mesure d’épargner 200 euros par mois pour fonder leur patrimoine, ne se sentent plus obligés de s’investir dans une entreprise ou en Bourse. De plus, l’insuffisance d’une culture financière les empêche d’être totalement en connaissance de la solution d’épargne qui sera la plus bénéfique pour eux À cet effet, ils préfèrent toujours choisir la plus classique : 82% des sondés ont donc opté pour le Livret A.

En outre, cette méfiance se reflète dans leur choix en matière de gestion de leurs ressources. La jeunesse française est très peu intéressée par les contrats d’assurance-vie, de Plan d’Épargne Logement (PEL) et autres produits à dessein patrimonial.

Si 75% des jeunes ont recours à des services en ligne pour les actes administratifs et 55% en sont favorables pour leur gestion courante, ils hésitent à utiliser des outils digitaux quand il s’agit de choisir leur moyen d’investissement. Pour ce faire, ils préfèrent être accompagnés personnellement par un conseiller.

Archives

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos