vendredi06octobre
Une maison miniature,une tirelire et une calculatrice

Le Plan d’Épargne Logement (PEL) est un placement que bon nombre de Français apprécient, au même titre que le Livret A. Il permet d’économiser régulièrement et d’accéder au bout de quelques années un prêt immobilier avec un taux avantageux. À compter de l’année prochaine, cette épargne exonérée d’impôt sera soumise au prélèvement forfaitaire unique de 30%. Focus!

Les avantages du PEL sont nombreux, à commencer par son taux d’intérêt, fixé dès l’ouverture du plan, qui tourne autour de 2,76%. Bien qu’utilisé par plusieurs ménages comme étant une épargne de précaution, le PEL permet d’acquérir plus facilement un logement, grâce à la prime octroyée par l’État et au prêt à l’habitat à un taux intéressant.

Suite aux réformes fiscales prévues par Emmanuel Macron, la fiscalité des revenus de cette épargne évoluera à partir de janvier 2018. En effet, un prélèvement forfaitaire de 30% sera appliqué pour toute nouvelle ouverture tandis que les anciens plans seront également soumis à cette taxe au-delà de leur douzième anniversaire.

Le PEL, un placement plébiscité par les Français

Le Plan Épargne Logement est un des placements les plus appréciés par les Français. Il compte actuellement 12 millions de détenteurs. D’après les données communiquées par la Banque de France, l’encours du PEL s’élevait à 262,4 milliards d’euros à la fin du mois de juin dernier. Le livret A a quant à lui, enregistré un encours de 269 milliards d’euros, une légère augmentation par rapport au PEL.

Le taux de rendement de ce type de placement, dont les fonds sont plafonnés à 62 000 euros, est fixé à la souscription. La rémunération moyenne pour les encours actuels est chiffrée à 2,76%, selon la Banque de France, quoique 48% des PEL détiennent un taux de rendement supérieur à 3,5%.

À défaut d’une soumission à l’impôt sur le revenu, ses produits sont déduits annuellement des prélèvements sociaux pendant 12 ans (actuellement à 15,5%). Au-delà de ce délai, l’imposition sur le revenu leur sera appliquée, avec un barème progressif.

Une taxation de 30% pour les nouvelles souscriptions à partir de 2018

La fiscalité du PEL va connaitre des changements à partir de 2018. Par cette action, le gouvernement a pour objectif d’optimiser les placements à risques, tels que l’achat d’actions et le financement des entreprises. Or, les plans signés avant la fin de l’année garderont les mêmes règlementations. C’est au bout des 12 premières années qu’ils seront taxés à 30%. Le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, souligne que :

Pour les plans ouverts avant le 1er janvier 2018, les intérêts produits jusqu'à la veille du douzième anniversaire du PEL resteront exonérés d'impôt sur le revenu. En revanche, les intérêts produits après douze ans seront imposés au PFU.

Bruno Le Maire.

Les nouveaux plans ouverts à compter de janvier prochain, en revanche, seront tout de suite soumis à un prélèvement unique nommé flat tax de 30%. À noter que les prélèvements sociaux, dont la contribution sociale généralisée (CSG), y sont déjà inclus.

Quoi qu’il en soit, les détenteurs des PEL ne risquent pas de s’en détourner étant donné qu’ils ont opté principalement pour ce placement pour se prémunir contre les dépenses inattendues. D’autant plus que le taux livret d’épargne est assez avantageux.

Archives

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos