vendredi01septembre
évolution du marché boursier et tirelire

La crise économique du 2008 a eu des répercussions négatives sur l’économie de plusieurs pays, ainsi que dans la vie quotidienne de la population. Ces effets ont fait régresser les épargnes, surtout les placements en bourse. Presque une décennie après, les appréhensions commencent à disparaitre et les épargnants français reprennent goût aux prises de risque.

Si les Français adorent mettre de côté une partie de leurs revenus pour prévenir les mauvais jours, ils ont tout de même une aversion pour les placements risqués. Ce sentiment a été renforcé lors de la crise financière de 2008. En huit ans, les actions en direct ont diminué de presque 8 points.

Actuellement, le faible rendement des livrets bancaires et de l’assurance-vie encourage les épargnants à prendre davantage de risques.

À cela s’ajoute la reprise de confiance à l’économie grâce à l’instauration du nouveau gouvernement. Selon l’Autorité des Marchés Financiers (AMF), les Français doivent adopter une « pédagogie de risque » pour que les investissements boursiers puissent s’épanouir.

Les Français recommencent à opter pour les placements à risques

Il y a neuf ans, le marché des actions, notamment celles qui sont en direct, les FCP (fonds communs de placement) et les SICAV (sociétés d’investissement à capital variable) dépassaient les 10%. 13,8% des épargnants français disposaient des actions en direct tandis que l’ensemble (FCP, Sicav…) était chiffré à 16,4%.

Le crash boursier de 2008 a nettement affaibli ce type d’épargne, de telle sorte qu’en 2016 le taux de détention a été estimé à 7,6% (6,2% pour les actions en direct).

En mars 2017, Kantar TNS a réalisé une enquête sur ce placement. 3,67 millions de Français en détiennent actuellement, soit une progression de 22% en un an. Bien que le nombre des actionnaires n’ait pas encore trouvé le niveau pré-crise, les taux de 7,6% pour les actions en direct et 8,7% pour l’ensemble affichent une remontée des prises de risque auprès de la population française.

L’accroissement de 7,3% de l’indice CAC 40 depuis le début de l’année le démontre. En 5 ans, ce dernier a grimpé de 61%.

Pourquoi un tel regain d’intérêt pour les actions ?

Les épargnants plébiscitent les investissements stables et peu risqués. C’est la raison pour laquelle les livrets bancaires et l’assurance-vie ont été les épargnes préférées des Français. Or, les livrets sont peu rentables. La rémunération du type livret d’épargne A ou le Livret de Développement Durable et Solidaire, par exemple, est presque nulle si on tient compte de l’inflation. Le fonds en euro présente également moins de rendement.

De plus, la mise en vigueur du taux unique de 30% pour l’imposition des produits d’épargne suscite le désintérêt des contractants vis-à-vis de l’assurance-vie. À cet effet, risquer son capital pour gagner plus de profits devient, de ce fait, plus évident.

Parallèlement, les traumatismes générés par la crise ont presque disparu. À cela s’ajoutent les effets psychologiques post-électoraux. Les Français ont repris confiance en l’économie du pays. Les observateurs du site Tradingsat ont d’ailleurs constaté :

Un énorme gap (…) entre le vendredi précédant le premier tour et le lundi matin, où les marchés ont ouvert en très forte hausse. (…) un gros mouvement psychologique qui a créé, selon nous, un retour aux actions.

Selon l’Autorité des Marchés Financiers, les investisseurs ont du mal à prévoir leur placement en actions à long terme, c’est pour cette raison que la prise de risque les révulse autant.

A découvrir également

  • Image actualite 1
    Plafond du Livret A atteint, que faire de mon épargne ?
    2/07/2021
  • Image actualite 2
    Épargne: Le fossé des générations
    3/09/2019
  • Image actualite 3
    Le délai de perception des premiers dividendes d’une pierre papier impacte grandement sur la trésorerie
    8/08/2019
  • Image actualite 4
    L’investissement dans le résidentiel reprend de la couleur après des années de délaissement
    7/08/2019

Archives

Nos placements
PERPlus de retraite et moins d'impôts avec nos PER sans frais d'entrée
Assurance vieDécouvrez nos contrats sans frais d'entrée
SCPIAccédez à l'immobilier professionnel dès 500 €
DefiscalisationInvestissez dans l'économie réelle en réduisant votre impôt