L’accès à la performance des actifs alternatifs est soumis à certaines contraintes

Accès performance actifs alternatifs soumis certaines contraintes

Les supports en euros dits « alternatifs » se font rares sur le marché. Pourtant, ces produits de niche peuvent considérablement contribuer à de meilleurs rendements pour les épargnants. Au cours des quatre dernières années, ils se sont avérés ultra-performants en termes de rentabilité en tenant compte que certaines concessions sont nécessaires pour accéder à ces types de fonds d’investissement.

Selon l’observatoire Good Value for Money (GVfM), la rentabilité des fonds en euros alternatifs s’est avérée alléchante à partir de 2014, plus que celle des contrats dits classiques. Des rendements attractifs auxquels les investisseurs ont cependant du mal à accéder.

En effet, certaines contraintes sont à prendre en compte pour avoir la possibilité d’investir dans ces produits à forte potentialité. Des exigences qui se montrent quelque peu pénalisantes pour ceux souhaitant miser sur ces enveloppes. Ces derniers sont en effet, contraints de placer une partie de leurs capitaux dans des placements à risque sans parler du dépôt qui est parfois plafonné auprès de certains établissements.

Pour un investissement plus rentable

Selon le constat du prescripteur Good Value for Money, les investissements dans les supports en euros dynamiques ont représenté 18% des capitaux placés en assurance vie. Tandis que 8,6% uniquement ont été investis dans les contrats classiques.

Les obligations et l’immobilier, quant à eux, se sont départagé les parts restantes à respectivement 62,5% et 18,5%. En ce qui concerne les fonds en euros immobiliers, le ratio s’élève à 44,9% contre 6,4% pour lesdits classiques, les obligations à 45,8% et les actions à 8,5%.

En matière de rentabilité, les produits alternatifs se sont avérés, depuis plusieurs années, plus performants que les placements courants. D’après GVfM, les revenus de ces enveloppes se sont établis à hauteur de 3,05% en 2014 et à 3,10% en 2015. Avant de remonter la pente en 2017 (2,21%), ils ont connu une modération l’année précédente, et ont atterri à 1,60%.

Durant les quatre dernières années, les fonds immobiliers ont, quant à eux, rapporté 3,68%, 3,40% et 2,46 % en équilibre depuis deux ans. Certains facteurs rattachés à l’évolution du marché de la bourse expliquent cette irrégularité.

Des exigences à tenir compte

Pour investir dans des fonds euros alternatifs, les investisseurs sont exposés à certains éléments contraignants. Raison pour laquelle ces types de contrats sont difficilement accessibles.

En effet, les épargnants sont parfois contraints d’investir une proportion de leurs capitaux (entre 20 à 50%) dans les placements à risque pour accéder à ce type de service.

Sinon, ils sont confrontés à certaines exigences tendant à limiter les versements. Sur le fonds Euro Allocation Long Terme 2 de Spirica, le plafond s’établit à 50 000 euros. Cette enveloppe a rapporté jusqu’à 3% l’an dernier. Ayant procuré un rendement de 2,10% en 2017, l’Euro Exclusif de Boursorama fait partie des rares supports de la même trempe à permettre un investissement en toute liberté.

À préciser que la plupart de ces produits sont commercialisés par des opérateurs en ligne ou par des professionnels du conseil en gestion de patrimoine. Trois contrats font partie des plus performants sur le marché :

  • Suravenir Opportunités a rendu 2,80% en 2017 contre 3,10% en 2016
  • Sécurité Pierre Euro du contrat Sérénipierre de Primonial est en tête du classement des fonds immobiliers les plus dynamiques avec 3,40% en 2017 contre 3,60% en 2016.
  • Sécurité Target Euro de Primonial avec une rémunération entre 4,05 et 4,55% en 2017 contre un ratio de 1,90 à 2,40% l’année précédente.

Archives

Back to top