Le choix du placement financier des Français varie selon leur profil

Choix placement financier selon profil

Outre la détention d’un compte à vue, près de neuf Français sur dix ont recours à un support d’épargne pour mettre leur argent de côté. Ce quota semble a priori élevé sauf que l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) révèle dans son étude un chiffre en déclin par rapport à ces dernières années. Quoi qu’il en soit, l’on observe aussi une disparité dans leur choix de placement.

Livret A, LDDS, PEL, PEA, assurance-vie, épargne salariale ou retraite, valeurs mobilières, investissement immobilier… Tous ces placements sont mis à la disposition des Français. De quoi renforcer davantage leur affection pour l’épargne alors qu’il n’y a plus à redire que c’est un peuple des plus prévoyant.

Toujours est-il qu’à en croire les chiffres communiqués tout récemment par l’Insee (Institut national de la statistique et des études économiques), cet attachement tend à s’amenuiser cette année. Deux supports arrivent toutefois à se démarquer du lot, si le plus populaire des produits d’épargne affiche un net repli.

Après tout, une homogénéité du choix de placements serait totalement utopique. L’activité et l’âge des épargnants étant des éléments fortement influenceurs dans leur prise de décision.

Une baisse dans l’ensemble

Pour mieux analyser les tendances de l’épargne en France, l’Insee est allé plus loin en arrière dans son étude intitulée « patrimoine des ménages ». Ainsi, il a pu relever un recul significatif du recours à des placements financiers cette année. Si l’on se réfère au niveau de détention de la population depuis 1998 qui s’élevait au-delà de la barre des 90% alors qu’en janvier dernier, celui-ci se retrouve à 88%.

Ce repli est constaté sur l’ensemble des produits existant sur le marché, à l’exception des contrats vie et du Plan d’épargne logement. Il faut dire que l’engouement des Français pour l’assurance-vie est toujours d’actualité.

La tendance haussière de son taux de détention le confirme d’ailleurs (39% en 2018 contre 37% en 2015). Les chiffres affichés par les PEL, quant à eux, semblent quelque peu contradictoires étant donné les nouvelles mesures fiscales qui ont lourdement impacté le rendement des nouvelles souscriptions.

Parmi les placements ayant subi une perte dans leur portefeuille client, le Livret A se trouve en tête de liste, son taux de détention étant passé de 76% à 73% à l’espace de trois ans. Les valeurs mobilières affichent également des replis, entre autres l’OPCVM (organisme de placements collectif en valeurs mobilières), les obligations et les actions. Quant aux épargnes retraite et salariale, le nombre de leurs détenteurs semble se stabiliser.

Le choix des placements varie selon le profil

La baisse du taux de détention du Livret A n’empêche pas ce placement de détenir le meilleur classement sur le marché de l’épargne. En effet, il est affectionné par tous les Français, quel que soit leur profil. Du moins, c’est ce qu’a affirmé l’étude de l’Insee qui est basée sur la profession et l’âge de la personne de référence de chaque famille.

Le PEL, quant à lui, attire plus les jeunes actifs tout comme le Livret jeune. Ce qui est tout à fait compréhensible pour ce dernier étant donné les avantages que représentent ces livrets d’épargne pour les moins de 25 ans.

De son côté, l’assurance-vie et l’épargne retraite sont plébiscitées par les plus âgés (ceux qui ont dépassé la quarantaine, voire cinquantaine) et les personnes au niveau socioprofessionnel plus élevé (les cadres en l’occurrence). À noter que ces derniers sont très friands d’actifs financiers, à l’instar des professionnels libéraux.

Archives

Accédez aux meilleurs livrets d’épargne du marché !

Je compare les livrets d’épargne
Back to top