bocal et pièces de monnaie

    L’assurance-vie n’était pas au mieux de sa forme l’an dernier, avec une collecte qui arrivait à peine à dépasser la moitié de celle des livrets d’épargne réglementés. La raison de ce détachement aurait été l’appréhension des particuliers qui s’est fait sentir durant les périodes préélectorales. Toujours est-il que malgré la reprise annoncée au mois de septembre, la fin de l’année n’était pas plus brillante pour l’épargne des Français.

    L’année 2017 n’était pas fructueuse pour l’assurance-vie. En effet, un important recul a été constaté sur les sommes collectées, par rapport à l’année précédente. Ce qui a laissé les produits d’épargne réglementés prendre le dessus.

    D’après les communiqués de la FFA (Fédération française de l'assurance) et de la CDC (Caisse des dépôts et consignations), les épargnants s’étaient tournés vers les placements à capital garanti de janvier à août. C’est à partir de septembre qu’ils ont commencéà remettre progressivement leur confiance en l’assurance-vie.

    Quoi qu’il en soit, l’épargne des Français semble être au point mort à la fin de l’année. Les raisons de cette stagnation sont multiples.

    L’assurance-vie a régressé de près de 60% en 2017

    L’assurance-vie a affiché une collecte nette de 7,2 milliards d’euros l’année dernière, d’après les chiffres communiqués par la Fédération française de l'assurance ou FFA. En comparaison des collectes réalisées en 2016 qui ont été estimées à 17,3 milliards d’euros, il s’agit d’une importante régression.

    D’autant que le Livret d’épargne A et le Livret de développement durable et solidaire affichent un résultat impressionnant s’élevant à 12,4 milliards d’euros en un an, soit presque 60% de plus que celle de l’assurance-vie.

    Le désintérêt des Français pour ce type d’investissement a été principalement dû à la prudence suscitée par l’élection présidentielle, suivie de près par la réforme fiscale. Les épargnants ont, de ce fait, préféré les placements liquides qui représentent moins de risques, malgré que ceux-ci soient moins rentables.

    Ainsi, de janvier à août 2017, la collecte des livrets atteignait 14,6 milliards d’euros au détriment de l’assurance-vie qui n’a obtenu que le tiers, à raison de 5 milliards d’euros.

    Les Français, en difficulté d’économiser en fin 2017 ?

    C’est à partir du mois de septembre que l’assurance-vie a commencé à engranger les versements. En effet, les Français ont retiré 2,2 milliards d’euros de leurs livrets d’épargne pour les déposer dans leurs contrats vie. Toujours est-il que le résultat issu de ce regain d’intérêt n’a pu dépasser la collecte du Livret A et du LDDS jusqu’à la fin de l’année.

    Par ailleurs, le résultat cumulé de ces différents placements (assurance-vie et livrets réglementés) est pratiquement nul, durant ces 4 dernières années. Cette inactivité reflèterait une difficulté à économiser de la part des ménages français, de septembre en décembre 2017.

    Il se pourrait aussi que les épargnants aient eu recours à d’autres moyens de placement, notamment les comptes courants. Les observateurs attendent l’apparition des statistiques complètes de l’épargne pour le quatrième trimestre pour en tirer des conclusions.

    Logo redacteur

    Écrit par
    La rédaction Meilleurtaux Placement

    Ça peut vous intéresser

    Archives