La diversification des supports présente d’importants atouts en matière d’épargne

Diversification supports atout en épargne

Différentes solutions pullulent sur le marché de l’épargne, contribuant à se constituer un patrimoine quoiqu’être en phase avec toutes les règles qui régissent cet univers est de mise si l’on veut le faire fructifier de manière intelligente et en toute sécurité. Claire Castanet de l’AMF (Autorité des marchés financiers) tente de répondre aux éventuels questionnements des investisseurs.

Il n’est pas toujours évident de choisir une solution d’épargne et de garantir que celle-ci soit meilleure que d’autres. Et c’est encore plus difficile pour les Français étant donné qu’ils ont une telle aversion pour le risque si bien qu’ils doivent se confronter à un véritable casse-tête au moment de placer leur argent.

Le fait est qu’il ne s’agit pas seulement de dégager des bénéfices, mais surtout de parvenir à préserver leurs capitaux, d’autant que le climat d’incertitude actuel n’arrange pas les choses.

D’après Claire Castanet, une experte en la matière, une diversification des classes d’actifs est de mise tout en tenant quand même compte du caractère multidimensionnel de cette opération. Il est aussi possible d’opérer à un investissement progressif. Mais le plus important, c’est de définir au préalable ses besoins à court, moyen et long terme.

Disposer d’un minimum de bon sens

En France, la situation des investisseurs n’est pas des plus rose actuellement à cause de l’instabilité des marchés (financiers, immobiliers, etc.). C’est la raison pour laquelle il est nécessaire de disposer d’un certain bon sens pour réussir un quelconque investissement. La diversification semble être un procédé efficace à en croire les affirmations de la directrice des relations épargnants de l’AMF, Claire Castanet.

Pour le réussir cependant, certains process doivent être respectés, notamment :

  • Identifier ses besoins à court, moyen et long terme ;
  • Définir ses projets et sa capacité en termes de performance ;
  • Établir une échéance à son investissement.

D’après cette experte en placement d’argent, il ne suffit pas de placer des capitaux dans diverses entreprises se trouvant dans différentes zones géographiques et opérant dans plusieurs activités distinctes. Il s’agit surtout de choisir plusieurs supports d’investissement et y procéder de manière directe en rachetant des titres vifs, ou bien indirecte en acquérant des unités de compte à travers un contrat vie ou des parts de fonds.

À noter que l’épargnant n’est pas toujours obligé de placer, dès le départ, des fonds volumineux. Un investissement progressif peut être tout aussi efficace. Comme le confirme Claire Castanet en ces termes :

Cela permet de lisser le risque puisque vous n’augmentez que progressivement votre exposition. Ainsi, vous lissez également l’impact de la conjoncture sur votre portefeuille.

Claire Castanet

Bien combiner ses classes d’actifs

À chaque horizon d’investissement sa classe d’actifs adéquate, et à chaque support son degré de maturité et son niveau de sécurité. C’est un fait que tout investisseur digne de ce nom doit savoir. À ce propos, il existe quatre types de placement qu’on peut choisir :

  • Celui qui offre une totale garantie du capital et une liquidité, comme les comptes courants par exemple ;
  • Celui qui est généralement à court terme, le marché monétaire, intégrant le livret d’épargne réglementé ou le bon du Trésor ;
  • Le marché des obligations ;
  • Le marché des actions, qui comporte le plus de risques.

Il faut savoir qu’un placement de longue durée, tel que les actions, permet davantage d’intégrer des supports s’adaptant mieux à l’évolution économique du pays, et donc plus aptes à préserver le patrimoine. Tandis qu’une épargne de précaution risque de se déprécier en cas de disproportion. Pour ce qui est des titres d’entreprises, il serait plus judicieux de combiner nationales et internationales.

Enfin, il serait plus raisonnable de restreindre son investissement immobilier, au cas où ses placements sont déjà très axés dans ce secteur. D’après Claire Castanet :

Vous mettez le doigt sur la notion de concentration de l’épargne. Si votre épargne est déjà très axée sur l’immobilier, en rajoutant de la pierre papier par exemple, vous vous exposez par définition davantage au risque de retournement du marché immobilier.

Claire Castanet

Archives

Back to top