Le livret le plus populaire en France a affiché cette année un avril fortement dynamique

Livret A populaire

Si le contexte de la fin de l’année 2018 a été favorable pour le placement d’argent des ménages français en début 2019, le dynamisme semble être maintenu pour le livret favori de la masse, même quatre mois après. De fait, les résultats enregistrés au mois d’avril par ce produit d’épargne se trouvent parmi les meilleurs de cette dernière décennie.

Douze milliards d’euros, c’est le seuil qu’ensemble le doyen des livrets réglementés et son congénère, le livret de développement durable et solidaire (LDDS) sont arrivés à dépasser en totalisant leur collecte nette des quatre premiers mois de 2019. Un exploit incontestable, à en croire les appréciations de la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC) qui fait office de gestionnaire des fonds qui y sont investis. Surtout si l’on tient compte de leur faible rémunération.

À noter que ces résultats s’expliquent par le dynamisme constant des deux placements au cours des mois passés. Il se trouve en effet que le mois d’avril a été particulièrement propice pour le livret A, voire plus par rapport aux années précédentes, sur la même période.

Une année de records

Alors que la collecte enregistrée pour l’ensemble de l’année 2018 s’élevait à 10 milliards d’euros, il n’a suffi que quatre mois au livret A pour s’en rapprocher cette année. En effet, les dépôts nets accumulés depuis janvier à fin avril 2019 ont atteint 9,84 milliards d’euros. À titre d’indication, ceux de l’année dernière sur la même période se trouvaient à 1,68 milliard plus bas, à 8,16 milliards d’euros.

Par ailleurs, les résultats sont estimés au-delà des 12 milliards d’euros si l’on y ajoute la collecte nette enregistrée par le LDDS (12,13 milliards pour être exact) alors qu’ils s’établissaient à hauteur de 9,62 milliards il y a un an.

Cette affluence, se soldant par un encours total de 403,6 milliards d’euros au 30 avril, contraste au faible rendement de ces produits. Car il n’est plus à redire que le taux appliqué pour leur rémunération a été fixé à son niveau plancher 0,75% depuis presque quatre ans. Et alors que l’inflation a accusé une tendance haussière en 2018, les détenteurs du livret ne pourront espérer aucune révision de leur situation avant l’année prochaine.

Le mois d’avril semble bien lui réussir

Une rétrospective des dix dernières années a permis de conclure qu’avril est un mois favorable à l’épargne pour les Français. Certes, ces derniers sont déjà de nature précautionneuse et le contexte socioéconomique actuel quelque peu anxiogène renforce ce caractère, sans oublier les récentes mesures gouvernementales et l’assagissement de l’inflation qui ont rehaussé le pouvoir d’épargne de la population en début d’année. Mais le dynamisme semble avoir persisté, et en particulier pour le livret A et le LDDS.

Les données communiquées le 21 mai dernier par la Caisse des Dépôts, pour le compte du mois d’avril 2019, ont été d’ailleurs des plus flatteuses pour ces deux placements. De fait, leur collecte nette était estimée à 2,48 milliards d’euros. Dans les détails, le livret A a engrangé 1,94 milliard d’euros net, un chiffre record en comparaison avec ceux des six dernières années.

À savoir, le 4ème mois de 2018 a baissé son rideau sur 1,78 milliard d’euros collectés. Quant au LDDS, 530 millions ont pu être réunis au cours de ce mois contre 450 millions un an plus tôt.

Archives

Back to top