mercredi15mai
Compte à vue français fournis

Au 31 décembre 2018, le montant déposé par les détenteurs de compte à vue affiche un record qui n’a pas été atteint au cours de la dernière décennie. Ce phénomène s’explique sans aucun doute par la nature précautionneuse des Français. Sauf qu’à celle-ci s’est ajouté l’effritement notable du rendement de l’épargne financière, notamment ceux des produits les plus affectionnés en Hexagone.

14 000 euros, c’est le montant que les Français consacrent en moyenne pour leurs dépôts à vues éparpillés dans plusieurs établissements bancaires. Ce placement, quoique non rémunéré, leur permet de disposer plus facilement d’une certaine liquidité en cas de coup dur. Une habitude qui prouve d’ailleurs l’appétence de la masse pour l’épargne de précaution, car il va sans dire que la rentabilité se place en seconde position pour eux, après la garantie de leur capital.

Toujours est-il que l’encours des comptes courants s’est accru de façon ahurissante ces dernières années, pour dépasser la barre des 400 milliards d’euros en fin 2018. Un chiffre record qui dépasse même celui enregistré par leur placement favori, le livret A.

Les raisons d’un tel engouement

Les Français n’ont de cesse de renforcer leur bas de laine. Ce comportement provient de leur appétence pour les solutions préventives. En effet, bon nombre d’entre eux veulent assurer de leur avenir, surtout en matière de finance. La constitution d’un pécule, dans l’optique de l’utiliser en cas de dépenses imprévues ou de projets à réaliser, fait partie de leur priorité si bien qu’ils privilégient les placements sécurisés et à court terme.

Ce qui explique la faible popularité de la Bourse qui se caractérise certes, par des rémunérations élevées, mais aussi par des marchés financiers fortement volatils et les risques qui en découlent. Le contrat assurance vie, en revanche, dispose d’un support garanti, les fonds en euros, et attirent de plus en plus d’épargnants. Le livret A, quant à lui, a été durant ces deux siècles d’existence le produit le plus plébiscité en Hexagone.

Cependant, les dernières années n’ont pas été tendres pour ces placements sécurisés qui ont vu leurs rendements s’amenuiser à vue d’œil du fait du contexte des taux bas. Ce phénomène n’étant pas un cas isolé entraîne un certain attentisme dans toute l’Europe, notamment en Allemagne, en Belgique, en Espagne et en Italie. Ce qui provoque une ruée vers les espèces et les dépôts à vue.

Un placement record à fin 2018

Les comptes à vues des Français n’ont jamais été autant fournis au cours des dix dernières années. Au 31 décembre 2018, leur encours a dépassé les 422 milliards d’euros, un chiffre en progression de 32,4 milliards d’euros par rapport au bilan de l’année précédente. Cette somme dormante a même presque doublé en l’espace de dix ans, pour une augmentation de 172,4 milliards d’euros. Avec le numéraire, ce placement non rémunéré représente 10,8% de la totalité de l’épargne financière dans le pays.

De fait, quelque 33 milliards d’euros ont été déposés sur des comptes bancaires l’année dernière. Ce qui amène à une estimation moyenne de 14 000 euros placés par chaque détenteur. Un chiffre d’ailleurs confirmé par la BPCE à l’issue d’une récente étude que le quotidien Les Échos appuie dans son communiqué :

44 % des flux nets d'argent versés par les ménages sur des placements financiers (sans compter les titres boursiers).

Archives

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos