vendredi29mars
Investissement risqués désintérêt français

Prudents de nature, les épargnants français privilégient toujours les placements sécurisés et boudent les investissements dans les actions. Et les nouvelles mesures législatives ou fiscales ne changeront en rien à ce comportement, à en croire les résultats de l’enquête menée par Odoxa-LinXea pour le quotidien Les Échos, intitulée « Le Rendez-vous de l’Argent ».

Les contextes et les changements opérés au sein de l’épargne n’ont pas réussi à faire évoluer le rapport des Français aux placements plus rémunérateurs, mais plus risqués. La Bourse, notamment, suscite toujours une prudence excessive chez ces épargnants friands de sécurité. D’autant plus que les incidents de l’année dernière ont quelque peu envenimé les choses.

Mais à cette attitude protectionniste s’ajoute la méconnaissance du fonctionnement de ce type d’investissement qualifié comme étant truffé de complexités. Aussi, la majorité d’entre eux préfèrent-ils laisser leur argent dans des comptes dormants, du moins dans des produits à capital garanti comme les livrets réglementés et les fonds en euros d’assurance-vie.

La prudence est toujours d’actualité

Dans le cadre de la réalisation de l’Observatoire intitulé « Le Rendez-vous de l’Argent », Odoxa-LinXea a mené un sondage auprès de la population afin de connaître leur intérêt pour l’épargne ainsi que pour la Bourse. Il en ressort que les Français sont toujours aussi partisans des produits sécurisés, sans oublier que 43% des ménages ne disposent même pas d’excédent d’argent à mettre de côté.

Si moins d’un cinquième (19%) seulement des personnes enquêtées ont déclaré avoir des projets d’investissement dans la Bourse, 15% s’y sont vraiment mises. Cette tendance s’apparente aux déclarations de l’AMF (Autorité des Marchés Financier) qui tablait le nombre des investisseurs dans les actions à 3,67 millions en mars 2017, soit 3,43 millions de moins que 14 ans auparavant.

Et même si la chute de 10,95% du CAC 40, survenue en 2018, a renforcé l’aversion de ces épargnants aux produits risqués, son rebondissement en début d’année n’a rien changé. Ainsi, 47% des sondés ne prévoient aucunement de placer leur argent dans ce type de placement. D’après Gaël Sliman, le président d’Odoxa :

Les Français boudent toujours très largement la Bourse.

Gaël Sliman

La Bourse, une source d’anxiété

Il n’y a plus à redire, les Français font de la garantie du capital leur priorité lors du choix de leur placement. C’est la raison pour laquelle le livret A ainsi que l’assurance-vie en euros détiennent le palmarès des produits d’épargne dans le pays malgré leur rendement respectif de 0,75% et de 1,60% en moyenne qui se trouve au-dessous de l’inflation.

Plus de la moitié de la population active (54%) dépose même leur pécule, dont les 10% équivalent à des sommes importantes, dans leur compte à vue. BPCE a estimé que le montant placé par chaque ménage remonte en moyenne à 14 000 euros, soit 390 milliards d’euros au 1er trimestre 2018.

Pour en revenir à la Bourse, au président de LinXea, Antoine Delon, de déplorer :

Pour les Français, l’investissement en bourse présente un caractère anxiogène. La peur de perdre ses économies - renforcée par une année 2018 placée sous le signe d’une baisse généralisée de l’ensemble des actifs - en étant la cause principale.

Antoine Delon

Hormis les 47% qui appréhendent la perte de leur capital, 19% ne comprennent rien au fonctionnement des marchés financiers. 11% ont été auparavant victimes d’incidents malencontreux tandis que 9% trouvent que cette source de profits est contradictoire à leur principe.

Archives

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos