jeudi30novembre

La Corée du Sud refait parler d'elle. Et encore une fois, il s'agit d'un conflit de voisinage avec la partie septentrionale de la péninsule. Le pays se trouve au coeur des joutes verbales entre la Kim Jong-un, le leader nord-coréen et Donald Trump, le Président des Etats-Unis. La tension est telle que la sécurité des Jeux olympiques en serait menacée, et ce à moins de quatre mois de l'évènement.

    Un pays à la pointe de la technologie

    En 1953, la guerre de Corée qui opposait la Corée du Nord, soutenue par l'URSS, à la Corée du Sud, a été le symbole d'un monde divisé en deux. Au sortir de ce conflit fratricide, le pays est ruiné, aussi pauvre que le Ghana. Plus de 60 ans plus tard, le visage de la Corée du Sud est diamétralement opposé. Ce pays a connu une croissance spectaculaire au cours des trente dernières années. En témoigne le revenu par habitant de la Corée du Sud qui est passé de 100 dollars en 1963 à près de 30.000 dollars aujourd'hui.

    Le pays s'est en effet imposé comme la 13ème puissance économique mondiale et fait partie du G20 depuis la création de ce club en 2008. La Corée est en pointe de l'innovation technologique avec des dignes représentants de ce savoir-faire tels que Samsung, l'éternel rival du géant américain Apple, ou LG. C'est que le sol de la Corée du Sud n'est pas aussi fertile que le riche sol canadien par exemple. Le secteur primaire est faible en Corée, ne comptant que pour une part négligeable dans le PNB du pays. Alors, il a dû composer... Et c'est vers l'exportation de masse de textile à bas prix qu'il s'est tourné dans les années 60.
    Puis une décennie plus tard, la Corée se tourne vers les produits électroniques, qui ont fait sa renommée. Elle est devenue en moins de 20 ans un leader mondial avec près de 50% du marché mondial des écrans à cristaux liquides et près du tiers dans la téléphonie mobile. Les groupes coréens occupent en outre une place croissante dans les grands contrats internationaux, notamment dans les infrastructures (transports, énergie) et l'ingénierie. La Corée du Sud est le plus grand producteur de semi-conducteurs au monde. La Corée est également le cinquième constructeur automobile mondial grâce au groupe Hyundai Kia et 887 équipementiers de premier rang tels que Hyundai Mobis, Mando, LG Chem etc... Plus surprenant, le pays émerge même comme un concurrent sérieux des grandes puissances nucléaires comme l'a montré en 2009 le contrat conclu avec les Émirats arabes unis au détriment de la France.

    Son statut de pays exportateur est à double tranchant. S'il lui a permis d'émerger, la Corée du Sud reste vulnérable à l'atonie et à l'attitude de ses partenaires commerciaux. Dont la Chine qui multiplie les mesures de rétorsion envers Séoul : les produits estampillés fabriqués en Corée du Sud font l'objet d'un boycott qui ne dit par leur nom et les voyages de groupes vers son territoire sont interdits. Selon le Crédit Suisse, cela pourrait se chiffrer à 7,3 milliards de dollars, soit 0,53% du PIB sud-coréen. Dans ce contexte, la croissance de la Corée du Sud devrait ralentir à 2,5% en 2017 après 2,8% en 2015 et 2016. On est bien loin des 3,3% affichés en 2014...

    Un indice bourré de technologies

    La Bourse de Séoul, appelée en anglais Korea Exchange (KRX), est la place boursière de la Corée du Sud, créée en mars 1956. Le Kospi (pour Korea Composite Stock Price Index) est le principal indicateur boursier de la Corée du Sud. Sa création remonte à 1983 et compte plus de 700 sociétés. Mais la plupart des entreprises cotées font partie des chaebols (conglomérat industriel sud-coréen), ces groupes qui ont été le moteur du miracle économique de la Corée du Sud. Ils représentent aujourd'hui 15% du PIB coréen et 75% des exportations coréennes dont 50% sont réalisées uniquement par les quatre plus grands ? Samsung, LG, Hyundai Motors, SK Group (énergie et chimie) ?, devenant incontournables pour l'État coréen. La Bourse de Corée se négocie actuellement sur de nouveaux records .

    Samsung, le puissant conglomérat coréen, est présent dans des activités aussi diverses que l'électronique, les services financiers, l'industrie lourde, l'hôtellerie, voire les parcs d'attractions. Les produits de la galaxie de " la maison de commerce aux trois étoiles " inondent le monde. Dont ceux de son emblématique filiale Samsung Electronics, numéro un des téléphones portables et des écrans de télévision, générant au total un revenu équivalant à 20% du produit intérieur brut de la Corée du Sud.

    Dans ce même univers, on retrouve LG, un autre chaebol spécialisé dans l'électronique (dont la domotique), les téléphones portables, l'air climatisé (troisième entreprise mondiale), le petit électroménager et depuis 2008 les Business Solutions (solaire, sécurité). Le groupe est le deuxième fabricant mondial de téléviseurs derrière Samsung.

    Outre l'électronique, le secteur automobile contribue fortement au dynamisme coréen. En vingt-cinq ans, la Corée du Sud est devenue un acteur majeur du secteur automobile grâce à l'arrivée de Samsung-Motors dans la galaxie Renault-et oui, encore Samsung- et surtout grâce au groupe Hyundai-Kia. Hyundai, ce n'est pas que des voitures, c'est aussi le premier constructeur de bateaux au monde sous le nom de Hyundai Heavy Industries. Le groupe se paie même le luxe de fabriquer un navire tous les cinq jours !

    Dans le même secteur, on peut citer STX Offshore qui n'est tout autre que le quatrième groupe mondial de construction navale, l'actionnaire majoritaire des chantiers de Saint-Nazaire et de Laneste ou bien Daewoo Shipbuilding.

    Enfin, SK Group, rebaptisé Groupe Sunkyung est l'un des plus grands chaebols sud-coréens, présent dans les secteurs de la chimie, de l'industrie, des télécommunications, de la finance, de la construction et de l'hôtellerie.


    Trois chiffres:
    13 eme puissance économique mondiale
    Une seule frontière terrestre avec la Corée du Nord
    Premier marché au monde pour les produits cosmétiques masculin

A découvrir également

  • Le comportement des Français vis-à-vis de leur épargne pour lutter contre l’inflation
    23/06/2022
  • Réduction d'impôt : n'est-ce pas le moment d'investir en FCPI ?
    20/06/2022
  • Le crowdfunding dit adieu à Babyloan, une plateforme française historique
    17/06/2022
  • Épargne : les taux des livrets bancaires au plus bas
    15/06/2022

Archives

Etre rappelé par un conseiller
Nous envoyer un message
Parlons Placement
Nos placements
PERPlus de retraite et moins d'impôts avec nos PER sans frais d'entrée
Assurance vieDécouvrez nos contrats sans frais d'entrée
SCPIAccédez à l'immobilier professionnel dès 500 €
DefiscalisationInvestissez dans l'économie réelle en réduisant votre impôt