vendredi24août

Les espoirs mais surtout les doutes étaient permis sur l'issue des pourparlers entre la Chine et les Etats-Unis. Aucun avancée concrète n'a émergé de ces discussions destinées à calmer le jeu entre les deux parties.

>

Jeu de taxes

Malgré ces pourparlers, les tensions ne sont pas retombées. Rappelons que la veille, les États-Unis ont imposé de nouveaux droits de douane de 25% sur un millier de produits chinois. La Chine n'a pas tardé à répliquer en taxant 16 milliards de dollars de produits américains.

L'avis des banquiers centraux

Il est fort probable que le symposium de politique monétaire de Jackson Hole soit placé sous le signe de la guerre commerciale. La veille, la Banque centrale européenne avait déjà prévenu des risques de la guerre commerciale sur l'économie de la zone euro. Mercredi, c'était la Réserve fédérale américaine qui avait fait part de ses craintes à ce sujet.

Trois ou quatre ?

Le discours de Jérôme Powell dans l'après-midi sera étroitement surveillé par les opérateurs. Ils seront attentifs au moindre mot contenu dans cette communication et à la tonalité de l'intervention du patron de la Fed. Une troisième hausse de 0,25% est quasi-certaine et devrait être annoncée à l'issue de la prochaine réunion monétaire, le 26 septembre prochain. Les Minutes de la dernière réunion monétaire de la Fed avaient laissé entrevoir cette perspective...

Flèche cassée

Quand ça ne veut pas, ça ne veut pas. L'inflation au Japon ne repart pas, elle est restée stable en juillet avec une progression de 0,8% sur un an le mois dernier, comme en juin. Cette faiblesse persistante des prix à la consommation sonne comme un échec. L'argentier japonais est donc contraint de maintenir sa politique ultra-accommodante pour relancer l'activité si l'inflation ne parvenait pas à s'approcher de l'objectif de 2% qu'il s'était fixé.

Le blues du rand

Le rand sud-africain ne va pas fort. Déjà bien éprouvée par la crise des monnaies émergentes début août, la devise sud-africaine dévisse après un tweet de Donald Trump critiquant la réforme agraire annoncée par Pretoria. Le gouvernement sud-africain compte saisir les terres des grands fermiers blancs, sans aucune compensation financière.

Décision inédite

Au chapitre devises toujours, la Banque de Russie interrompt l'achat de devises étrangères pour endiguer la chute du rouble. La monnaie russe est tombée au plus bas depuis deux ans, sur fond de crainte de nouvelles sanctions américaines. Le pays traverse une mauvaise passe alors qu'il vient de réviser ses prévisions de croissance pour 2018, à 1,8 % contre 1,9 % précédemment.

La minute narcisse

" Je ne vois pas comment on pourrait destituer quelqu'un qui fait un travail fantastique ", a déclaré Donald Trump à l'occasion d'un entretien accordé à Fox News. Le président américain prédit une chute des marchés si une procédure de destitution est lancée contre lui après les élections de mi-mandat. Un scrutin qui pourrait déboucher sur une victoire des démocrates.

La phrase du jour

" A un moment venu, la dette se vengera, et ce seront les services publics essentiels qui seront frappés ", a prévenu Pierre Moscovici sur Twitter. Décortiquons cette phrase. Le verbe " se venger " signifierait qu'une dette soit un être doué de conscience. Le verbe résorber aurait été plus approprié pour évoquer les finances publiques.

Le septennat de tim cook

Le travail paie toujours. Le dirigeant d'Apple va recevoir 120 millions de dollars en actions, récompensé pour avoir atteint ses objectifs sur le plan opérationnel. Et sur le plan boursier aussi. C'est sous sa mandature qu'Apple a franchi la barre symbolique des 1.000 milliards de dollars de capitalisation en Bourse. En sept ans, le poids boursier de la marque à la pomme a ainsi été multipliée par trois. Tim Cook ou comment fêter un septennat à la tête d'Apple sur un excellent bilan et avec classe. Il aurait donné plus de 25.000 de ses actions, à une oeuvre de charité dont le nom n'a pas été dévoilé.

Du coté des marchés

La Bourse de New York a clôturé en baisse, minée par les tensions commerciales et les problèmes rencontrés par Donald Trump sur le terrain judiciaire. L'indice Dow Jones a perdu 0,3% à 25.657,39 points tandis que le S&P 500 s'est contracté de 0,17%, à 2.857,04 points. Le Nasdaq a terminé en légère baisse de 0,13% à 7.878,46 points. L'euro perd du terrain face un dollar raffermi à 1,1562 dollar, dans l'attente de l'annonce d'une prochaine remontée des taux d'intérêt. Le pétrole reste bien orienté, à 68,36 dollars pour le WTI et à 75,29 dollars pour le Brent. A Paris, le CAC 40 s'inscrit en légère hausse de 0,17% à 5428 points.

On s'en fout ?

Le prix de l'abonnement pour le tarif bleu d'électricité a grimpé de 20 euros. Les petits consommateurs risquent d'être verts de rage ; Des erreurs se sont nichées dans les avis d'imposition. Soyez vigilants ; Ryanair va facturer certains bagages transportés en cabine ; Air France va fermer sa liaison avec Téhéran ; La croissance du PIB allemand au 2ème trimestre confirmée à 0,5% ; Bison Futé voit orange et rouge pour ce week-end de retour de vacances. Bonne route et bon courage !

Sabrina SadguiResponsable Bourse

Archives

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos