lundi30avril

Le gouvernement doit composer avec un ras-le-bol fiscal qui se fait toujours entendre. Et pour ne pas mettre encore de l'huile sur le feu, le ministre de l'Action et des comptes publics, Gérald Darmanin a promis qu'on ne déshabillerait pas Pierre pour habiller Paul.

>

Un cadeau pour tous les français

La suppression de la taxe d'habitation se fera sans contrepartie a assuré Gérald Darmanin dans un entretien au Parisien. Autrement dit, tous les ménages, même les plus aisés, bénéficieront de ce cadeau fiscal évalué à près de 9 milliards d'euros. " Il n'y aura pas de tour de passe-passe où l'on supprime des milliards pour aller les chercher ailleurs ", a-t-il déclaré. Mais... La nature ayant horreur du vide, ce manque à gagner pour les collectivités locales sera compensé par une refonte de la fiscalité locale.

Tuyauterie fiscale

Le gouvernement prévoit de modifier " la tuyauterie fiscale des collectivités ". Elle donnera le coup d'envoi à une réforme des bases locatives, de nombreuses fois repoussée tant le sujet reste sensible. Lors d'une expérimentation menée en 2015 dans cinq départements, Bercy a dévoilé qu'en cas de réévaluation, les valeurs locatives allaient flamber de plus de 150%. Le ministre évoque une première piste pour éviter tout big bang fiscal et la grogne des propriétaires actuels. La révision se ferait " uniquement sur les nouveaux occupants des locaux, lorsqu'il y a un changement de propriétaire " et sur " une période d'environ trente ou quarante ans ".

La france marche seule

Sur le projet de taxation des géants du numérique, la France peine à faire entendre sa voix auprès de ses partenaires européens. Sans grande surprise, les havres de paix fiscaux tels que le Luxembourg, Malte ou l'Irlande, ne se sont pas prononcés en faveur de ce projet. Même l'Allemagne est de moins en moins encline à suivre la proposition française et préfère traiter la question sous un angle " moral ". Des réticences et un rétropédalage allemand qui n'ont pas manqué de provoquer l'ire du ministre français, Bruno Le Maire. Les Gafam peuvent encore dormir sur leurs deux oreilles.

Bras de fer ou non ?

Guerre commerciale ou non ? Les États-Unis doivent se prononcer ce soir sur la prolongation ou non de l'exemption accordée à l'Union Européenne sur la surtaxation des importations d'acier. Donald Trump serait tenté de ne pas laisser ce régime de faveur perdurer sans contrepartie. Ce que refuse catégoriquement Bruxelles. Emmanuel Macron, Angela Merkel mais aussi Theresa May ont tout fait pour dissuader le président américain.

Corée-un

La Corée du Nord a multiplié les déclarations en faveur d'une réconciliation avec son voisin du Sud. Après les paroles de paix, place aux actes. Pyongyang va aligner son fuseau horaire sur celui du Sud à partir du 5 mai. C'est aussi le mois prochain que la Corée du Nord a prévu de démanteler son site nucléaire, en présence d'experts étrangers.

Jamais deux sans trois

La troisième aura été la bonne. Après deux tentatives avortées en 2014 et en novembre dernier, T-Mobile US aura réussi à faire main basse sur son concurrent Sprint pour un montant de 26 milliards de dollars. Ce n'est que la première étape pour les deux fiancés. La fusion qui donnera naissance à un géant des télécoms aux États-Unis, reste toutefois soumise à un examen minutieux des autorités de la concurrence...

Le streaming donne du rythme

La musique adoucit-elle les moeurs boursières ? A l'agonie il y a encore quelques années, l'industrie musicale sortie de la crise, a désormais la cote en Bourse. Du coup, les valorisations ont pris de l'embonpoint. Spotify qui a fait récemment une entrée remarquée en Bourse avec un mode de cotation complètement inédit, est valorisé 29 milliards de dollars ! Tencent Music, la plateforme du géant de l'internet chinois, qui pèserait presque autant que le roi suédois du streaming musical, plancherait sur une prochaine cotation en Bourse. Vivendi entend en faire de même avec sa pépite Universal Music dont la valorisation atteindrait 40 milliards de dollars. Soit 50 fois son résultat opérationnel (Le Figaro).

Du coté des marchés

Fin de semaine hésitante à Wall Street. Les marchés américains n'ont pas brillé vendredi malgré Amazon qui a publié des comptes époustouflants. Les investisseurs ont été refroidis par les craintes de poussées inflationnistes après la publication du PIB américain. Le Dow Jones a ainsi perdu 0,05% à 24.311 points, le S&P 500 a grappillé 0,11% à 2.670 points et le Nasdaq termine proche de l'équilibre à 7.119 points. Le CAC 40 s'inscrit en légère hausse dans les prochains échanges, l'apaisement des relations entre les Corée devrait favoriser la montée de l'indice parisien en direction des 5.500 points.

Sabrina sadgui

Responsable Bourse

Archives

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M IMMOBILIER Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos