mardi01janvier

Avec la disponibilité d'une multitude de placements financiers, il n'est pas toujours aisé de choisir celui ou ceux adaptés à vos attentes ainsi qu'à vos capacités réelles de financement. Avant d'étudier les divers types de placements, il est utile de définir une sorte de " feuille de route " et d'adopter un comportement quasi professionnel.

Sommaire

  • Planifier son budget pour préparer son épargne
  • Définir vos propres objectifs de placement
  • Une auto-évaluation pour définir votre profil
  • Recueillir les informations sur les solutions financières
  • Le choix de son partenaire financier
  • La patience est l'amie de l'investisseur

Planifier son budget pour préparer son épargne

La première étape passe par une clarification de votre situation financière. Cette phase vise à consigner les revenus et dépenses sur une période de 3 ans. Pensez à distinguer les coûts fixes, et souvent incompressibles, de ceux variables qui peuvent être une source d'économie et donc d'épargne.
En parallèle, prévoyez une réserve correspondant à environ 3 mois de salaire. Celle-ci vous permettra de faire face à un éventuel coup dur sans devoir retirer dans l'urgence une partie des sommes investies. Une fois ces trois postes (revenus, dépenses, réserves) reportés, vous obtenez aisément un taux d'épargne annuel qui servira de base d'investissement.

Définir vos propres objectifs de placement

On n'épargne pas pour épargner, mais en fonction des objectifs financiers que l'on se fixe. Ces objectifs doivent rester personnels tout en prenant en compte les tendances globales en matière de placement. Il est en effet rare d'avoir raison tout seul et prendre connaissance d'avis extérieurs constitue une excellente " source d'inspiration ".
Définir ses objectifs à court, moyen et long terme permet ensuite de choisir parmi les placements ceux qui répondent le mieux à cette programmation. Entre épargner en vue d'un voyage et se constituer un patrimoine stable et durable, les types de placements adaptés sont logiquement différents.
Dans le premier cas, des dépôts réguliers sur un livret d'épargne de type Livret A peuvent suffire. Dans le deuxième, l'acquisition de parts de SCPI, d'OPCI ou encore la souscription d'un contrat d'assurance-vie fait partie des solutions envisageables.

Une auto-évaluation pour définir votre profil

Maintenant que vous êtes convaincu qu'il est nécessaire d'adopter une stratégie, il vous reste à la définir. Avant de vous renseigner sur les divers placements, vous devez définir votre profil d'épargnant ou d'investisseur. Cette auto-évaluation va vous permettre de le cerner et éventuellement trouver les bonnes sources d'informations. En vous posant les bonnes questions, vous gagnez en temps et en efficacité pour au final limiter les risques d'erreurs :

  • Quelle est ma situation financière actuelle et éventuellement future (avec certitude) ?
  • Quelle est ma situation personnelle (mariage, divorce, naissance...) ?
  • Qu'est-ce que je connais de l'environnement financier ?
  • Quelles sont mes expériences en matière de placements ?
  • Sur quelle durée est-ce que j'envisage mon placement ?
  • Quelle somme est-ce que je compte investir dans un premier temps ?
  • Suis-je prêt à prendre des risques pour améliorer la rentabilité de mon placement ?
  • Suis-je prêt nerveusement à supporter des fluctuations de mon investissement ?
  • Quels sont mes attentes et mes besoins ?

Certaines de ces questions vont sans doute vous amener à améliorer vos connaissances. Internet et Google vous aideront à trouver les réponses grâce à cette gigantesque base de données régulièrement réactualisée.

Recueillir les informations sur les solutions financières.

Les placements tels que les actions et les obligations laissaient envisager des gains élevés. Parallèlement, et en raison des risques associés, ce type de placements nécessite des connaissances approfondies du marché financier ainsi que la capacité à gérer les sommes qui y sont déposées.
De ce fait, il est recommandé de confier ces investissements à des professionnels expérimentés connaissant parfaitement les tenants et aboutissants des marchés financiers. En ce qui concerne des placements tels que les OPCI ou SCPI, ils sont beaucoup plus faciles d'approche du fait que leur gestion est assurée par une société spécialisée. Pour l'investisseur ou épargnant, il s'agit toutefois de faire le bon choix entre ces placements.
Les fonds de placement tels que les OPCVM intègrent parfaitement cette diversité indispensable tant au rendement qu'à la sécurité. Là encore, ce sont des experts qui gèrent ces fonds avec un risque, bien qu'il soit existant, peut être réduits.
Autant que le taux de rendement, ou TDVM (dans le cas de SCPI), des placements, le niveau de frais et leur coût représentent une variable essentielle de l'attractivité d'un produit financier, quel qu'il soit. De nombreux investisseurs recherchent souvent des stratégies peu coûteuses en frais en pensant ainsi améliorer le rendement net. Si cette vision peut dans certains cas être intéressante, il faut toutefois savoir qu'un gestionnaire performant et donc coûteux peut être aussi synonyme d'une rentabilité sensiblement supérieure à la moyenne.
Quoi qu'il en soit, il est nécessaire de se pencher sur le montant des frais en se posant là encore les bonnes questions : quelles transactions sont prises en compte dans les frais et comment ceux-ci sont-ils calculés.

Le choix de son partenaire financier

Pour un investisseur ou épargnant déjà quelque peu averti, Internet constitue une excellente base de connaissances venant confirmer ou au contraire infirmer certains aspects d'un placement spécifique.
Pour un novice souhaitant investir une somme élevée, il est souvent préférable de se rapprocher d'un professionnel, par exemple un conseiller de gestion de patrimoine. Ce professionnel est parfaitement qualifié pour définir votre profil, puis les placements les mieux adaptés à vos objectifs.

La patience est l'amie de l'investisseur

En dehors des placements spéculatifs à très court terme, l'immense majorité des investissements financiers vise le moyen ou long terme. Durant cette période de placement répartie sur plusieurs années, il est logique que vos investissements subissent des fluctuations, à la hausse comme à la baisse.
Une baisse liée à une conjoncture économique défavorable ponctuelle est le plus souvent compensée quelques mois plus tard par un redressement. Si un investissement est de qualité, il est certes touché par ces variations, mais n'étant pas directement en cause à toutes les chances de retrouver sa valeur initiale. Il arrive même fréquemment qu'après une baisse conjoncturelle, un placement soit davantage recherché que par le passé, d'où une plus-value.

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Les bons choix pour votre épargne
Assurance vie 
Notre sélection des meilleurs contrats
Je découvre 
SCPI 
Notre gamme en direct & en assurance vie
Je découvre 
PER 
Notre sélection pour votre retraite
Je découvre