Les Français commencent à se lasser des livrets réglementés

Lassitude des français sur les livrets

Depuis aussi longtemps que l’on se souvienne, les livrets réglementés ont toujours détenu une place privilégiée auprès des Français en matière d’épargne. D’ailleurs, ils demeurent les tenants du titre jusqu’à maintenant. Cependant, ces supports ont démontré quelques signes de faiblesse cette année. Ils ont commencé à perdre du terrain pour la toute première fois depuis des lustres.

En deux décennies, la suprématie des livrets réglementés a toujours été incontestable. La population française a fait d’eux leur outil d’épargne favori particulièrement en ce qui concerne le Livret A. Le récent rapport de l’Insee (Institut national de la statistique et des études économiques) en démontre la preuve.

Toutefois, cette même étude a également permis de constater que l’attractivité de ces produits a quelque peu diminué auprès des épargnants notamment pour les jeunes ménages. Et tout semble indiquer que cette situation touche principalement le support le plus plébiscité de tous. Des raisons précises seraient à la source de ce changement.

Une grande première en vingt ans

En vingt ans successifs, les livrets réglementés tiennent une place primordiale auprès des épargnants. Mais depuis peu, les choses ont changé puisqu’en 2018, l’Institut national de la statistique et des études économiques a détecté une baisse en ce qui concerne leur taux de détention.

Pour preuve, le pourcentage des ménages souscrits à ces supports est passé de 85,6% en 2015 à 83,4% en 2018. Et il faut dire que cette situation concerne tous les produits de la branche comme le Livret d’épargne populaire qui s’est retrouvé à 18,7% cette année. Ou encore le Livret de développement durable et solidaire (LDDS) à 35% et le Livret jeune à 12,6%.

Mais d’après l’Insee, la décadence la plus flagrante concerne spécialement le Livret A qui a perdu 3,6 points en trois ans. Ce chouchou des Français est, en effet, passé de 75,8% en 2015 à 73,2% en 2018.

Les mœurs sont en train de changer

Si les livrets d’épargne commencent actuellement à perdre de leur capacité de séduction auprès des épargnants, c’est qu’il y a bien des raisons.

D’après l’Insee, le changement des mœurs y est pour quelque chose. En effet, le regard des Français se détourne petit à petit vers les supports non réglementés qui se démarquent par leur rendement avantageux et par leur seuil de placement élevé.

Mais le facteur le plus probant se trouve auprès des taux d’intérêt de ces produits qui sont relativement faibles depuis 2015 jusqu’à maintenant. Soit :

  • 0,75% pour le Livret A qui devrait garder ce cap jusqu’en 2020 ;
  • 0,50% pour le LEE et le CEL ;
  • 1,00% pour le PEL depuis 2016 ;
  • 1,25% pour le LEP ;

À noter que dix ans passés, ils affichaient encore le double ou le triple avec respectivement 3,50%, 4,25%, 2,50% et 2,25% pour le Livret A, le PEL, le LEE, le CEL et le LEP.

Et il faut croire que les mesures visant à limiter la détention multiple du Livret A ne sont pas faites pour arranger les choses.

Archives

Accédez aux meilleurs livrets d’épargne du marché !

Je compare les livrets d’épargne
Back to top