vendredi12janvier
monnaie et calculatrice

Depuis longtemps, l’assurance-vie est restée le placement préféré des Français. Or, les chiffres relatant sa performance de 2017 annoncent le contraire : les épargnants s’orientent davantage vers le livret A, plutôt qu’investir en assurance-vie. Ce désintérêt progressif peut être expliqué par la mise en place du PFU et d’autres projets de loi en cours.

Investir dans l’assurance-vie a toujours intéressé les épargnants français. D’un point de vue fiscal, ce placement offre des avantages indéniables pour le titulaire d’un compte. Or, les chiffres démontrent que ce produit de l’épargne perd en intérêt.

Le bilan des 11 premiers mois de 2017 le confirme : l’assurance-vie est moins intéressante que les autres placements sur le marché. Les raisons de ce désintérêt sont plusieurs. On citera, entre autres, la mise en application du prélèvement forfaitaire unique (PFU), aussi appelé flat tax, à 30%. En outre, son système peut être complexe pour les particuliers.

Les épargnants préfèrent ainsi investir dans d’autres produits de l’épargne, dont l’immobilier ou le livret A.

Le PFU provoque le désintérêt des épargnants pour l’assurance-vie

La performance de l’assurance-vie en 2017 est à la baisse. En effet, sur les 11 premiers mois, ce placement affiche une collecte nette 2,5 fois inférieure à celle de 2016. Philippe Crevel, le directeur du Cercle de l’épargne de déclarer :

L’assurance-vie paie cash la flat tax.

Philippe Crevel.

Selon ce professionnel, le prélèvement forfaitaire unique (PFU), également appelé flat tax à 30% et les longues discussions à l’Assemblée ont éveillé une crainte palpable chez les particuliers. En outre, Philippe Crevel de constater :

L’application du PFU pour l’assurance-vie peut apparaître complexe pour de nombreux épargnants.

Philippe Crevel.

En effet, la loi de finances de 2018, publiée dans le Journal officiel du 30 décembre 2017, prévoit une application rétroactive du PFU au 27 septembre 2017 pour l’épargne investie sur l’assurance-vie exclusivement. Quant aux autres revenus du capital, entre autres les intérêts, les actions et les dividendes, la flat tax n’est entrée en vigueur qu’au 1er janvier dernier.

Par ailleurs, le PFU ne constitue pas l’unique raison de ce désintérêt des épargnants pour l’assurance-vie. Les professionnels constatent que, depuis un certain temps, le secteur immobilier se développe de mieux en mieux, grâce aux taux des crédits à faible niveau.

D’ailleurs, l’immobilier reste un domaine d’investissement de choix, surtout en cette période de taux d’intérêt très attractifs. En effet, ces taux affichent une moyenne de 1,54% en novembre 2017, toutes durées confondues.

L’assurance-vie ne collecte que 1,5 milliard d’euros en 6 mois

Pour les prochains mois, le Cercle de l’épargne estime que le marché de l’assurance-vie restera encore instable. Selon les prédictions de son directeur :

Le marché devrait rester assez atone dans les prochains mois.

Cette prévision est motivée par le projet de loi Pacte (plan d’action pour la croissance et la transformation des entreprises) qui fera l’objet d’une discussion au Parlement au cours de cette année 2018. Selon le dossier de presse, ce projet ambitionne d’orienter les assurances-vie vers une économie réelle. Pour y parvenir, il compte augmenter :

Les possibilités pour les entreprises d’assurances de moduler la garantie en capital offerte sur le fonds euros.

Or, les épargnants émettent, jusqu’ici, des réserves lorsqu’il s’agit d’investir sur ces unités de compte. En effet, les fonds en euros ne représentent que 28% de la collecte totale de l’assurance-vie.

En novembre 2017, le placement a subi une décollecte de 500 millions d’euros. Cette faible performance peut être expliquée par un premier semestre difficile, avec seulement une collecte de 1,5 milliard d’euros contre 12,3 milliards d’euros sur la même période en 2016.

En revanche, après 2 mois consécutifs de retraits massifs, le livret A affiche une collecte nette de 130 millions d’euros. Ainsi, pour l’année 2017, cet instrument de l’épargne a gagné plus de 10 milliards d’euros, contre 6,7 milliards pour l’assurance-vie.

Archives

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos