jeudi06septembre
Un plan épargne logement

Alors que nous abordons déjà le dernier trimestre de l’année 2018, le bilan de la situation de l’épargne durant le premier semestre est sorti en France. Sans surprise, l’assurance-vie demeure le placement le plus prisé des épargnants français. En revanche, la moisson n’a pas été aussi bonne que prévue pour le PEL en 2018.

Les chiffres du premier semestre en matière d’épargne en Hexagone sont sortis. Comme d’habitude, l’assurance-vie s’est confortablement installée en première place du classement des produits d’épargne préférés des Français.

Ensuite, on retrouve les livrets bancaires et le légendaire Livret A qui se retrouvent pratiquement sur un même pied d’égalité. Ces produits d’épargne ont obtenu chacun une collecte nette semestrielle d’environ 9 milliards d’euros en six mois.

C’est au Plan épargne logement (PEL) que l’année 2018 n’a pas autant été favorable : il ne réalise qu’une collecte nette de 493 millions d’euros. Il faut comprendre que les nouvelles règles fiscales ont fortement pénalisé ce produit d’épargne.

La réforme fiscale de 2018 a ébranlé le PEL

Depuis le 1er janvier 2018, de nouvelles règles ont été appliquées en matière de fiscalité, notamment pour les revenus. Les produits d’épargne sont également concernés, dans la mesure où les rendements qui en découlent sont imposables pour la plupart. Parmi ceux qui en sont exemptés, on retrouve le Livret A, le Livret jeune, le Livret d’épargne populaire (LEP), etc.

La nouvelle fiscalité a alors eu des impacts différents sur divers produits d’épargne. Contrairement à l’assurance-vie et les autres livrets, le PEL a fortement été lesté par l’imposition, d’autant plus que son rendement brut est descendu à son plus bas niveau au mois de juin de cette année, soit 0,27%. Si le PEL affichait une bonne performance en 2015, il ne totalise désormais qu’une collecte nette de 493 millions d’euros.

L’assurance-vie toujours en tête de peloton

Par rapport à l’année 2017, l’assurance-vie a connu une nette progression au premier semestre 2018. En effet, la collecte de ce produit d’épargne est passée de 7 milliards d’euros à 12,3 milliards d’euros en un an.

Plusieurs facteurs sont à l’origine de cette recrudescence. Tout d’abord, il faut citer les mesures fiscales qui penchent désormais en faveur des épargnants. Mais le taux d’intérêt moyen enregistré au terme de l’année 2017 y est aussi pour beaucoup, se trouvant à 1,8%. Il a en effet supplanté toutes les prévisions. Il est alors logique que bon nombre d’épargnants aient été attirés par ce produit d’épargne, plus que le Livret A ou tout autre livret d’épargne.

Quid des livrets bancaires et du Livret A ?

Le Livret A et les livrets bancaires n’ont pas connu des résultats aussi mauvais que ceux du PEL. Cependant, ils sont encore loin d’égaler l’assurance-vie et sa collecte nette de 12,3 milliards d’euros. En effet, les livrets bancaires ont cumulé 9,3 milliards d’euros de collecte nette, alors que le Livret A a enregistré une performance de 9,1 milliards d’euros.

A découvrir également

  • Image actualite 1
    Plafond du Livret A atteint, que faire de mon épargne ?
    2/07/2021
  • Image actualite 2
    Épargne: Le fossé des générations
    3/09/2019
  • Image actualite 3
    Le délai de perception des premiers dividendes d’une pierre papier impacte grandement sur la trésorerie
    8/08/2019
  • Image actualite 4
    L’investissement dans le résidentiel reprend de la couleur après des années de délaissement
    7/08/2019

Archives

Nos placements
PERPlus de retraite et moins d'impôts avec nos PER sans frais d'entrée
Assurance vieDécouvrez nos contrats sans frais d'entrée
SCPIAccédez à l'immobilier professionnel dès 500 €
DefiscalisationInvestissez dans l'économie réelle en réduisant votre impôt