mardi14août

Les différentes reformes des retraites ont bouleversé le calcul de la pension de base d'un salarié. Ces réformes augmentent l'âge de départ et la durée de cotisation, et diminuent donc la retraite pour ceux qui partent prématurément. Retour sur un calcul de plus en plus complexe

    La retraite à taux plein

    L'âge de la retraite à taux plein correspond, comme son nom l'indique, à l'âge à partir duquel le salarié peut prétendre à sa retraite à taux plein, quel que soit le nombre de trimestres pendant lesquels il a travaillé.

    En Octobre 2010, le gouvernement Fillon avait pris des mesures drastiques afin de retarder le départ à la retraite des français. L'âge de la retraite à taux plein va alors passer progressivement de 65 à 67 ans d'ici 2018 à raison d'une augmentation de 4 mois à partir de la génération 1951 selon le calendrier ci-dessous :

    Age minimum de départ en retraite selon la date de naissance :
    Avant 1951 : 65 ans
    Du 01/07/1951 au 31/12/1951 : 65 ans et 4 mois
    1952 : 65 ans et 8 mois
    1953 : 66 ans
    1954 : 66 ans et 4 mois
    1955 : 66 ans et 8 mois
    Après 1956 : 67 ans

    Le taux de retraite est égal à 50% lorsque le retraité bénéficie de la retraite à taux plein. Il faut multiplier ce taux par le SAM. Le SAM est le salaire annuel moyen. Il correspond à la moyenne des 25 meilleurs salaires bruts annuels revalorisés par rapport à l'inflation, et dans la limite du plafond annuel de la sécurité sociale.

    C'est ainsi que les personnes nées après 1956 devront attendre 67 ans pour bénéficier d'une retraite à taux plein. A moins que le nouveau gouvernement, qui souhaiterait revenir sur les réformes du gouvernement Fillon, ne rabaisse l'âge de départ à taux plein.


    Départ avancé

    A partir de 5 ans avant l'âge de départ à taux plein, le salarié peut quand même partir à la retraite. Il peut même bénéficier quand même de la retraite à taux plein, s'il a validé un certain nombre de trimestres requis.

    Avant la loi Fillon, il fallait avoir validé 160 trimestres, soit 40 ans, pour bénéficier d'une retraite au taux plein (=50%). Mais la loi Fillon et la réforme 2010 ont étendu le nombre des trimestres requis pour les salariés nés après 1948, afin qu'il passe progressivement de 160 à 166 trimestres pour les personnes nés en 1955, selon le rythme tableau suivant :

    Durée de cotisation requis selon l'année de naissance :
    - 1948 ou avant : 160 trimestres
    - 1949 : 161 trimestres
    - 1950 : 162 trimestres
    - 1951 : 163 trimestres
    - 1952 : 164 trimestres
    - 1953 ? 1954 : 165 trimestres
    - 1955 : 166 trimestres
    Ainsi, un salarié né en 1952 doit valider 164 trimestres pour obtenir sa retraite à taux plein.

    Cependant, les mesures de la loi Fillon ont été annulées partiellement par le nouveau gouvernement de François Hollande. Il faut dire qu'avec la réforme, certaines personnes pouvaient se retrouver avec le nombre requis de trimestres validés, mais dans l'impossibilité de partir en retraite immédiatement car n'ayant pas l'âge requis. Il s'agit des personnes ayant commencé à travailler à 18 ou 19 ans, sans quasiment aucune interruption, qui ont/auront donc travaillé 40 ou 41.5 ans et ont/auront entre 58 et 61 ans avec tous leurs trimestres validés.

    C'est à ces personnes que s'adresse le nouveau décret du gouvernement, publié en Juin, et qui prévoit tout simplement qu'à partir de 2013, les personnes "ayant commencé à travailler à 18 ou 19 ans et ayant la durée de cotisation requise" pourront partir en retraite chaque année dès leur soixantième anniversaire fêté.


    Coefficient de minoration et calcul

    Les salariés qui veulent partir à la retraite avant l'âge de départ à taux plein, mais qui n'ont pas validé la durée d'assurance requise, peuvent toutefois partir en retraite. Mais ils se voient alors appliquer une décote en fonction du nombre de trimestres manquants.
    Avant 2003, le coefficient était de 1.25 points par trimestre manquant. Mais la loi Fillon a également modifié ce coefficient selon la date de naissance de la personne, en fonction du tableau suivant :

    Coefficient de minoration par trimestre manquant selon la date de naissance
    -Avant 1944 : 1,25 point
    -1944 : 1,1875 point
    -1945 : 1,125 point
    -1946 : 1,0625 point
    -1947 : 1 point
    -1948 : 0,9375 point
    -1949 : 0,875 point
    -1950 : 0,8125 point
    -1951 : 0,75 point
    -1952 : 0,6875 point
    -Après 1952 : 0,625 point

    Ainsi, un salarié né en janvier 1952 qui a commencé a travaillé à 25 ans en Août 1977 et connu une pause d'inactivité d'un an, aurait validé aujourd'hui 136 trimestres. Il aurait donc 28 trimestres manquants et se verrait appliqué une minoration de 28 * 0.6875 point, soit 19.25 points. Admettons que son SAM soit de 30 218 euros, sa pension de retraite est donc de 9 290 euros (30 218 * 50 - 19.25%).

    S'il décide de partir à la retraite à 65 ans en Janvier 1977, il aura validé 154 trimestres en tout. Sa pensions sera égale à 13 030 euros (30218 *50-6.875%). Chaque trimestre validé lui rapporte en fait 207.75 euros (30218 * 0.6875%) de pension.

    Enfin, s'il décide de partir à la retraite à 65 ans et 8 mois, il bénéficiera de sa retraite à taux plein, c'est-à-dire 15109 euros (30 218 *50%). Ces huit derniers mois lui rapportent 3741.51 euros, soit bien plus que 2 trimestres validés.
    Etre rappelé
    par un conseiller
    Nous envoyer
    un message
    Parlons Placement
    Nos solutions
    M VIE Notre gamme
    d’assurance vie
    Plus d'infos
    M SCPI Nos SCPI en direct
    Plus d'infos
    M investissement Nos fonds structurés
    Plus d'infos