Créée en 2015, la SCPI Vendôme Région investit pour vous dans des biens immobiliers à usage de bureaux et de commerce en régions françaises. Avec un double objectif de rendement potentiel et de valorisation à long terme du patrimoine immobilier. Sur ces deux aspects, le passé parle pour cette SCPI, qui a offert un rendement au-dessus des 6% en 2018, et les perspectives sont attrayantes.

    La SCPI au coeur des régions

    À l'heure où beaucoup de SCPI se spécialisent géographiquement ou thématiquement, la SCPI Vendôme Régions a choisi d'investir en immobilier d'entreprise tertiaire dans les régions françaises et plus particulièrement dans des grandes agglomérations (Paris, Lyon, Nantes, etc...) et les agglomérations de taille moyenne (Le Mans, Valenciennes, Amiens, Dijon, Avignon, Colmar, Carcassonne...). La SCPI Vendôme Régions a donc fait du territoire national son terrain de prospection. En termes de typologie d'actifs, la SCPI est aussi diversifiée avec 55% de son parc investis en bureaux et 38% en commerces. La SCPI détient 37 immeubles et a un taux d'occupation financier de 97%.

    Source : Bulletin d'informations Vendôme Régions T1 2019

    Les investissements sont réalisés selon 3 critères : perspectives de rendement, qualité du bâti et attrait de la localisation.

    Au cours du T1 2019, la société de gestion a poursuivi la diversification des investissements avec l'objectif de se concentrer sur les principales agglomérations françaises. Elle a ainsi acquis des biens en région lilloise, et s'engage dans l'acquisition de biens à usage de bureaux situés à Toulouse et à Nantes. D'autres secteurs géographiques sont aussi actuellement à l'étude.

    >> Je reçois une documentation complète sur la SCPI Vendôme Régions

    Rendement au Top

    Notamment avec ses immeubles de bureaux, la SCPI poursuit un objectif de rendement attrayant pour les porteurs de parts. Vendôme Régions a également une stratégie opportuniste en ayant recours à un effet de levier modéré (10% fin 2018) afin de maximiser son rendement.

    Contrat rempli : EN 2018, la SCPI a distribué un TDVM* (Taux de distribution sur valeur de marché) de 6.03%**, un rendement solide, supérieur à la moyenne des SCPI (4.35%** en 2018) et relativement stable dans le temps (5.96%** en 2017 et 6.13%** en 2016).

    Source : Bulletin d'informations Vendôme Régions T1 2019

    Au premier trimestre 2019, la SCPI a versé un dividende de 9.47 euros, soit un taux de rentabilité d'environ 1.5% par rapport à la valeur de marché. La SCPI prévoit de maintenir ce niveau de distribution toute l'année pour atteindre un TDVM* 2019 de 6%.

    >> Je demande une information détaillée sur Vendôme Régions

    Valorisation à long terme

    Le deuxième objectif recherché par la SCPI est la valorisation du patrimoine à long terme. Elle sélectionne notamment des commerces offrant, selon son analyse, des perspectives de revalorisation et de création de valeur.

    Là aussi la stratégie fonctionne : Depuis 2015, la part a déjà été revalorisée 2 fois, passant de 620 euros à 640 euros, soit une revalorisation de plus de 3%.

    La SCPI a-t-elle encore un potentiel ? Oui, si on se base sur le différentiel important entre la valeur de la part et la valeur de reconstitution, qui sert à valoriser le parc immobilier de la SCPI. Cette valeur s'élevait au 31 mars 2019 à 686.79 euros, soit 7.3% au-dessus de la valeur de la part (640 euros).

    Le prix de souscription d'une SCPI doit être compris entre + / - 10 % de la valeur de reconstitution de la société. Lorsque l'écart dépasse +10%, la société est obligée de revaloriser sa part. Historiquement, la SCPI n'a pas attendu d'atteindre ce niveau pour augmenter le prix de sa part. Il y a donc de la place pour des prochaines revalorisations dans un futur proche...

    >> Je demande une information détaillée sur Vendôme Régions

    Communication non contractuelle à but publicitaire* TDVM : Le Taux de Distribution sur Valeur de Marché mesure le niveau de distribution historique. Il est la division du dividende brut avant prélèvement libératoire versé au titre de l'année N (y compris les acomptes exceptionnels et quote-part de plus-values distribuées) par le prix de part acquéreur moyen de l'année N. ** Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. L'investissement immobilier doit être envisagé sur le long terme. Comme tout investissement, l'immobilier présente des risques :- La baisse de la valeur du placement. Le capital investi n'est pas garanti. La valeur du bien évolue dans le temps, en relation étroite avec l'état de la conjoncture de l'immobilier. Cette conjoncture suit des cycles successifs, avec des phases à la hausse et à la baisse.- La diminution des revenus locatifs. Dans un contexte économique moins favorable, la baisse des revenus locatifs versés aux associés est due à la diminution du taux d'occupation financier et/ou à la baisse du montant global des loyers versés par les locataires.- La liquidité. L'immobilier présente une liquidité moindre comparée aux actifs financiers. Les conditions de cession (délais, prix) peuvent ainsi varier en fonction de l'évolution du marché de l'immobilier.