vendredi09octobre
Une personne en train de faire calculer leur économie et son prêt pour avoir une belle maison.

L’épargne a été grandement impactée par la pandémie du coronavirus, le livret A et l’assurance-vie ont dû agir en conséquence et réduire leur rentabilité afin d’éviter de déposer le bilan. Mais un moyen de placement a su tirer parti de cette période délicate pour réaffirmer sa résistance à toute épreuve.

La pandémie sanitaire et le strict confinement ont mis à mal la quasi-totalité des différents secteurs d’activités. Nul n’a échappé aux retombées de la crise du covide-19, pas même l’épargne qui a dû revoir à la baisse son taux d’intérêt, à l’image du livret A. Mais les SCPI s’en sont plutôt bien sorties, en témoigne sa rentabilité de 3,96%.

La pandémie aura été, de ce fait, une preuve supplémentaire quant à la fiabilité de ce véhicule de placement. Ce moyen d’épargne se targuait d’avoir un modèle économique solide résistant à tout aléa économique, il est d’ailleurs en plein essor depuis près d’une décennie.

Un succès dissipant les doutes

Malgré leur succès retentissant, bon nombre de particuliers ne sont pas encore familiers avec le plan d’épargne afférent aux supports immobiliers, préférant placer leurs économies dans le livret A ou encore l’assurance-vie. Il est à savoir que les Sociétés Civiles de Placement Immobilier achètent des biens immobiliers pour ensuite les louer. Leurs sociétaires reçoivent ensuite les intérêts via les loyers perçus.

Ce modèle économique semble stable en apparence, mais certains professionnels du secteur ont indiqué qu’il pourrait vaciller face à une vague de défauts de paiement. Ces détracteurs ont d’ailleurs prévenu au début du confinement que les SCPI allaient s’effondrer.

Force est de constater que les sociétés de gestion ont su garder la tête hors de l’eau et elles ont même eu l’impertinence de verser les dividendes qui leur sont dus à leurs souscripteurs.

Leur bon état de santé est confirmé par leur bilan du second semestre, faisant état d’un taux de recouvrement de loyers frôlant les 80%, malgré la crise. D’habitude, ces établissements ne communiquent pas ce résultat, mais elles ont tenu à le publier à cause de certaines allégations négatives ainsi que de l’appréhension naissante chez leurs associés.

Les atouts des SCPI

Cette performance improbable en temps de crise, les SCPI la doivent avant tout à la rigoureuse sélection de leurs locataires. En effet, ces sociétés ont pour règle de ne retenir que les clients de grosse pointure, c’est-à-dire des leaders dans leur secteur, offrant ainsi la garantie de pouvoir s’acquitter de leurs loyers même face à une crise économique.

Mais ces experts de l’immobilier vantent aussi leur capacité à identifier le moment d’acheter un bien immobilier au bon moment et au bon prix.

L’autre point fort des SCPI réside dans la constitution d’un report à nouveau, dit RAN. Cette clause leur permet de se constituer une réserve financière afin de faire face à d’éventuels imprévus. En situation d’urgence, les sociétés de gestion peuvent alors piocher dans ce stock de capital pour garantir la rentabilité promise à leurs sociétaires. Ces enseignes de placement immobilier ont d’ailleurs indiqué qu’elles avaient eu recours à cette manœuvre pour verser les dividendes de leurs souscripteurs associés.

Archives

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos