mercredi09février

continuent à déraper à la hausse. Hier ils ont franchi un nouveau pas qui rapproche le 10 ans des 4%, un cap symbolique. C'est un cercle vicieux qui se déclenche et qui pourrait avoir un effet dévastateur sur des finances publiques américaines déjà mal en point.

    Les taux d'intérêt remontent. Partout.
    C'était évident pour les pays émergents. Avec une explosion de l'inflation, on parle de plus de 10% en Chine contre un chiffre officiel de 5%, ou encore 6% publiés hier au Brésil, ces pays en proie à la surchauffe liée à la hausse des prix alimentaires et à la pression des investissements étrangers, n'ont pas d'autres choix que de remonter leur taux. Ils le font tous et vont continuer.
    Mais le mal de la hausse des taux longs commencent à frapper les pays dits développés. C'était déjà le cas des pays dits périphériques comme la Gréce, ou l'Irlande mais la hausse des taux se propage à l'Angleterre, les Etats-Unis et même l'Allemagne, même si en Allemagne on reste encore à des taux très bas.

    Quelle explication à cette propagation ?
    Cette hausse est bien sûr la conséquence des plans de relance massifs qui ont un double effet pervers, le premier c'est la hausse de l'inflation, pour échapper à la déflation, et le deuxième, le plus ennuyeux c'est les dérapages des déficits publics et des endettements. A un moment où les banques centrales n'ont plus les moyens de continuer à maintenir artificiellement les taux d'intérêt bas en rachetant de la dette comme la FED et son quantitative easing.

    Quelles conséquences?
    C'est un cercle vicieux. Prenons les Etats-Unis où le taux à 10 ans se rapproche dangereusement des 4%. A 4% le service de la dette, une dette colossale, devient de plus en pesant sur le déficit budgétaire, entraînant une hausse de la dette et donc une hausse des taux. Ainsi de suite. Nous entrons dans une phase nouvelle. Alors qu'il y avait débat il y encore trois mois sur le fait de savoir si nous êtions en déflation ou en Inflation, les investisseurs ont tranché en faveur de l'inflation. Et ils vont chercher à se délester au plus vite de leurs emprunts d'Etat. Une situation qui ne va pas arranger les gouvernements mais ils l'auront bien cherché en jouant avec le feu.

Archives

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M IMMOBILIER Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos