mercredi25septembre

Les Français privilégient toujours l'investissement immobilier, selon une enquête du Crédit Foncier publiée la veille. Ce sondage, réalisé à la veille du Salon Patrimonia (26 et 27 septembre 2013), dévoile les attentes et motivations des particuliers qui investissent dans la pierre, bien qu'ils soient peu nombreux actuellement.

    Le Credit Foncier remarque que cette étude a été réalisée dans un contexte de baisse du marché de l'investissement locatif en 2012. Selon le spécialiste de l'immobilier, le locatif représentait 11% du nombre de transactions du marché immobilier résidentiel privé contre 15% trois ans auparavant (2009). Malgré une légère désaffection des investisseurs du locatif, ce n'est pas pour autant qu'ils sont aux abonnés absents.

    L'immobilier reste toujours un actif privilégié des investisseurs, très largement devant l'épargne sécurisée. A la question : " Si vous disposiez d'une somme d'argent à investir, quels supports privilégieriez-vous ? ", 56% des clients du Crédit Foncier interrogés répondent en premier choix l'immobilier, loin devant les marchés financiers et l'épargne sécurisée.

    Le portait type de l'investisseur particulier est une personne de 46 ans qui déclare un salaire médian annuel de 65 680 euros. L'enquête révèle que plus d'un tiers (37%) des investisseurs sont âgés d'au moins 50 ans.

    Pour 68% des sondés, la perspective de payer moins d'impôts est la première motivation pour se lancer dans un investissement locatif. Cette motivation est plus forte pour les investisseurs dans le neuf (81%) que pour ceux qui investissent dans l'ancien (23%). Suivent ensuite : le moyen de disposer d'un revenu complémentaire à la retraite pour 44% des personnes sondées et la perspective de se constituer un patrimoine pour 42 % des personnes interrogées.

    Concernant le bien convoité par ces mêmes investisseurs, il s'agit d'un appartement T2 de 53m² acquis pour un montant de 163 000 euros. Le montant médian emprunté est égal à 153 000 euros avec une durée de financement contractuelle de 20 ans et 3 mois en 2012. Le Crédit Foncier signale également que près de deux tiers des investisseurs n'ont pas d'apport personnel afin de maximiser les déductions fiscales.

    Sur un plan géographique, les clients investisseurs du Crédit Foncier privilégient l'Ile-de-France (choix de 15% des investisseurs), le Rhône (7%), le Sud-Ouest (notamment la Haute-Garonne et la Gironde, chacun représentant près de 11% des investissements en 2012) et la Méditerranée, en particulier l'Hérault (6%), les Bouches du Rhône (6%) et les Alpes-Maritimes (4%). Le sondage révèle que le lieu de l'investissement immobilier est très différent selon la nature du bien : s'il s'agit d'un investissement dans le neuf, l'investissement se fera dans une zone géographique éloignée ; s'il s'agit d'un investissement dans l'ancien, l'investissement se fera à proximité.

    Les particuliers qui ont réalisé un investissement locatif en sont satisfaits pour deux tiers d'entre eux : 19% sont très satisfaits et 47% sont assez satisfaits. Mais au final, ils ne sont que 30 % à avoir l'intention de refaire un jour un investissement locatif. Les raisons évoquées par les sondés sont : la peur de trop s'endetter (32 %), les incertitudes quant à l'avenir (31 %), la crainte de ne pas louer son bien (22 %) ou la peur des loyers impayés (21 %).

    A découvrir également

    • Impôts : les meilleures solutions pour défiscaliser avant la fin de l’année
      20/12/2021
    • 3 bonnes raisons d’investir dans M Rendement 6
      4/10/2021
    • Impôts : taux maximum de 25 % pour les FCPI/FIP 2021
      14/05/2021
    • Impôts : le FIP Corse Kallisté Capital n°13 (Vatel Capital) est ouvert
      23/04/2021

    Archives

    Etre rappelé par un conseiller
    Nous envoyer un message
    Parlons Placement
    Nos placements
    PERPlus de retraite et moins d'impôts avec nos PER sans frais d'entrée
    Assurance vieDécouvrez nos contrats sans frais d'entrée
    SCPIAccédez à l'immobilier professionnel dès 500 €
    DefiscalisationInvestissez dans l'économie réelle en réduisant votre impôt