jeudi19septembre

On attendait de sa part une décision courageuse. Il a préféré s'abstenir. Ben Bernanke a pris tous les prévisionnistes et les marchés à contrepied en décidant de continuer à maintenir la dose maximale de coke monétaire. Il a plus pensé à son image dans l'histoire qu'aux besoins de l'économie réelle. Il restera le plus grand dealer du monde.

    On revient sur la décision surprise de la banque Centrale américaine
    Et on ne va pas finir d'en parler. Mais je vous propose de l'analyser sous l'angle d'un homme : Ben Bernanke. Car c'est lui qui a finalement mis tout son poids dans la balance. Et pour des raisons très personnelles. Il quitte la FED dans quelques mois et il a tenu à soigner l'image qu'il laissera dans l'histoire monétaire Américaine.

    Il a montré des signes d'inquiétude sur l'économie
    On le disait hier ici, la reprise Américaine n'est pas une vraie reprise à l'Américaine. Mais cela va au-delà de cela. Rappelons que Ben Bernanke est un des plus grands spécialistes de la crise de 1929 et de la déflation. Il veut qu'on se souvienne de lui comme l'homme de la relance économique par l'abondance monétaire.

    Il faut rappeler qu'il quittera son poste le 31 Janvier
    Et sous son règne, les taux sont restés près de zéro pendant près de cinq ans et le bilan de la FED a atteint des niveaux délirants, plus de 3700 milliards de dollars. L'histoire jugera si l'homme a été un visionnaire ou s'il n'a été que le plus gros dealer de coke monétaire qui a maintenu les marchés dans des paradis artificiels sans permettre réellement à l'économie d'apprendre à se reconstruire sans dopage.

A découvrir également

  • Le comportement des Français vis-à-vis de leur épargne pour lutter contre l’inflation
    23/06/2022
  • Réduction d'impôt : n'est-ce pas le moment d'investir en FCPI ?
    20/06/2022
  • Le crowdfunding dit adieu à Babyloan, une plateforme française historique
    17/06/2022
  • Épargne : les taux des livrets bancaires au plus bas
    15/06/2022

Archives