lundi22août

Le mois d'août est généralement une période où les Français ont besoin de liquidités : Les vacances ont vidé les portefeuilles alors que se profilent en septembre la rentrée pour les enfants et les impôts pour les adultes. Alors pour faire face à ces deux postes de dépenses, pourquoi ne pas puiser dans votre contrat d'assurance-vie ? Car entre les rachats partiels et les avances, l'assurance-vie est un placement totalement liquide. Ce que beaucoup d'épargnants ignorent encore.

    Des rachats possibles à tout moment

    Contrairement à une idée reçue, les sommes placées dans un contrat d'assurance-vie ne sont pas bloquées pendant 8 ans. Les sommes investies dans l'assurance-vie sont toujours disponibles comme pour un livret. Vous pouvez faire un rachat partiel à tout moment !

    C'est la fiscalité entourant le rachat qui sème la confusion. Les huit années, c'est pour bénéficier d'une fiscalité plus douce. En effet, si vous faites un rachat partiel après 8 ans, les gains constitués dans ce rachat subissent un prélèvement forfaitaire libératoire qui tombe à 7,5 % (vous pouvez aussi les intégrer à vos revenus) après un abattement annuel de 4 600 euros pour un célibataire ou de 9 200 euros pour un couple marié ou pacsé.

    Mais même avant 8 ans, la fiscalité de l'assurance-vie ne peut pas être considérée comme " lourde ". Elle est même plus faible que sur un livret classique. Un exemple :

    Pour un investissement de 50000 euros rapportant 2,5% sur un an (1250 euros d'intérêt):

    • - Sur un livret, les 1250 euros vont être imposés, que vous fassiez ou non un retrait, à votre tranche marginale d'imposition : Soit 175 euros si vous êtes dans la tranche à 14%, 375 euros dans la tranche à 3 % et 512,5 euros dans la tranche à 41%
    • - Sur le fonds en euros d'un contrat d'assurance-vie, il n'y a pas d'impôt sur le revenu tant que vous ne faites pas de retrait. Si vous faites un retrait, seule la partie gain de ce retrait sera imposée. Donc par exemple si vous faites un retrait de 5125 euros, l'impôt ne portera que sur 125 euros. Le taux sera de 35%, ou à votre tranche marginale d'imposition si c'est plus favorable. Soit 17,50 euros dans la tranche à 14 %, 37,50 euros dans la tranche à 30 % et 43,75 euros si vous êtes dans les tranches au-dessus.

    À noter que dans les deux cas vous aurez les prélèvements sociaux de 15,5 % (193,75 euros) à payer.

    Ainsi, dans cet exemple, le gain net d'imposition est compris entre 150 et 465 euros par rapport à un livret non réglementé.

    Vous recherchez un placement sûr et disponible pour votre épargne ? Privilégiez l'assurance vie.

    >> Je demande GRATUITEMENT une documentation sur l'assurance-vie by MonFinancier

    L'avance comme alternative au rachat fiscalisé

    Le saviez-vous ? Il vous est possible de retirer des liquidités de votre contrat d'assurance-vie sans faire de rachat et donc sans fiscalité. Comment ? En demandant une avance à votre assureur.

    Il s'agit tout simplement d' un prêt que l'assureur vous consent pour que vous puissiez faire face à un besoin urgent et temporaire de liquidités.

    L'avance est une somme d'argent mise à disposition par l'établissement financier auprès duquel vous avez souscrit votre contrat d'assurance-vie ou de capitalisation, et dont le montant maximum dépend de la somme figurant sur le contrat : entre 60 % et 80 % du montant investi selon les contrats. L'avance n'est en principe autorisée que si elle est prévue dans les conditions générales du contrat. Si votre contrat vous le permet, vous aurez les fonds plutôt rapidement, sous huit à dix jours. Outre cette rapidité dans la disponibilité des fonds, ce système offre de nombreux avantages :

    > Pas d'impôt à payer

    L'opération présente un intérêt d'un point de vue fiscal. En effet, dans la mesure où il s'agit d'un prêt, les sommes sont mises à disposition en dehors de toute taxation à l'impôt sur le revenu et de prélèvement sociaux. Néanmoins, dans le cas d'avances programmées ou utilisées trop fréquemment ou si l'avance n'est pas remboursée, l'administration fiscale peut requalifier ces opérations de retrait et donc les soumettre à l'impôt.

    > Souplesse

    Contrairement à un prêt classique, il n'y a pas d'étude de solvabilité puisque le crédit est garanti par l'assurance-vie. Ainsi, aucune assurance décès/invalidité n'est exigée.

    > Pas d'incidence sur le contrat

    L'avance ne met pas non plus un terme au contrat ni ne modifie son fonctionnement. Surtout, l'opération ne diminue pas la valeur du contrat, l'épargne présente sur le contrat continue alors à se valoriser. Cependant, comme tout prêt, l'avance doit être remboursée et supporte le paiement d'un intérêt. Le montant de l'intérêt payé en échange de l'avance varie selon les compagnies.

    Peu connue du grand public, l'avance est pourtant un atout de taille pour l'assurance-vie qui grâce à cette disposition, peut être non seulement liquide tout en échappant à l'impôt.

    >> Je prends contact avec un conseiller MonFinancier

    L'avance comme alternative au rachat fiscalisé

    Aussi avantageux qu'elle puisse paraître, l'avance a néanmoins un coût. Il s'agit en effet d'un prêt accordé par l'assureur qui va donc facturer des intérêts. Même si actuellement, les taux d'emprunt sont bas, il faut faire une simulation et veiller à ce que le coût de l'avance soit inférieur à l'impôt qu'un rachat engendrerait.

    Vous avez un contrat d'assurance vie chez MonFinancier et voulez savoir s'il vaut mieux faire un rachat ou une avance ? >> Demandez à être rappelé(e) par votre conseiller

Archives

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos