lundi25avril

Obama met la pression pour la signature du Traité Transatlantique avant la fin de l'année : c'est finalement un sujet dont on entend peu parler alors qu'il nous concerne tous et pourrait avoir des conséquences spectaculaires. Le Tafta.

>

Tafta

C'est un accord qui créerait une zone commerciale de libre-échange dans un marché qui représente plus de 50% du PIB mondial et 820 millions d'habitants. Rien que ça. Obama en a parlé hier en Allemagne et aujourd'hui c'est le début d'un nouveau round de négociations qui commence à New York, le 13ème depuis l'été 2013. Il suscite autant d'enthousiasme que de craintes. Et c'est compréhensible. C'est tout de même un accord totalement inédit et un grand saut dans l'inconnu. Si tout le monde s'accorde à dire qu'une baisse des droits de douane devrait avoir un effet positif sur la croissance, et que former un bloc uni face à la Chine est une excellente ligne de défense, on craint, à juste titre, que ce soit un deal déséquilibré qui reviendrait comme le dit le numéro 2 du gouvernement allemand à acheter américain. On imagine le boost de puissance pour les géants américains.

Des normes américaines

L'autre grande inquiétude, c'est l'adoption de normes communes. C'est l'autre grand volet de l'accord. Des normes communes dans tous les domaines, de l'alimentaire à la propriété intellectuelle en passant par le sanitaire. Or le fossé entre nos normes très strictes et celles des États-Unis beaucoup plus libérales, certains diraient même laxistes, est gigantesque. Avec cet accord, on pourrait enfin manger du maïs OGM, du boeuf dopé aux hormones de croissance et du poulet au chlore et les Américains auraient le droit de mettre l'appellation Brie de Meaux sur le brie qu'ils fabriquent déjà. On imagine la révolution. C'est un deal énorme, gigantesque. C'est le deal de la décennie. Un deal qui aujourd'hui, à ce stade des négociations, est à l'avantage des Américains. Normal qu'Obama pousse.

La bataille de little bighorn

Tel Custer et ses 647 hommes face à une déferlante de Cheyennes et de Sioux, Hollande rassemble son dernier carré de fidèles pour tenter d'enrayer l'immense ras-le-bol qu'il a réussi à provoquer. Je rappelle que Custer est mort dans la bataille.

Only in london

Londres est devenue la ville qui compte le plus de milliardaires. 77. Devant New York, 61, San Francisco, 57, Hong Kong, 49, Moscou, 38, Los Angeles, 35, Pékin, 33, et Paris, 30. Il n'y avait "que" 43 milliardaires à Londres en 2009. (Sunday Times).

Riche en enseignements

Étonnant scrutin en Autriche. Élections présidentielles ce week-end. Premier tour. En tête le parti d'extrême droite avec 35% des voix, et derrière les Écologistes. Les deux partis de centre gauche et droit qui ont dominé la vie politique de l'après-guerre ne sont pas au second tour. Même si le rôle de président en Autriche est purement honorifique, c'est un sacré coup de semonce.

Enfin

Monseigneur Barbarin s'est enfin déclaré prêt à débattre cet après-midi sur "les affaires en cours". Une première étape. Le problème c'est qu'il a exigé que ça se fasse dans une école primaire réservée aux garçons. Pas facile de changer ses habitudes.

On prend les mêmes

Ne vous fatiguez pas à lire les articles sur la négociation sur la Grèce qui a lieu cette semaine. On prend les mêmes et on recommence. Le FMI veut imposer des nouvelles règles d'austérité alors que les précédentes ne marchent pas, l'Union Européenne va payer sans rien dire, et la Grèce hurle à l'assassinat. Mélodrame qui va se finir par un gros chèque de 8 milliards d'euros sur votre compte. Inutile de préciser qu'il ne sera jamais remboursé puisqu'on négocie déjà une nouvelle annulation partielle de la dette grecque.

Votre compte aux états-unis

Vous voulez frimer? Faire croire que vous êtes millionnaires, milliardaires, ou magnat de la finance ou des affaires. Ouvrez un compte chez Goldman Sachs. C'est maintenant possible à partir d'1 dollar seulement. Goldman active la plateforme de banque en ligne rachetée à GE Capital. La banque cherche vraiment son modèle d'avenir.

Jeudi nouveau record

À part le bull market de 1987 à 2000 (4494 jours), jeudi nous aurons battu le record de bull market depuis la deuxième guerre mondiale, en durée. Étonnant bull market alimenté uniquement par les banques centrales puisque les profits des entreprises américaines sont en baisse.

La phrase du jour

"Il n'y a pas de fatalité à perdre de l'argent dans la presse". Mathieu Pigasse. Il pense même que le quotidien papier a un avenir.

La réunion du jour

à laquelle j'aurais aimé assister. Michel Sapin, qui aime claquer les strings des journalistes, rencontre aujourd'hui son homologue panaméen. Un dialogue de sourds.

Bravo

Troisième grève de la SNCF en deux mois.

À voir

L'interview détonnante du patron d'Altran, ex patron d'Euronext, Dominique Cerutti. Cliquez ici

VOILÀ C'EST TOUT
BONNE JOURNÉE
MAY THE FORCE BE WITH YOU

Archives

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos