vendredi01avril

Premier trimestre étonnant pour la Chine, qui illustre parfaitement les ambiguïtés de la situation économique et financière de la Chine. Nous avons débuté l'année avec des craintes de fin de monde fondées en partie sur le dérapage incontrôlé de l'économie chinoise. Des craintes qui ont provoqué un mini krach boursier mondial. Nous finissons le trimestre avec une Chine à la conquête du monde.

>

Retournement

La Chine a en effet atteint un record de transactions de fusions acquisitions à l'étranger. En un trimestre, elle a fait plus d'opérations que dans toute l'année 2015. La part de transactions de la Chine est maintenant à plus de 15%, talonnant l'Europe, et face à des États-Unis qui sont moins actifs. Quel retournement! Et un retournement aussi sur la monnaie. Là encore. Quel paradoxe. On a vécu des semaines avec la crainte panique d'un dérapage incontrôlé du yuan, voire d'une dévaluation massive destinée à relancer l'économie. Le yuan finit le trimestre en forte hausse, prenant à contre-pied tous les traders et les spéculateurs.

Un gouvernement a la manoeuvre

On croyait le gouvernement et la banque centrale totalement dépassés ; suite à des interventions massives, ils ont largement repris la situation en main. Offrant d'ailleurs aux groupes chinois une monnaie plus forte et de l'argent gratuit pour acheter tout ce qu'ils veulent à l'étranger. Est-ce que la Chine est sortie de l'ornière ? Pas du tout. La fameuse transition chinoise d'une croissance hyperrapide et artificielle vers une croissance plus basse et plus saine basée sur la consommation des ménages est loin d'être terminée. L'endettement en Chine, à tous les niveaux, reste une source majeure de problème. Mais ce trimestre a rappelé à ceux qui l'avaient oublié que la Chine est une dictature dans laquelle le pouvoir a la main et peut imposer sa politique. Nous n'avons pas fini de subir les soubresauts de la transformation chinoise mais ce pays a un mode de fonctionnement tellement particulier que nous serons toujours pris à contre-pied. Comme au premier trimestre 2016.

Le cauchemar du jour

La une du Parisien. Photo de Hollande. Titre :"Présidentielle 2017: Et pourtant il y croit encore". Il a été déjà élu par hasard en 2012, et s'il avait encore un coup de bol à la DSK en 2017? Quel cauchemar.

Bouygues se fait désirer

Bouygues tergiverse, négocie et énerve. Le groupe a annoncé hier qu'il se donnait encore jusqu'à la fin du week-end pour parvenir, ou pas, à un accord avec Orange. Cette opération est essentielle pour Orange, Free et SFR qui n'attendent plus que d'être trois pour remonter leurs tarifs. Mais Bouygues n'a pas vraiment d'alternative: il doit parvenir à un deal.

On va encore se taper des grèves

Si vous voulez partir tranquillement en vacances cet été, il va peut-être falloir éviter Air France. Son patron vient en effet d'annoncer dans les Échos qu'il veut doubler la taille de sa filiale low cost Transavia d'ici 2020. Une bonne occasion pour les pilotes de se mettre en grève pour les jours de départs en vacances.

L'espagne pire que nous

Quel plaisir pour un cancre de voir quelqu'un qui a des plus mauvaises notes que lui. L'Espagne a offert cette chance à la France. Son déficit pour 2015 est finalement de 5.1% du PIB. On attendait 4.2%. La situation économique et financière du pays s'améliore certes, mais il n'est pas sorti de la crise. Et, je le rappelle, il n'a toujours pas de gouvernement.

Chacun son ennemi

La Turquie appelle l'Europe à l'aide pour combattre...les Kurdes. Pas Daech.

La bonne nouvelle du jour

Il va faire plus de 20 degrés samedi et dimanche après midi.

Les arnaques sur internet

L'AMF remonte au créneau face à l'explosion des sites illégaux d'investissement. 4.5 milliards d'euros envolés en 6 ans. L'arnaque la plus répandue c'est le "placement sur le Forex" où on fait miroiter des gains rapides et faciles. Des centaines de sites sont concernés.

Du côté des marchés

Petit coup de mou hier. Les indices boursiers ont glissé, le CAC est repassé en dessous des 4400 points et l'euro a, un peu, reglissé en dessous des 1.14. Et ce matin Tokyo s'est pris une claque de 3.65%. Les investisseurs attendent les chiffres de l'emploi américain, comme tous les premiers vendredis du mois.

Ce soir c'est votre argent exceptionnel

Sur BFM Business, on rejoue la semaine avec Christopher Dembik de Saxobanque, Alain Pitous de Talence Gestion, Jean Pierre Gaillard d'Erasmus, et Pauline Tattevin. Le patron de la semaine est un homme discret qui gère pourtant une étonnante pépite française, une vraie success story, Newrest, un des leaders du catering et de la restauration collective. Oliver Sadran est également le patron du Toulouse Football Club. À ce soir, on va tout casser. Horaires: Ce soir 19h00, 8h00 le samedi, 7h00 le dimanche.

VOILÀ C'EST TOUT
BONNE JOURNÉE
MAY THE FORCE BE WITH YOU

Archives

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M IMMOBILIER Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos