vendredi29avril

L'Italie, sa dolce vita mondialement connue tout comme ses pizzas, le Pape, le football...Est-il encore nécessaire de présenter ce pays dont la richesse culturelle et architecturale attire de nombreux voyageurs de part et d'autres du monde ? Oui, sinon ce j'irai investir chez vous n'aurait pas lieu d'être...La botte italienne c'est aussi une puissance économique européenne et mondiale avec comme pierre angulaire, ses entreprises familiales.

    Un troisième miracle ?

    L'Italie, le royaume du textile, cuir et de l'habillement, est la troisième économie de la zone euro après l'Allemagne et la France et la huitième mondiale, juste derrière l'Inde. Le pays a connu deux périodes fastes dont une, après la seconde guerre mondiale, qui a été qualifiée de " miracle économique ". L'économie transalpine a alors connu une forte croissance de la production industrielle (près de 6% par an entre 1950 et 1960) qui lui a donné l'impulsion pour décoller et ainsi s'affranchir de sa dépendance à l'agriculture. En l'espace de trois ans, le secteur industriel a enregistré une augmentation moyenne de la production de 31,4%. De grands groupes italiens tels que Zanussi, Candy, Indesit ou Ariston Thermo se sont invités dans les foyers italiens, tout comme Fiat avec son modèle ô combien mythique Fiat 500, qui inonda les routes transalpines.

    Changement d'ambiance dans les années 70. L'Italie, comme 'autres pays européens, a été durement frappée par le choc pétrolier de 1973. Hausse de l'inflation, allant jusqu'à 20% par an, et balance commerciale en grave déficit, l'économie transalpine connaît une longue période de récession... pour mieux rebondir une décennie plus tard. Grâce au recul du dollar américain, l'Italie est une nouvelle fois bénie des Dieux économiques. Durant la seconde partie des années 80, le pays a changé de braquet pour une économie plus tournée vers les services. Quant aux secteurs primaire et industriel, ils perdent peu à peu de leur importance...Enfin, pas tout à fait. Si le secteur industriel est celui qui est le plus exposé aux turbulences économiques, il reste encore très présent comparativement à ses voisins avec près de 20% de la valeur ajoutée brute en 2010.

    L'industrie est essentiellement manufacturière puisque l'Italie est la 5e puissance manufacturière mondiale - et basée sur la fabrication de machines et équipements, la métallurgie, suivis par l'industrie alimentaire et les secteurs phares du Made In Italy : textile, cuir et habillement. On peut aussi ajouter que les petites et moyennes entreprises font encore la force du système économique italien et participent à la notoriété des produits et savoir-faire italiens. Toutefois, l'Italie reste encore bicéphale entre un nord très développé, industrialisé, et très dynamique et le Mezzogiorno, la partie méridionale du pays, encore à la dérive. Celle-ci pourrait faire office de caillou dans une croissance durable de la botte et donc dans un potentiel troisième miracle économique. Le pays doit également se débattre avec une dette publique abyssale de 1 988 milliards d'euros et un secteur bancaire qui a semé la panique sur les marchés en ce début d'année 2016.

    À Milan, le luxe fait sa place

    Le FTSE-MIB est l'indice boursier incontournable de la Bourse nationale italienne, composé des 40 actions les plus échangées sur le marché. Géré par Standard & Poor jusqu'en juin 2009, il a ensuite été pris en charge par FTSE Group.

    Le secteur bancaire italien est bien représenté sur la cote transalpine. Sur les 40 sociétés cotées, les valeurs financières pèsent 40% du FTSE Mib et 27% pour les seules banques. L'an dernier, cette surexposition lui a permis de surperformer la plupart des indices boursiers mondiaux. Cette année en revanche, elle lui a été fatale avec les derniers remous sur le secteur bancaire italien. Parmi les établissements cotés à Milan, on peut citer la Monte dei Paschi di Siena, qui se revendique doyenne des banques dans le monde. Parmi les autres banques qui sont présentes à Milan, on retrouve Banca MPS, Banca Popolare, Banca Mediolanum, Intesa Sanpaolo, Mediobanca, Unicredit ou UBI Banca.

    Vitrine du savoir-faire italien, le luxe est également bien représenté à Milan. Celle-ci se rêve même d'être la place majeure mondiale du luxe. Luxottica, le fabricant des lunettes Ray-Ban ou Oakley ou Salvatore Ferragamo, le Christian Loubouttin italien. Troisième valeur du luxe italien, après Luxottica et Ferragamo, on retrouve Moncler. Introduite en Bourse en 2013, le fabricant de doudounes a fait un retour gagnant, plus de dix ans après avoir frôlé la faillite. Le groupe est au coude-à-coude avec le groupe Tod's, le fabricant de sacs et chaussures et devant Yoox, le vendeur de vêtements par internet ainsi que Cucinelli, le styliste italien.

    L'économie italienne se distingue également par un important capitalisme familial : la présence de grands groupes emblématiques est complétée par un très large réseau de PME, véritables porte-drapeau du savoir-faire italien et en Bourse, cet aspect est visible. Parmi ces sociétés, on peut citer le constructeur d'automobiles turinois Fiat, qui est étroitement lié au développement économique du pays de la botte. Créé en 1899, la firme turinoise est devenue un véritable empire industriel et financier en Italie et s'est imposé comme un véritable baromètre de la bonne santé du pays. Tout comme Finmeccanica, le géant italien de l'aéronautique et de la défense. Le titre tel une fusée a quadruplé sa valeur passant de moins de 3 euros en 2012 à 11 euros actuellement.

    Et comment ne pas parler de la Bourse italienne sans évoquer Eni, (acronyme d'Ente nazionale idrocarburi) le groupe italien dont l'activité porte historiquement sur l'exploration, la production et la distribution du pétrole et du gaz naturel. Créé en 1953, il est aujourd'hui le 9e groupe pétrolier mondial sur la base de son chiffre d'affaires (derrière Shell, Sinopec, China National Petroleum, ExxonMobil, BP, Total, Chevron) et la 1re entreprise d'Italie au regard de sa capitalisation boursière. On peut également braquer les projecteurs sur Saipem, la filiale d'Eni spécialisée dans la recherche et les forages pétroliers. Mais pour les investisseurs qui ont parié sur cette valeur, ce sont plutôt leurs portefeuilles qui ont vu rouge avec un titre qui a foré de nouveaux plus bas jusqu'à tomber sous les 0,3 euro...

    Convaincus par les charmes de l'Italie ? Vous avez l'embarras du choix pour mettre ce pays dans votre portefeuille. Retrouvez notre sélection ici

    Archives

    Etre rappelé
    par un conseiller
    Nous envoyer
    un message
    Parlons Placement
    Nos solutions
    M VIE Notre gamme
    d’assurance vie
    Plus d'infos
    M SCPI Nos SCPI en direct
    Plus d'infos
    M investissement Nos fonds structurés
    Plus d'infos