vendredi09décembre

Certains fonds spéculatifs s'intéressent à la dette française. Lors d'une réunion de hedge funds aux États-Unis, le patron d'un des plus gros fonds spéculatifs, David Tepper, a présenté ses trades préférés et parmi ses recommandations, il y avait la vente de la dette française, c'est-à-dire jouer à la hausse les taux d'emprunt de l'État français, et cette idée circule de plus en plus.

>

La hausse des taux français

En deux mois, les taux d'emprunts à 10 ans, le taux de référence, de la France est passé de 0.20% à 0.80% aujourd'hui. Plus frappant, l'écart entre la dette allemande et la dette française qui se creuse. Quand nous empruntons à 0.80%, les Allemands empruntent à 0.37%. Plus frappant encore, pendant la même période, l'écart entre l'Allemagne et l'Espagne et même l'Italie pourtant en crise politique s'est réduit. Et depuis plus d'un an, on voit très nettement des sorties nettes d'investisseurs étrangers du marché de la dette française. Pas de quoi paniquer pour l'instant. Même à 0.80% nous restons évidemment à des taux historiquement bas. Mais compte tenu du dérapage permanent de notre dette nationale, chaque point de hausse de taux nous coûte des milliards d'euros qui viennent plomber notre budget et nous éloigne encore plus de l'objectif des 3%.

Pourquoi cette défiance ?

Pourquoi cette défiance des investisseurs vis-à-vis de la dette française ? Trois raisons majeures. Tout d'abord l'absence de réforme structurelle. Contrairement à la plupart des pays européens. Nos indicateurs économiques toujours aussi médiocres que ce soit notre taux de chômage, notre balance commerciale, notre déficit budgétaire ou notre dette. Mais aussi la crainte des élections françaises. Suite à la victoire de Trump, au Brexit, au referendum Italien, les marchés pricent maintenant systématiquement ce qu'ils appellent la prime de risque populiste, c'est-à-dire la victoire d'un candidat populiste ou le blocage des parlements faute de majorité absolue. Jusqu'en mai, la France risque donc d'être un peu mise à l'écart.

Salomon draghi

Face à une situation complexe, entre une économie européenne qui reste molle, des tensions politiques de plus en plus fortes et le peu d'impact de la politique monétaire, Draghi devait trancher entre une réduction ou une augmentation de l'intervention de la banque centrale sur les marchés. Il n'a pas pu choisir, il a donc choisi les deux. Jugement de Salomon. La BCE interviendra plus longtemps que prévu...mais pour des montants inférieurs. Un coup d'épée dans l'eau.

Pains de campagne

Je ne sais pas si Valls imaginait que tout lui tomberait sur la tête aussi vite. Il était encore tout sourire en début de semaine mais il sourit moins, beaucoup moins. Entre le buzz sur la video de la militante socialiste qui l'a pris à partie, le front des candidats au sein du PS qui veulent lui faire barrage et le fait de devoir circuler en train 2ème classe et de subir les embouteillages, il va bientôt se demander ce qu'il est venu faire dans cette galère. Interdiction de rire ou de pleurer : Rama Yade et Alliot Marie sont candidates à la présidentielle sans respecter les règles de la primaire. Pathétique encore et toujours.

L'exode

On attend toujours l'afflux de réfugiés fuyant la Grande-Bretagne pour cause de Brexit et se ruant à nos frontières. Hier McDonald's a choisi de quitter le Luxembourg et d'installer son siège fiscal à Londres. Ce n'est pas anecdotique, c'est le signe d'une tendance forte: la Grande-Bretagne va devenir un vrai paradis fiscal, que le Brexit soit soft ou hard et les multinationales l'ont déjà compris.

Orange et vivendi?

Le patron d'Orange a déclaré qu'il serait intéressé par Canal + si c'était à vendre. Face à l'offensive de SFR dans le contenu, on peut même imaginer un rapprochement plus global entre Vivendi et Orange : le tuyau et les contenus. La mode du moment. Bolloré ne serait pas insensible à l'idée de devenir actionnaire de référence d'Orange par un jeu d'échanges de participations. Orange + Canal+ ou Orange + Vivendi? les deux scénarios sont possibles.

La ruée vers la russie

Depuis l'élection de Trump, la Russie de Poutine est devenue la coqueluche des investisseurs internationaux. C'est l'Allemagne qui mène l'offensive la plus spectaculaire. Les principaux groupes allemands, de Daimler à Henkel, et même les ETI, investissent de plus en plus en Russie et parient sur un rapprochement entre l'Europe et la Russie. L'investissement direct allemand en Russie, totalement à l'arrêt en 2014, explose. Poutine semble gagner à tous les coups.

Une émission exceptionnelle

Ce soir on va tout casser dans C'est Votre Argent à 19h sur BFM Business. On va rejouer la semaine avec Emmanuel Lechypre, Jean François Robin de Natixis, Antoine Brunet d'AB marchés, Louis de Montalembert de Pléiade AM et Pauline Tattevin. Vous aurez le classement des gérants et les conseils tops de nos gérants tops. La question d'argent de la semaine: "A-t-on encore besoin d'une banque classique?" avec Ronan Le Moal le DG de Crédit Mutuel Arkea et Hugues le Bret le patron du compte Nickel. À ne pas rater, ça va être du délire. Horaires: Ce soir 19h00, 8h00 le samedi, 7h00 le dimanche

Du côté des marchés

La fête continue. C'est Noël avant Noël. Tous les médias financiers attendent avec impatience de pouvoir titrer le Dow Jones à 20 000 points, on y est presque. Le CAC est resté installé au-dessus des 4700 points et l'Eurostoxx frôle les 3200, le Nikkei a suivi ce matin et lui aussi veut aller chercher les 20 000 points. Du côte des changes, Draghi a enfoncé l'euro à 1.06 usd, le dollar est remonté à 104.40 yens et le sterling est à 1.26 usd. Les taux d'intérêt restent au plus haut un peu partout avec un 10 ans à 2.42% aux US et à 0.80% en France. Le pétrole a fortement rebondi et est repassé au-dessus des 51 dollars. L'or ne bouge pas à 1170 dollars.

On s'en fout?

Cahuzac a été condamné à trois ans de prison ferme, les yeux dans les yeux, il a fait appel et échappe pour l'instant à la prison; Toujours autant de pollution dans les grandes villes et Lyon adopte la circulation alternée; Pascal Lamy ex-patron de l'OMC (organisation mondiale du commerce) a prononcé la phrase du jour: "le protectionnisme ne protège plus", énorme, à ressortir dans un dîner en ville; Altice va coter sa filiale américaine : à terme, Patrick Drahi sortira t-il de la France pour se focaliser sur les États-Unis? 19.5% du capital du groupe pétrolier russe Rosneft ont été cédés, à la surprise générale, à un fonds souverain Qatari et au groupe de négoce de matières premières suisse Glencore; À ce jour le gouvernement Trump "pèse" 35 milliards de dollars et ce n'est pas fini...

VOILÀ C'EST TOUT
BONNE JOURNÉE
MAY THE FORCE BE WITH YOU

Archives

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M IMMOBILIER Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos