mercredi21décembre

0,13%. Il suffit d'une hausse de 0,13% sur le Dow Jones pour que les traders en salle de marchés sabrent le champagne et que les médias qui rongent leur frein depuis 10 jours, titrent enfin " 20.000 points sur le Dow Jones ". Sauf accident, l'indice vedette de Wall Street devrait terminer 2016 en gain de plus de 10%. Une hausse qui s'est réellement déclenchée après l'élection de Donald Trump. Oui, l'évènement qui était censé semer le chaos sur les places boursières.

>

L'oiseau de wall street

Avec Twitter, Donald Trump fait la pluie et le beau temps sur les sociétés cotées à Wall Street. En 140 caractères, l'oiseau de Wall Street encense et descend n'importe quelle entreprise. Le même jour, deux d'entre elles ont connu des fortunes diverses. Ses messages flatteurs sur le réseau social à l'égard de SoftBank ont fait bondir son cours de 12% sur trois jours. De son côté Boeing s'est pris un taquet 2.0, Trump menaçant d'annuler la commande du futur Air Force One. Ce 6 décembre, certains actionnaires ont été plus heureux que d'autres...

Les chauffeurs d'uber dans la rue

Les manifestations de chauffeurs d'Uber reprendront le 23 décembre, suite à l'échec des négociations avec la plateforme de réservation. Ils réclamaient le retour à une commission de 20 % perçue par l'application contre 25 % depuis le 8 décembre et une revalorisation des tarifs à 8 euros minimum la course alors qu'elle est descendue à 6 euros aujourd'hui. Mais la société américaine, qui devrait faire une perte de 3 milliards de dollars en 2016, a refusé net ces demandes. On se demande bien pourquoi...

L'italie prépare le sauvetage de ses banques

Le nouveau chef du gouvernement, Paolo Gentiloni, a demandé lundi au Parlement l'autorisation de voter une enveloppe budgétaire pouvant atteindre 20 milliards d'euros afin de renflouer, si nécessaire, les institutions en difficulté, comme Banca Monte dei Paschi di Siena (BMPS). Une mesure visant surtout à rassurer les marchés sur les capacités de l'État italien à sauver le secteur. Sauf que les règles européennes imposent pour tout sauvetage bancaire public, une mise à contribution des actionnaires et des détenteurs d'obligations. Bruxelles (et Berlin...) surveille de près.

C'est ma tournée !

On n'arrête plus Bruxelles. Apple, Amazon, Google et maintenant Facebook. Pas de jaloux ! Ne souhaitant pas faire de traitement de faveur dans l'univers des GAFA, la Commission européenne accuse Facebook de lui avoir menti lors d'une enquête préliminaire au rachat de WhatsApp. Le géant américain pourrait ainsi payer une amende allant jusqu'à 1% de son chiffre d'affaires.

Chauffe marcel

Les Français ont massivement fait chauffer la carte bleue en ces semaines fraîches. Selon les Echos, les trois premiers samedis de décembre ont enregistré plus de 40 millions de transactions par carte avec une pointe le samedi 3 décembre à 42,6 millions de transactions en 24 heures !

Les pieds dans le plat

William Saurin a truqué ses comptes pendant dix ans et pourtant l'État va venir à la rescousse en faisant un chèque de 70 millions d'euros. A court terme, la brèche est colmatée mais l'avenir des 3.200 salariés reste incertain.

Les banques françaises se rebellent

Les 6 principales banques françaises ont déposé un recours contre la Banque centrale européenne (BCE) pour contester la manière dont la BCE intègre les fonds du livret A et du LDD dans le calcul de leurs ratios de solvabilité. Aujourd'hui ces fonds alourdissent les exigences de fonds propres, alors que 65% de ces dépôts sont transférés à la Caisse des dépôts. On parle quand même de 357 milliards d'euros détenus dans ces livrets. Mais la procédure devrait durer pas moins de deux ans.

Du coté des marchés

Nouveau record en clôture sur le Dow Jones à 19974,62 points avec un pic en séance à 19.987 points. On attend toujours les 20.000 points. Suspense insoutenable. Plusieurs places européennes terminent à de nouveaux sommets annuels dont le CAC40 à 4.849 points. L'euro/dollar tente une remontée sur les 1.04 après un plus bas à 1.035 dollar hier.

Scotlandxit

La Première ministre écossaise, Nicola Sturgeon, a rencontré Theresa May pour les conditions qui devront être réunies pour que l'Écosse accepte la sortie de l'Union Européenne. Les Écossais veulent notamment rester membres de l'union douanière et du marché unique. Si Theresa May ignore ces demandes, le gouvernement d'Édimbourg menace de tenir un second référendum sur l'indépendance de l'Écosse.

Chrismaxit

Pas de Noël au Royaume-Uni ? En tout cas certains cadeaux pourraient manquer sous le sapin. Les postiers britanniques ont entamé ce lundi une grève contre des réductions d'effectifs et des changements dans leur régime de retraite. Pendant ce temps, les cheminots de la compagnie Southern Railways sont en grève depuis le 13 décembre et appellent à durcir le mouvement. Et 2500 employés de British Airways ont voté en faveur d'une grève le jour de Noël. Il faut dire que les Britanniques n'ont pas été sages cette année...

Sabrina sadgui

Rédactrice Web

VOILÀ C'EST TOUT
BONNE JOURNÉE
MAY THE FORCE BE WITH YOU

Archives

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos