mardi05juillet

Cette semaine on parlera un peu moins Brexit à Bruxelles grâce à l'Italie. Une petite bouffée d'oxygène, une parenthèse italienne. C'est un autre pays qui inquiète et qui énerve. L'Italie. L'Italie c'est l'autre pays qui énerve. Matteo Renzi veut profiter du tumulte créé par le Brexit pour imposer une manoeuvre que l'Europe refuse depuis des mois. Il veut restructurer son secteur bancaire.

>

Un plan de sauvetage étatique

Il veut sauver ses banques avec des aides d'État et en imposant des regroupements. Il faut dire qu'il n'a pas vraiment le choix. Les banques italiennes sont en difficulté. Leurs cours se sont effondrés en Bourse et elles ne passeront pas pour la plupart les stress tests de la Banque centrale européenne en fin de mois. Le plan de Renzi est un plan de sauvetage basique. L'État injecterait de l'argent dans le capital des banques pour leur permettre de respecter leurs ratios de solvabilité. Le problème des banques italiennes c'est en effet leur masse de créances douteuses qui plombent leur bilan. Et l'État pousserait les banques les plus fragiles à se regrouper ou à s'adosser. Des plans comme nous en avons fait un peu partout en Europe.

L'europe dit non

Le problème c'est que l'Europe a changé les règles du jeu. Elle ne veut plus d'intervention étatique, elle veut que ce soient les actionnaires et les créanciers qui paient les pots cassés dans le cadre des nouvelles règles de l'Union Bancaire. Donc pas question pour l'Europe d'accepter le plan Renzi. Renzi a un double objectif. Tout d'abord il veut vraiment sauver ses banques au plus vite. Mais il veut surtout montrer qu'il sait, lui aussi, résister à Bruxelles. Depuis l'élection municipale à Rome, depuis le Brexit, Renzi est sous pression. N'oublions pas qu'il a mis tout son poids dans la balance pour un referendum, encore un, sur les réformes structurelles. Et au fil des semaines, le camp du non gagne du terrain. Si Renzi perd, il devra sûrement démissionner. Lui aussi. Il a donc intérêt à sauver les banques contre l'avis de Bruxelles pour sauver sa peau.

Les anglais font tout à l'envers

Il n'y a pas qu'à la conduite que les Anglais font l'inverse des continentaux. En politique aussi. Normalement, après des élections, ce sont les vaincus qui démissionnent. En Angleterre, ce sont les vainqueurs. Après Boris Johnson, c'est Farage qui part. On a l'impression que personne ne veut prendre la responsabilité de mener la Grande-Bretagne au Brexit. Courage fuyons. Le Brexit n'a plus de leader, plus de défenseur. On voit mal comment on pourrait échapper à des élections législatives anticipées et à un nouveau référendum.

Le singapour mondial

Si le Brexit devait aller jusqu'au bout, la Grande-Bretagne et la City peaufinent leur plan d'attaque. Londres en hub de la finance internationale sans (aucune) contrainte et avec une réglementation light ou zéro. Rajoutez à ça une fiscalité à l'irlandaise ou à la singapourienne et expliquez-moi pourquoi vous ne monteriez pas votre boîte là-bas. Osborne parle d'un IS de 15% au lieu de 20%.

Ce n'est pas une blague

Je sais qu'il ne faut pas abuser du French bashing mais depuis le Brexit, cela tourne au ridicule. On entend partout des discours pour expliquer que Paris va attirer tous les talents financiers de Londres. Sauf si on s'est fait virer, pourquoi un financier viendrait-il à Paris? Pour payer 60% d'impôts? l'ISF? Se faire cracher dessus par la gauche, l'extrême gauche, les écolos et le front national? Pour être l'ennemi sans visage de notre pathétique président? Soyons sérieux. Si trois places financières pourraient éventuellement profiter du Brexit, ce serait le Luxembourg, Dublin et éventuellement Francfort pour les grandes institutions. La Finance ne fait pas bon ménage avec l'égalitarisme et le nivellement par le bas.

Et d'ailleurs

C'est à 99.9% que les actionnaires du London Stock Exchange ont voté pour la fusion avec la Deutsche Borse. Cette fusion devrait, malgré le Brexit, avoir lieu. Mais il y a peu de chance, quand même, que le siège de la nouvelle entité ne soit pas en Allemagne.

La bonne nouvelle du brexit

L'Union Européenne va freiner l'élargissement. Il était temps.

On s'en fout ?

Canal rachète 50% de Jamel, la France n'a pas battu l'Allemagne en compétition officielle depuis 58 ans et il faut que ça cesse, Hidalgo envisage de laisser les vélos rouler en 2030 sur le périph, un bon moyen de faire baisser la population parisienne, AOL serait devenu un exemple de comeback, Rihanna annule son concert en Colombie de peur du virus Zika, Valls a tenu bon, pour une fois, en Corse, Juppé est allé draguer les expats à Londres.

Amusant

La pub sur l'Artisanat avec Franck Provost: "Quand je pense qu'à l'école on me disait: si tu ne te ressaisis pas au second trimestre, tu finiras coiffeur".

Du côté des marchés

Journée molle hier du fait de la fermeture des marchés américains pour le 4th of July avec une petite glissade des indices. Notre message: attention quand même à l'optimisme...Peut-être que le Brexit n'aura pas lieu, peut-être que ce n'est pas la catastrophe tant redoutée mais de là à tourner ça en bonne nouvelle, il y a un pas que je ne franchirai pas.

Je suis vraiment fier

Que notre contrat MonFinancier Retraite Vie dont vous nous parlons ici régulièrement ait été récompensé par Investir et ait obtenu la première place avec une note de 17/20. Ce produit a été conçu pour vous. Les coûts les plus bas possible mais tous les services d'un contrat d'assurance-vie. La combinaison des coûts bas et du meilleur service, c'est ça MonFinancier. Ce contrat est fait pour vous, renseignez-vous. Demandez une documentation gratuite sur MonFinancier Retraite Vie

La chine membre de la zone euro

La Chine a trouvé le moyen de devenir membre de fait de la zone euro. Elle achète petit à petit la Grèce qui, en grande difficulté, n'a pas d'autres choix que de vendre ses actifs stratégiques. Hier l'accord a été donné pour la vente de la majorité du capital du port du Pirée au Chinois Cosco. Et les deals se multiplient.

La question du jour

Combien reste-t-il de pays notés triple A depuis que la Grande-Bretagne a été rétrogradée à AA? Réponse: 12. Australie, Canada, Danemark, Luxembourg, Pays-bas, Norvège, Singapour, Suède, Suisse pour les trois agences. Les États-Unis et l'UE seulement pour Fitch et Moody's (Les Échos).

Faites plaisir à un ami

Inscrivez-le tout de suite, gratuitement, à notre newsletter. C'est simple et rapide. Cliquez ici

VOILÀ C'EST TOUT
BONNE JOURNÉE
MAY THE FORCE BE WITH YOU

Archives

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M SCPI Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos