mardi14juin

Le timing est la clé du trading et de l'investissement. Avoir raison c'est important, mais avoir raison trop tôt c'est avoir tort. Pour faire un bon trader ou bon investisseur, il faut évidemment avoir la bonne idée mais surtout avoir le bon timing. Or, le timing sur les marchés est un mystère. L'exemple du réveil brutal des marchés sur le Brexit est frappant. Pourquoi cette semaine et pas avant ?

>

La découverte du referendum

Il a fallu attendre d'être à 10 jours du referendum pour que les marchés réalisent qu'il y avait un referendum. Alors que la date du 23 juin est connue depuis des mois et que dès l'annonce du referendum, le risque de Brexit existait. Certes, les sondages se succèdent et donnent l'avantage au camp du LEAVE, mais des sondages similaires avaient été publiés quelques semaines avant et personne n'avait réagi. Alors pourquoi maintenant ? Ne cherchez pas à comprendre, c'est la beauté du mystère du timing.

J'attends ma part

Mircosoft a fait l'acquisition de LinkedIn hier. Opération spectaculaire par son montant, 26 milliards, par la prime par rapport au dernier cours, 50%, et par la valorisation rapportée au chiffre d'affaires. Microsoft a sûrement valorisé les 433 millions d'utilisateurs. J'ai donc calculé que Microsoft avait payé 60 dollars pour mon profil LinkedIn. J'attends mon chèque.

Vous vous en foutez

Mais je vous le raconte quand même. Je devais visiter une entreprise demain à Lyon et j'ai reçu un message hier: "Chère cliente, cher client, Vous avez prévu de voyager avec SNCF le 15/06/2016 sur le train 6609 au départ de PARIS GARE LYON à destination de LYON PART DIEU. Nous vous informons qu'en raison d'un mouvement social SNCF, votre train ne circulera pas. Nous vous invitons, à annuler ou à reporter votre déplacement." Je déteste les grèves injustifiées, je déteste la CGT qui bloque le pays pour détruire les entreprises, je déteste le gouvernement qui n'a même pas le courage de mettre au pas un service public. Voilà, c'est dit. Je me sens un peu mieux. L'ANNIVERSAIRE DU JOURTrump fête ses 70 ans aujourd'hui. L'élection présidentielle entre Trump, Clinton et Sanders, est quand même une élection de super seniors...Trump a multiplié les messages suite au drame d'Orlando. Il a, comme à son habitude, fait dans la finesse en remettant une couche sur l'interdiction d'entrée du territoire pour les Musulmans, la surveillance voire la fermeture des mosquées et autres mesures similaires. Reste à savoir si cet attentat monstrueux favorisera Clinton qui prône le contrôle des armes ou Trump qui prône le contrôle des musulmans aux États-Unis.

Je sais qu'on ne doit pas le dire

mais cette manie qu'a Hidalgo de mettre la Tour Eiffel aux couleurs d'un pays ou d'un groupe dès qu'un attentat a lieu me tape sur les nerfs.

La blague du jour

La primaire des Républicains devient une blague tellement les candidats sont nombreux. Dernier en date, Henri Guaino. Il ne manque que Carla Bruni et le chauffeur de Sarko et on aura tout eu. Et pendant ce temps, Hollande va se recueillir à Colombey-les deux-Eglises... Des politiques ou des clowns ?

On s'en fout ?

Les archives du Marquis de Sade sont en vente demain à Drouot, le patron de la Banque centrale grecque est d'accord avec le FMI et veut une renégociation de la dette, la Chine a dépensé 470 milliards de dollars depuis août dernier pour défendre sa monnaie, Hulot ne veut pas qu'on lui mette la pression et il ne veut pas décider avant la rentrée s'il ira à la présidentielle.

Les pigeons libyens

Ouverture du procès de Goldman Sachs à Londres. GS est attaqué par le fonds souverain lybien qui les accuse de les avoir arnaqués en 2008 en leur faisant perdre près d'un milliard de dollars sur des produits hasardeux que les dirigeants du fonds de l'époque ne comprenaient absolument pas...Pour obtenir les faveurs du fonds, GS aurait pris un membre de la famille d'un gérant du fonds en stage, un stage rémunéré 50,000 dollars et aurait fait quelques beaux cadeaux à des employés du fonds. À suivre.

La chine à l'index

L'évènement sera plus suivi par les investisseurs chinois que le referendum anglais. Cette semaine, MSCI, la société financière qui publie les indices boursiers parmi les plus suivis sur les marchés, va devoir prendre une décision majeure : intégrer ou pas la Chine dans un de ses indices vedettes, le MSCI marchés émergents. L'année dernière, à la même époque, la Chine avait été retoquée pour cause de bulle ; c'était l'époque, souvenez-vou,s où la hausse de Shanghai était alimentée par des particuliers qui spéculaient hystériquement et entièrement à crédit. Depuis la Bourse de Shanghai s'est calmée, elle a perdu 40% et les volumes se sont normalisés.

Un rôle massif

L'entrée de la Chine dans les indices marchés émergents obligera les fonds qui répliquent ou qui sont basés sur cet indice à acheter les actions chinoises en quantité importante. Certains ont d'ailleurs déjà anticipé cette décision, ce qui a un peu soutenu le marché chinois depuis quelques semaines malgré la baisse des bourses mondiales. Pour la Chine, entrer dans cet indice serait aussi la reconnaissance qu'elle est un marché comme les autres. Ce qui n'est pas tout à fait le cas du fait de l'interventionnisme puissant des autorités chinoises et de la Banque centrale...

Faites plaisir à un ami

Inscrivez-le tout de suite, gratuitement, à notre newsletter. C'est simple et rapide. Cliquez ici

VOILÀ C'EST TOUT
BONNE JOURNÉE
MAY THE FORCE BE WITH YOU

Archives

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M IMMOBILIER Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos