mardi22novembre

C'est la première fois depuis 1999 que les quatre principaux indices boursiers américains ont atteint ensemble leurs records historiques. Le Dow Jones, le S&P 500, le Nasdaq, indice des valeurs technologiques, et le Russell 2000, l'indice des valeurs moyennes. C'est un événement spectaculaire et historique.

>

Trump rally

Hier ce qui a mis le feu aux poudres c'est la hausse du pétrole sur la déclaration iranienne d'un possible accord de réduction de la production à la prochaine réunion de l'OPEP. Mais c'est clairement la victoire de Trump qui alimente l'euphorie à Wall Street depuis quelques semaines. Après avoir erré pendant les 10 premiers mois de l'année, les indices boursiers semblent avoir trouvé leur direction et c'est la hausse. Et pourtant la hausse des taux d'intérêt par la banque centrale américaine est largement anticipée. Pour les investisseurs c'est une certitude. La FED montera ses taux en décembre, et on commence même à anticiper une série de nouvelles hausses en 2017 mais cela n'effraie plus personne : les investisseurs sont focalisés sur la baisse d'impôts et le maxi programme de relance promis par Trump. Il n'y a plus que cela qui compte.

Un nouveau chapitre?

Ce qui alimente aussi cette euphorie c'est la perception qu'on tourne la page de la déflation pour entrer dans un nouveau chapitre d'inflation et d'une inflation contrôlée. En résumé, pour les investisseurs, c'est l'alignement de planètes qu'ils attendaient depuis longtemps. Ce que nous vivons est incroyable. Il y a encore un mois on parlait de déflation, les investisseurs ne parlent plus que d'inflation, on parlait d'austérité et de rigueur, on ne parle plus que de relance. On parlait de risques politiques, on ne parle plus que d'opportunités de changement. On parlait de taux négatifs, on ne parle plus que de hausse de taux. C'est assez fascinant. Nul ne se hasarde plus à prévoir combien de jours, de semaines ou de mois cette euphorie va durer mais une fois de plus, les marchés, un peu comme les électeurs, ont déjoué toutes les prévisions et les sondages. Je ne peux pas m'empêcher de regarder tout cela avec une certaine inquiétude...

La déclaration du jour

"Le pays est plus à droite qu'il ne l'a jamais été". François Fillon.

Le match

Tous les médias français se focalisent sur la différence des programmes économiques des deux candidats à la primaire de la droite. Sur leurs points communs, comme la suppression de l'ISF ou la baisse ciblée des impôts et leur différence comme la nouvelle durée maximale légale du temps de travail ou l'ampleur de la réduction du temps de travail. À jeudi soir pour le grand match. PS: je me demande si on peut encore faire des blagues sur le score de Copé ou si c'est vraiment trop facile.

La panique indienne

Je ne sais pas si vous avez suivi ce qui se passe en Inde mais c'est assez spectaculaire. Pour combattre la corruption et l'évasion fiscale, le gouvernement a annoncé, du jour au lendemain, que les billets de 500 et de 1000 roupies (soit 6,50 euros et 13 euros) seront inutilisables à partir de 2017. Des millions d'Indiens se sont donc rués dans les banques pour les changer contre de petites coupures ou la nouvelle coupure de 2 000 roupies. On a même eu quelques suicides d'Indiens qui pensaient que ces billets n'avaient, du jour au lendemain, plus aucune valeur. Les billets de 500 et 1000 roupies représentent 220 milliards de dollars, soit 86% du cash en circulation. 80 milliards ont déjà été rapportés. Cette mesure brutale et sans précédent devrait coûter 1% de croissance à l'Inde.

Le dumping fiscal

Theresa May et Trump s'apprêtent à s'affronter dans un combat qui va bénéficier aux entreprises internationales et qui pourrait modifier les grands équilibres internationaux : le dumping fiscal. Theresa May veut offrir le taux d'impôts sur les sociétés le plus bas des 20 premières économies mondiales mais Trump ne se laissera pas faire. À noter cependant que Trump a moins de marge de manoeuvre, tant politique que fiscale, que May. À suivre.

L'italie souffre

et cela ne devrait pas s'arranger après le référendum. Et les marchés italiens reflètent cette dégradation de la situation. Plus mauvaise performance des bourses mondiales avec une baisse de près de 25% depuis le début de l'année, la Bourse de Milan a été plombée par des banques en mal de capitaux et des groupes industriels sous pression. Même les taux d'intérêt remontent avec un taux à 10 ans au dessus des 2%. L'Italie est le nouveau maillon faible de l'Europe.

Du côté des marchés

C'est l'euphorie. Les Américains se préparent à un Thanksgiving joyeux avec les records de leurs indices boursiers. Le dollar a marqué une petite pause, l'euro se maintient difficilement au-dessus des 1.06 et le yen s'est légèrement renforcé du fait d'un risque de tsunami. C'est le pétrole qui a été la vedette des marchés hier avec une envolée au-dessus des 48 dollars. L'or est stable. Le CAC devrait tenter de s'attaquer aux 4600 points. La volatilité, elle, continue à chuter lourdement.

On s'en fout?

Les opérateurs et équipementiers télécoms préparent la 5G; Sarko rêve d'un poste international comme patron du FMI; Bayrou se demande s'il sera candidat en cas de victoire de Fillon; Nabilla va revenir dans un programme de la TNT; Burger King vise 2 milliards d'euros de CA en France en 2020, McDo est à 4.5 milliards d'euros; L'Expansion créé en 1967 par Jean Louis Servan Schreiber et Jean Boissonnat disparaît.

Faites plaisir à un ami

Inscrivez-le tout de suite, gratuitement, à notre newsletter. C'est simple et rapide. Cliquez ici

VOILÀ C'EST TOUT
BONNE JOURNÉE
MAY THE FORCE BE WITH YOU

Archives

Etre rappelé
par un conseiller
Nous envoyer
un message
Parlons Placement
Nos solutions
M VIE Notre gamme
d’assurance vie
Plus d'infos
M IMMOBILIER Nos SCPI en direct
Plus d'infos
M investissement Nos fonds structurés
Plus d'infos